En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nucléaire : Nicolas Hulot répond à Macron

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

"On travaille à élaborer une méthode qui sera utilisée pour déterminer la trajectoire de diminution de la taille du parc nucléaire", a indiqué le ministre d'Etat Nicolas Hulot, lors d'une audition devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, ce mercredi 14 février. Alors que le Président de la République, Emmanuel Macron, a indiqué hier, devant des journalistes, qu'il n'excluait pas l'option de construire de nouveaux réacteurs nucléaires, Nicolas Hulot a indiqué qu'il croyait à "un futur 100% renouvelable". Cela nécessite "qu'on y aille à fond et qu'on change d'échelle". La France a deux choix, a-t-il développé, "soit reconstruire des réacteurs nucléaires dont on sait qu'ils sont coûteux, (avec une logique implacable de non maîtrise des coûts…) et qu'ils laissent un héritage de déchets", soit développer massivement les énergies renouvelables. "Ne montons pas dans le dernier wagon", a-t-il mis en garde, prenant l'exemple de l'accélération de la Chine sur les énergies renouvelables.

Le ministre d'Etat souhaite faire de la consultation publique sur la future programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), qui doit s'ouvrir en mars, "un grand rendez-vous démocratique pour dessiner une transformation très profonde de notre rapport à l'énergie".

Réactions29 réactions à cet article

 

Pas certain que la Chine soit un très bon exemple... Vu qu'elle vise les 130 GW de nucléaire à l'horizon 2030 contre 36 GW Actuellement.

Spadice | 14 février 2018 à 18h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans le domaine de l'énergie, l'enjeu maintenant ce sont les Négawatts, avec un N pas un M.
Un Négawatt c'est un Mégawatt que l'on ne gaspille plus.
Un énorme chantier, un très gros potentiel de développement.
Le doux rêveur écolo qui a dit ça, c'est la Directrice Générale de Engie à Davos.
Et c'est pour ça que construire à grands coûts pour le consommateur des petites usines hydroélectriques sur les torrents de montagne ne pouvant produire qu'en été est contraire à l'intérêt public : la CSPE doit servir non pas à fournir une aubaine pour les industriels, mais à des économies d'énergie.
Merci Isabelle!

Butimage | 14 février 2018 à 20h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La semaine dernière, la plus froide de l'hiver, les éoliennes ont contribué à 1% à la production électrique nationale, 10% pour l'hydraulique et 5% pour le thermique, un peu d'importations, le reste en nucléaire soit plus de 80%. Il fait quoi le Hulot quand il n'y a pas de vent ? Il achète de l'électricité allemande faite avec du charbon et du lignite (parce que dans ces situations, les Allemands non plus n'ont pas de vent). Lamentable qu'à un poste aussi haut placé on ne sache pas sortir de ses dogmes... et avoir l'attitude responsable qui consisterait à expliquer honnêtement la situation aux citoyens.

dmg | 15 février 2018 à 08h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le nucléaire n'est pas un problème technique et de stratégie mais une question d'urgence sanitaire et de santé publique (rejets quotidiens de radioactivités mortelles et de production de déchets toxiques délétères par chacune des 128 installations nucléaires de France.) Ne pas arrêter immédiatement au moins les 58 réacteurs nucléaire disséminés sur le territoire c'est se rendre complice du crime atomique en cours contre l'humanité. Tout le reste c'est du charabia, du blabla, de la pensée technostructurelle qui considère l'être humain et le vivant comme des objets de laboratoires.

juanito | 15 février 2018 à 10h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Hulot est dans le domaine de la croyance, il est donc normal qu'il se répète une mantra.
Un de ces jours, il va proposer la réforme des principes de la thermodynamique.
Dingue que personne ne mette en avant l'empreinte écologique personnelle de cet hélicologiste qui doit avoisiner celle d'un Etat comme le Sénégal.

Albatros | 15 février 2018 à 10h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une victoire pour les ENR !
Selon RTE: les capacités éoliennes et solaires ont, respectivement, progressé de 15% et 13% entre 2016 et 2017 et la production éolienne et solaire représente plus d’un tiers de la production renouvelable française soit 33,2 TWh en 2017.
BRAVO mais, il y a comme un petit problème:
L’an passé, les électriciens exploitant des centrales thermiques à flammes ont émis 33,189 MtCO2, soit 18,13% de plus qu’en 2016. C'est la 4ème hausse consécutive des rejets carbonés du secteur électrique tricolore depuis 2014.
ENCORE BRAVO ! et COCORICO !!!
On vit une époque merveilleuse de "décarbonation" et de vertu climatique exceptionnelle...
La "transition" à la Royal, Hulot et consorts est une franche réussite. En réalité, l'agitation est confondue avec l'action.

Albatros | 15 février 2018 à 10h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Juanito, Pourriez vous donner des sources sérieuses pour d'appuyer vos propos ?

A ma connaissance, la très grande majorité des mort dû à la radioactivité en France sont dû aux émissions de Radon, gaz radioactif naturel susceptible d'être la seconde cause de cancer du poumon.

La radioactivité fait très peur, mais je trouve les publications scientifiques plutôt rassurantes, c'est la dose qui fait le poison. Si le risque existe, il est connu et reste relativement faible même chez les travailleurs du nucléaire (voir les travaux InWorks de l'IRSN) Alors pour la population française en général, autant dire que le tabac, l'alcool, l'amiante, etc... Sont immensément plus urgent que la question du nucléaire.

Je suis conscient que ce discours peu heurter certaines personnes, mais à ma connaissance c'est s'qui ressort des publications scientifiques. Si vous avez des preuves du contraire, je serais très intéressé de les examiner.

Spadice | 15 février 2018 à 11h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réponse à Spadice
" ... la très grande majorité des mort dû à la radioactivité en France sont dû aux émissions de Radon " :
FAUX -> depuis 1945 (les bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, les 2300 essais de bombes atomiques, les installations électro-nucléaires militaro-civiles qui produisent le plutonium et le tritium des bombes atomiques, les catastrophes nucléaires de ThreMileIsland, Mayak, Tchernobyl, Fukushima) : 60 millions de morts dus au nucléaire (cf : rapport européen + IndépendanceWho)

"La radioactivité fait très peur, mais je trouve les publications scientifiques plutôt rassurantes, c'est la dose qui fait le poison. " : FAUX -> il n'existe pas de dose de destruction atomique/radioactivité inoffensive. Les seuils sont fixés par chaque pays en fonction du poids et du noyautage des institutions par le lobby nucléaire du lieu. (cf : http://mcca-ain.org/index.php/scenes-de-crimes )

"Si le risque existe, il est connu et reste relativement faible même chez les travailleurs du nucléaire "
FAUX : les travailleurs du nucléaire et notamment les sous-traités sont victimes au quotidien de la radioactivité. (cf témoignages des victimes : http://mcca-ain.org/index.php/cris-de-victimes et ce qu'en dit l'IRSN : http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2016/09/07/France-%3A-2-606-travailleurs-du-nucl%C3%A9aire-ont-re%C3%A7u-une-dose-radioactive-sup%C3%A9rieure-%C3%A0-5-mSv-en-2015 )

juanito | 15 février 2018 à 12h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bon je vois que les choses avancent. Heureusement que rien n'est décidé, tant qu'on intégrera pas la donnée militaire au problème, on ne solutionnera jamais rien, pour moi, il y en a encore pour un paquet d'années au minimum, la seule chose que je vois réellement possible est une diminution du parc nucléaire, en effet, je ne suis pas sûre du tout que l'argent, le coût du démantèlement des centrales, toutes en même temps soit possible, mais ce qui est certain c'est que à mes yeux lorsque ce le sera vraiment, alors on pourra indéniablement parler d'écologie pour tous et toute la planète, ce problème est loin d'être franco français, même si d'aucuns jugent encore que le nucléaire est le fleuron de la France. Un référendum bien articulé, posant bien le problème ? Je veux bien participer à l'établir si jamais.La Femme Au Chapeau.!

Femme Au Chapeau | 15 février 2018 à 14h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@juanito:

Il me semble que @spadice parlait d'articles scientifiques, sous entendu: parus dans des revues scientifiques avec comité de lecture. vous renvoyez sur un site militant. pour moi vos arguments justifiés par vos sites anti-nucléaire n'ont aucune valeur.

Bien que l'ensemble des morts liés au nucléaire est difficilement quantifiable, il en va de même avec le tabagisme ou les particules ultrafines. La peur du nucléaire est essentiellement basée sur deux choses: 1] on ne peut pas "voir" les radiations, on ne sait pas si on exposé a un moment X. 2] on a tous en tête ce qu'il s'est passé pendant WWII, ou lors des très rares incidents qui ont entrainé des rejets de radionucléides. (comparé a la puissance fournie). Pour aller plus loin dans ce dernier sujet, je vous conseille un peu de lecture :)

cet article paru dans the lancet:
Markandya, A., & Wilkinson, P. (2007). Electricity generation and health. The Lancet, 370(9591), 979-990.

pulsar | 15 février 2018 à 15h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Chez certains, et notamment chez beaucoup des zécolos, un expert n'est reconnu que s'il est d'accord avec eux ou bien s'il est insoupçonnable d'avoir un jour été salarié dans son domaine d'expertise (c'est à dire s'il est totalement incompétent).

Albatros | 15 février 2018 à 15h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Juanito, merci pour votre réponse déjà.

Premièrement, je parle de mort du nucléaire civil (j'aurais dû préciser ce dernier point) en France. Vous y opposez un chiffre, 60 millions, qui regroupe les "mort" du nucléaire civil (énergie+santé) et militaire dans le monde. Pour moi le nucléaire militaire est un tout autre problème.

Concernant ce rapport européen, je constate qu'il a été sollicité et financé par le groupe Verts européen et réalisé par Christopher Busby, un "scientifique" très critiqué par ses pairs pour ses positions qui vont a l'encontre du consensus scientifique sur le sujet. L'étude de l'IRSN que je cite précédemment, réalisé sur des cohortes de travailleurs du nucléaire vient d'ailleurs contredire ces résultats. Alors on peut se dire que la majorité des scientifiques sont achetés par les lobbies du nucléaire, toutefois ce n'est pas ma position.

Concernant vos autres arguments, vous opposez aux résultats de publications scientifiques des articles issues de sites militants antinucléaires. Personnellement je ne donne pas le même poids à ces deux groupes d'individus. Sans vouloir manquer de respects à qui que ce soit... L'étude de l'IRSN étudie une cohorte de plus de 300 000 travailleurs du nucléaire sur plusieurs dizaines d'années... Cela me parait plus objectif que des témoignages d'individus qui se disent victime du nucléaire.

Spadice | 15 février 2018 à 15h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas très rationnel ni scientifique la posture de "Spadice" plus proche de l'adhésion à un dogme dès lors qu'il est produit et reproduis par des pairs, sans même évoqué le propos caricatural de "pulsar" contre "l'écolo". Ainsi les sachants experts co-optés et pré-formatés auraient plus de valeur que la démarche empirique de terrain et de recueil de l'expression de ceux et celles atteints dans leur vie et leur chairs du fait de mise en oeuvre du principe de la destruction atomique. Désolé je ne bois pas de ce lait de suffisance et d'autocratie.
Pourtant les références citées dans mon propos précédent reprennent et commentent les travaux de l'IRSN et de l"'Académie des Sciences de New York". Mais encore eut-il fallu que mes contradicteurs adoptent une attitude de curiosité et d'ouverture envers un propos qui heurte leurs croyances. Si la démarche scientifique ne repose plus sur le doute, le questionnement et le croisement des faits/processus/constats : alors il s'agit de scientisme.
Et dans ce cas aucun échange, aucune démarche émancipatrice n'est possible.
Science sans conscience est la ruine de l'âme (homme/vivant)"

juanito | 15 février 2018 à 18h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

2016 et 2017, arrêts de nombreuses tranches nucléaire pour inspection post Fukushima. Merci Albatros, une fois de plus les chiffres ont leur fait dire ce qu'on veut ;-)

Pour les publications, comité de lecture, "à ma connaissance c'est ce qui ressort des publications scientifiques" Attention Spadice, vous plagiez "Thank you for smoking"...
Tant que les industries qui en bénéficient mettent plus de moyen (labo, étude,... et donc publi) pour montrer qu'ils ont raison ("peut-être pas tord" serait plus juste) plutôt que de chercher la vérité.
C'est sûr que quelques zécolos (merci Albatros, toujours ce respect des zautres) avec un microscope face à AREVA, ça va être compliqué...

Et pour finir, je n'en suis pas plus spécialiste mais j'ai rencontré cet été un groupe vivant vers Gien, coin charmant entouré de centrales et de quelques vieux sites indus assez sympas. Le nombre de leucémie les entourant (ou les touchant !) m'a paru impressionnant. Il n'y avait pas que ça mais c'est ce qui est le plus revenu.
Il n'y a sûrement aucune étude le démontrant alors je vais aller leur dire et voir si ils sont toujours malades...

A+

Tombour | 19 février 2018 à 17h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le négationnisme des pro-nucléaires est humainement et rationnellement terrifiant : la destruction atomique est propre, elle ne génère pas d'atteinte à la santé et au vivant, elle vous apporte le bonheur, sans elle point de salut, le nucléaire militaire pourrait ne pas être joli mais le nucléaire civil est beau même si c'est le nucléaire civil qui produit le plutonium et le tritium nécessaire à la bombe atomique, même si Areva filiale du CEA produit l'uranium moins appauvri que celui des centrales pour l'armement, même si elle a généré 60 millions de morts depuis 1945, si elle rend dépendante la France à l'uranium et perpétue le colonialisme (notamment au Niger), si elle engloutie 80% des budgets nationaux consacrés à la recherche, si elle génère des centaines de milliers de m3 de déchets toxiques et mortels dégueulés sur 1000 générations à venir, si elle favorise la prolifération atomique et la violence des relations internationales, et taisons que 95% des pays de la planète vivent et se développent sans le nucléaire, que toutes les technologies et techniques de substitutions au nucléaire existent et sont mises en oeuvre depuis des décennies, que les catastrophes atomiques rendent impropres à la vie des territoires entiers/tuent à petit feu et dans la souffrance femmes-enfants-hommes. Les pro-nucléaires sont des monstres, sans humanité, des fanatiques et complices de crimes contre l'humanité.

juanito | 20 février 2018 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Juanito... Il faut arrêter de fantasmer des super vilains. Vous savez j'ai fait un master en énergie solaire, puis une thèse dans un laboratoire du CNRS dédié aux ENR, aujourd'hui je suis ingénieur et je travaille au développement de nouveaux moyens de stockage pour gérer l'intermittence des ENR. On à vu pire comme suppôt de Satan.

Cela n’empêche que mon cursus me donne une bonne représentation du secteur des énergies et de ses contraintes.
"95% des pays de la planète vivent et se développent sans le nucléaire" effectivement, ils le font grâce aux énergies fossiles, qui en définitive tuent bien plus que le nucléaire et qui ne me semble pas plus enviable du point de vue autonomie énergétique ou instabilité géopolitiques.

Le nucléaire c'est 5% de l'énergie primaire dans le monde,contre plus de 80% pour les fossiles. J'ai du mal à croire que les lobbies du nucléaire soient capables d'imposer leur vision à tous les labo du monde, quand l'industrie du pétrole a elle échoué. Arrêtez de ne regarder que les sources qui confortent votre opinion !

J'adorerais moi qu'on puisse sortir du nucléaire et avoir un mix 100% renouvelable, seulement je suis conscient qu'a court ou moyen terme, c'est impossible sans accroître en même temps le recours aux fossiles et donc les émissions de CO2 ou de particules fines.

Bien sûr que le nucléaire à ses a ses contraintes, il n’empêche que je préfère largement une transition au nucléaire, qu'un retour aux fossiles, largement plus meurtrière.

Spadice | 20 février 2018 à 12h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La destruction du vivant par la radioactivité artificielle de l'activité nucléaire n'est pas une question technique et de transition mais une atteinte sanitaire perpétrée contre le vivant et la chaîne alimentaire. C'est cela qu'il faut arrêter immédiatement, y compris si cela heurte la bien-pensance idéologique qui affirme tels vos propos " je suis conscient qu'a court ou moyen terme, c'est impossible(d'arrêter le nucléaire) sans accroître en même temps le recours aux fossiles et donc les émissions de CO2 ou de particules fines. "
Nous avons en France 58 réacteurs atomiques dont le cycle émet au quotidien: gaz à effet de serre, radioactivité, CO2.
Et des recherches estiment que pour qu'il y ait un impact significatif d'émission de CO2 il faudrait remplacer plus de 1000 réacteurs atomiques par des centrales à énergie fossile.
J'avoue, en tant qu'humaniste et rationaliste, préférer comme "transition écologique", l'arrêt immédiat de la contamination radioactive avec ses malades et morts et sa menace de catastrophe atomique que les plans sur la comète à 20ans/30ans/40ans; quitte à, pendant 5 ans, relancer/lancer les centrales au gaz et à charbon "décarboné" (que EDF vend si bien... à l'étranger) période volontariste de déploiement des ENR, d'arrêt du financement du nucléaire, d'isolation des bâtis, de créations d'emplois.
Spadice : pouvez-vous citer vos sources lorsque vous affirmez que les "énergies fossiles, ... en définitive tuent bien plus que le nucléaire".

juanito | 21 février 2018 à 11h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comptons les guerres d'accès à la ressource, les pollutions façon delta du Niger, la ruine du Vénézuela (pays tant chéri par nos insoumis nationaux), les marées noires et les pollutions des industries pétrolières et pétrochimique depuis leur essor au XXème siècle, etc.
Il me semble que le compte devrait y être.
Je suis aussi demandeur de références et, s'il vous plaît pas de résumé à la "une étude dit que"...
Par contre, un bilan honnête devrait aussi tenir compte de ce que cette énergie a apporté à l'humanité (quelques menues choses tout de même).
Merci et excellente journée.

Albatros | 21 février 2018 à 14h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@juanito:
au risque de me répéter :
Markandya, A., & Wilkinson, P. (2007). Electricity generation and health. The Lancet, 370(9591), 979-990.

"Nous avons en France 58 réacteurs atomiques dont le cycle émet au quotidien: gaz à effet de serre, radioactivité, CO2."
=> Visiblement vous ne savez pas comment fonctionne une centrale nucléaire, vous perdez toute crédibilité lorsque vous parlez des émissions de CO2... le seul gaz a effet de serre rejeté par les centrales est de la vapeur d'eau...

"Et des recherches estiment que pour qu'il y ait un impact significatif d'émission de CO2 il faudrait remplacer plus de 1000 réacteurs atomiques par des centrales à énergie fossile."
=> ahahahahahahahahhahhahahahahaha
source ???????

pulsar | 21 février 2018 à 15h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"pulsar" lisez/entendez correctement les propos et ne bottez pas en touche comme un gamin ou pire un manipulateur: le "cycle nucléaire" - autrement dit de l'extraction du minerai jusqu'à la prise électrique : extraction de l'uranium à la mine par des engins émetteurs de CO2 et contaminant-polluant des régions entières au Niger/Kazastan/Nord-Canada, concassage émetteur de C02, traitement en yellow-cake émetteur de CO2 et de pollutions chimiques, transports camion émetteur de CO2 puis transports voie ferrée jusqu'au port (Niger et ailleurs), transports par voie maritime émetteur de CO2 et de pollution au fuel lourd jusqu'à Sète (Hérault) , transports par camions émetteurs de CO2 jusqu'à Malvesi (Aude) pour enrichissement UF4, enrichissement émetteur de CO2 et de pollutions chimiques et radioactives, transports émetteurs de CO2 jusqu'au Tricastin (Vaucluse) pour enrichissement UF6, enrichissement centrifugage émetteur de CO2 et de pollutions chimiques, transports camions émetteurs de CO2 jusqu'à Romans (Isère) pour fabrication des pastilles de produits de fission (combustible), transports camions émetteurs de CO2 des barres d'uranium vers chacun des 19 sites atomiques et 58 réacteurs, récupération des déchets usés et transports camions émetteurs de CO2 et voie ferrée jusqu'à La Hague (Normandie), traitement à la Hague émetteur de CO2, etc... - Evidemment si vous "externalisez" et faites disparaître les émissions de CO2, de radioactivités, de pollutions, du cycle nucléaire...

juanito | 21 février 2018 à 18h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@juanito

Si on considère les chiffres du GIEC qui intègre l’ensemble du "cycle nucléaire". La moyenne d'émission de CO2 du nucléaire, une fois ramené à la quantité au nombre de kWh produit, se situe à 12 gCO2/kWh.

Pour donner un ordre d'idée, l'éolien terrestre c'est 11 gCO2/kWh, le seul à faire mieu (et de peu), l'hydraulique autour de 24 gCO2/kWh, le solaire actuel est à 45 gCO2/kWh (plus de 100 pour les panneaux chinois, et plus encore si on intègre le stockage), le gaz autour de 400 gCO2/kWh et le charbon on est plus proche des 800 gCO2/kWh.

Donc oui, le nucléaire émet du CO2, comme toute les activités humaines, toutefois il reste une des énergie les moins émettrice ET pilotable. Je vous conseille le site Electricitymap pour vous faire une idée des mix électrique de nos voisins européen.

Pour ce qui est des dangers sanitaires, pour moi vous vous basez sur des chiffres qui sont vraiment contestable, je vous conseille le rapport de l'IRSN "Exposition de la population française aux
rayonnements ionisants" Vous y verrez que si le français moyen reçois en moyenne 4,5 mSv, il s'agit quasi intégralement de rayonnement cosmique et tellurique, du radon et du medical. C'est différent sur les travailleurs du nucléaire, mais même sur eux les travaux "InWorks" montrent que le risque, s'il n'est pas nul, est si faible qu'il est difficile à mesurer.

Ces travaux, ainsi que d'autres invalident complètement les hypothèse de M.Busby, rédacteur de votre étude aux 60 M de morts.

Spadice | 22 février 2018 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@juanito: surpris que vous n'ayez pas aussi pris en compte le CO2 issu de la respiration de tous les travailleurs du nucléaire !

comme si le charbon et le pétrole qu'utilisent les centrales sort directement du forage située en dessous d'elle... Si vous regardez le cycle complet ayez la décence de comparer au cycle complet des énergies fossiles aussi, svp... parlons de la fracturation aux USA, des sables bitumineux en Alberta ou de la gestion plus que désirable des mines de charbon en Chine.

pulsar | 23 février 2018 à 15h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Etonnant que lorsqu'on évoque la réalité de la nocivité du nucléaire et des impacts délétères de la radioactivité des installations atomiques sur le vivant, sur la santé ( cancers de la thyroïde/des poumons, de a peau, du foie, casse de l'ADN, transmission génétique des malformations,...), sur la contamination de la chaîne alimentaire et les terres agricoles, sur les territoires devenus impropres à la vie, sur l'armement atomiques et autres armes de destruction, ou encore de la production de gaz à effet de serre et des déchets nucléaires (un français en consommant de l'énergie atomique génère chaque année 64kg de déchets mortels pour des milliers d'années) : les technophiles et autres scientistes dogmatiques bottent en touche et parlent technique. Un choix de société et une éthique très très suicidaire et bien morbide.

juanito | 24 février 2018 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

YAKA changer la société, c'est simple.
Et surtout arrêter de parler technique parce que c'est pas bien ?

Albatros | 26 février 2018 à 14h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bon cancer à Albatros et ses proches.
Et surtout soyez cohérent avec vos positions idéologiques : inscrivez-vous dès à présent comme "liquidateur" volontaire du site atomique le plus proche de chez vous lors de l'inéluctable (Président de l'ASN) catastrophe nucléaire.

juanito | 26 février 2018 à 15h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous êtes ridicule. Parmi mes très proches, le cancer frappe déjà aujourd'hui. Vos bons souhaits sont exhaucés et je vous en remercie.
Votre YAKAFOKON est imbécile car porteur d'aucune démarche constructive. Votre incapacité à la discussion est franchement désarmante. Le liquidateur, c'est vous, cher juanito.
Excellente fin de vie.

Albatros | 26 février 2018 à 17h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Moi je trouve ça limite risible, mais c'est un bel exemple de la radicalité de certains antinucléaires. Vous continuez d’asséner votre croyance sans le moindre doute, tant pis si les hypothèses qui soutiennent vos sources ont été depuis totalement invalidées par des travaux plus récents. Maintenant vous en arrivez à souhaiter la mort de vos interlocuteurs... Et vous vous dites rationaliste et humaniste... Fascinant.

C'est visiblement inutile de chercher à débattre avec vous. Bonne continuation.

Spadice | 26 février 2018 à 17h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Chers lecteurs,
je vous remercie de rester courtois dans vos échanges et de ne pas proférer de menace envers les uns et les autres. Le but reste que vous échangiez vos points de vue avec arguments et non que vous vous entretuiez !! :-)
Bonne journée à vous tous

Le modérateur | 01 mars 2018 à 11h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien d'accord avec le modérateur.

juanito | 01 mars 2018 à 12h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…