En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le gouvernement repousse à 2035 l'objectif de réduction du nucléaire

Energie  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°384 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°384
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Edouard Philippe a annoncé mercredi 5 septembre que l'objectif de baisse de la part du nucléaire dans le mix électrique français était fixé à horizon 2035. Il s'agit là d'un nouveau glissement du calendrier après l'annonce officielle en novembre 2017 par Nicolas Hulot que l'objectif contenu dans la loi de transition énergétique ne pourrait pas être respecté.

Cette dernière prévoit de réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% à l'horizon 2025, comme l'a rappelé Ségolène Royal dans une interview au Parisien accordé le même jour. La politique énergétique française doit être déclinée dans la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) en cours de révision. Le nouveau ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé qu'il serait en mesure de présenter ce document de planification à la fin du mois d'octobre.

"Une telle annonce est un inacceptable cadeau effectué au président d'EDF et confirme la mainmise du lobby nucléaire sur le gouvernement dénoncée par Nicolas Hulot", s'indigne le Réseau sortir du nucléaire. Elle correspond à un scénario dans lequel 26 réacteurs de 50 ans et plus resteraient en fonctionnement en 2035, explique l'ONG. "Une perspective aussi dangereuse qu'irréaliste", dénonce-t-elle.

Cette annonce est faite au moment même où le Haut comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire (HCTISN) lance une concertation sur les conditions de poursuite du fonctionnement des réacteurs nucléaires après 40 ans.

Réactions4 réactions à cet article

 

le défi est gagné d'avance ! la stabilisation de la production nucléaire, moins dangereuse par EPR, affichera en 2035 une part en dessous de 50 % si les besoins énergétiques continuent à augmenter !

CLAUDIUS97 | 07 septembre 2018 à 10h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

d' ici 36 ans çà a le temps de nous Peter à la figure et la politicaille lèvera les bras au ciel en disant qu'ils n'étaient responsables. Ce sera comme à l'habitude de la faute à l'autre..36 ans = 7 mandats présidentiels

agregat | 07 septembre 2018 à 11h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qu'attendre de mieux et basiquement réaliste d'un ancien cadre d'AREVA, même si sa boite, suite à un scandale est devenue Framatome.

On ne peut tout de même pas souhaiter qu'une centrale pète au plus vite un tout petit petit peu pour faire ouvrir les yeux.

C'est quoi la centrale la plus proche du Havre ?

Sagecol | 07 septembre 2018 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comme si la loi de 2015 se limitait à "2025" !! Faut-il s'interdire d'exporter de l'électricité si c'est rentable? On dit "sans carbone" mais on veut dire "sans nucléaire" ou "tout pour l'éolien" ou "tout pour le PV" ...

candide | 08 septembre 2018 à 09h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…