Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Fukushima : Tepco pourrait prendre du retard sur son échéancier

Tepco espère toujours assurer un arrêt à froid de la centrale de Fukushima Daiichi dés janvier 2012, mais l'opérateur admet que des problèmes techniques liés au traitement de l'eau radioactive pourrait retarder l'échéance.

Energie  |    |  Philippe Collet
   
Fukushima : Tepco pourrait prendre du retard sur son échéancier
© Tepco
   

La semaine dernière l'opérateur de la centrale de Fukushima Daiichi, Tepco, annonçait que les températures des quatre piscines de stockage du combustible usé sont stabilisées à des niveaux satisfaisants. Les températures des trois réacteurs endommagés restent quant à elles trop élevées et Tepco tente toujours de les abaisser en modulant les volumes d'eau injectés. Une situation en ligne avec le plan de stabilisation présenté en avril par l'opérateur.

Les volumes d'eau radioactive ne diminuent pas

Cependant, des problèmes techniques posés par l'usine de décontamination de l'eau hautement radioactive entretiennent l'incertitude sur l'évacuation de l'eau accumulée dans les installations. L'usine construite par Areva et l'américain Kurion est l'objet de multiples pannes qui ralentissent sensiblement l'avancée des opérations. En cause, l'élimination des grandes quantités de césium radioactif qui constitue un point faible à l'origine de fuites d'eau et de dysfonctionnements des pompes.

Au 9 août, 42.000 m3 d'eau ont été retraités mais il restait encore environ 120.000 m3 à traiter, un volume en légère hausse par rapport au 110.000 m3 annoncés mi-juin lors de la mise en route de l'unité de traitement.

Or il s'agit d'un élément clé car d'une part l'eau radioactive interdit l'accès à certaines zones et d'autre part, la réinjection de l'eau retraitée permet d'établir un circuit fermé sensé limiter la dispersion des rejets radioactifs. "Il est possible que la décontamination ne soit pas achevée d'ici la fin de l'année, comme le prévoit notre plan, et que cela affecte le processus d'arrêt à froid" a confirmé un porte-parole de Tepco à l'agence de presse Reuters, ajoutant que "cependant nous n'avons pas encore décidé de repousser notre objectif".

Afin de tenir le délai annoncé en avril, Tepco teste depuis la semaine dernière un autre système de décontamination destiné à extraire le césium. La simplicité du système fourni par Toshiba devrait limiter les pannes, mais, dès sa mise en marche, l'accumulation de césium dans certaines parties de l'équipement empêchait sa maintenance entraînant un arrêt imprévu.

Des zones interdites pour des décennies

De plus, les conséquences de la catastrophe devraient s'étaler sur plusieurs décennies. En premier lieu, les médias japonais rapportent que certaines zones contaminées devraient rester interdites "pendant plusieurs décennies". Il s'agit en particulier de la zone de trois kilomètres autour de la centrale, qui pourraient servir au stockage des déchets radioactifs générés par la catastrophe, et notamment les boues issues du traitement de l'eau. En effet, le principe de décontamination se base sur l'usage de filtres ainsi que sur la précipitation des éléments radioactifs et leur concentration par décantation. À l'issue du processus, il reste donc à stocker les éléments radioactifs extraits de l'eau.

Les zones interdites pourraient par ailleurs s'étendre au-delà des trois kilomètres évoqués par la presse nippone puisque des analyses "effectuées par le ministère des Sciences et de la Technologie ont révélé des taux de radioactivité cinq fois supérieurs à la limite légale de 20 millisieverts par an dans 15 des 50 stations d'observation installées à l'intérieur [de la zone de 20 kilomètres évacuée autour de la centrale]" rappelle l'AFP.

Economie d'énergie cet hiver

Les restrictions de consommation électrique devraient elles aussi perdurer. Avec la mise à l'arrêt ce mardi du réacteur 7 de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, opérée par Tepco, se sont maintenant 40 des 54 réacteurs japonais qui sont à l'arrêt. Un niveau de disponibilité qui devrait encore diminuer le 26 août avec la mise à l'arrêt pour maintenance du réacteur 2 de la centrale de Tomari opérée par Hokkaido Electric Power Co.

Dans ce contexte, les opérateurs électriques préparent leurs usagers à des restrictions de consommation durant l'hiver à venir. Ainsi, Kansai Electric, qui fournit en électricité la deuxième métropole japonaise constituée autour d'Osaka, devrait proposer mi-septembre un plan visant à réduire de 15% la consommation de ses clients pendant l'hiver. Une baisse similaire à celle prévue pour l'été. La situation de l'opérateur semble particulièrement précaire puisque trois des quatre réacteurs nucléaires encore en marche (sur un total de onze) doivent être arrêtés pour maintenance d'ici la fin de l'année. Or le deuxième opérateur japonais est aussi le plus dépendant de l'atome puisque ses réacteurs produisent 43% de l'électricité qu'il commercialise.

Réactions3 réactions à cet article

 

Dans son malheur le Japon se lance dans les économies d'énergies à grandes échelle. C'est bien triste de devoir attendre une catastrophe de cette ampleur pour faire preuve de bon sens.

florian | 24 août 2011 à 16h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Florian
Les japonnais étaient déja ds leaders très bons en terme d'économies d'énergie. Rapporté a la consommation par personne , ils consomment autant que nous dans les années 70 avant le 1er choc pétrolier.
Il n'ont pas attendu un séisme et un tsunami dévastateur pour prendre les initiatives dans l'économie d'énergie.

Moise44 | 24 août 2011 à 21h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comme quoi les économies "importantes" d'énergie sont possibles...ça devrait nous servir de leçon!
En éspérant que les pauvres japonais n'auront pas trop froid cet hiver...

Pierrot | 25 août 2011 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]