En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nucléaire : EDF ne veut pas fermer de réacteurs avant 2029

EDF veut que l'ensemble de ses réacteurs fonctionnent au moins 50 ans. L'entreprise ne veut donc fermer aucun réacteur avant 2029, en dehors des deux de Fessenheim. Un calendrier compatible avec le scénario "Volt" de RTE.

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Nucléaire : EDF ne veut pas fermer de réacteurs avant 2029

EDF souhaite prolonger la durée d'exploitation de tous ses réacteurs à 50 ans et ne compte pas fermer de réacteur nucléaire avant 2029, en dehors des deux de Fessenheim (Haut-Rhin). A partir de 2029, certains pourraient être fermés, alors que d'autres seraient prolongés à 60 ans. C'est en substance la trajectoire défendue ce mardi 30 janvier par Philippe Sasseigne, directeur du parc nucléaire français d'EDF, à l'occasion d'une rencontre avec la presse.

Actuellement, l'entreprise investit de l'ordre de 4 milliards d'euros par an pour prolonger de 40 à 50 ans la durée de fonctionnement de ses réacteurs, explique Philippe Sasseigne. En conséquence, l'électricien entend bien faire fonctionner ses unités au moins dix ans de plus pour amortir les investissements : EDF ne veut donc pas fermer de réacteur avant 2029, date à laquelle le réacteur 1 de Tricastin (Drôme) sera le premier à atteindre 50 ans de fonctionnement. Entre 2029 et 2035, un nombre important de réacteurs pourrait être arrêté à 50 ans, alors que le reste du parc serait prolongé à 60 ans pour étaler les fermetures. Avec un tel calendrier, la réduction à 50% de la part du nucléaire dans le mix électrique français serait réalisée en 2035, alors que la loi de transition énergétique la fixe à l'horizon 2025. "Voilà ce qui est défendu par EDF" dans le cadre des discussions sur la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) à l'horizon 2028, conclut Philippe Sasseigne.

Prendre en compte les intérêts d'EDF

Le message porté par EDF dans le cadre de la préparation de la PPE est très clair : il faut maintenir le statu quo actuel et renvoyer à la programmation pluriannuelle suivante la fermeture de certains réacteurs nucléaires. EDF a-t-elle bon espoir d'être entendue par les pouvoirs publics ? Le directeur du parc nucléaire n'a pas répondu directement, mais il a expliqué que ce calendrier se base sur les intérêts de l'entreprise. Et de rappeler que l'Etat est le principal actionnaire de l'entreprise, suggérant en creux que les arguments d'EDF sont entendus par le gouvernement. Qu'envisage EDF si la PPE prévoit la fermeture de quelques réacteurs ? "EDF respectera la PPE", assure Philippe Sasseigne, ajoutant que l'entreprise devrait probablement remettre en cause la prolongation de certains réacteurs.

Pour l'instant, il semble que les pouvoirs publics se focalisent sur deux des scénarios de RTE : "Ampère" et "Volt". Le premier prévoit d'ajuster le parc nucléaire en fonction de la progression des renouvelables. Cet ajustement se ferait en dix ans, entre 2021 et 2030, avec un rythme moyen de déclassement de deux réacteurs par an : un réacteur fermé en 2021, deux par an de 2022 à 2025, un en 2026, trois en 2027, aucun en 2028 et 2029, et de nouveau trois en 2030. La pause en 2028 et 2029 s'explique par l'absence de visites décennales programmées ces deux années, indique RTE. En 2035, 18 réacteurs nucléaires seraient fermés (en comptant les deux réacteurs de Fessenheim) et le nucléaire représenterait 46% du mix électrique. Le second scénario propose de développer les moyens de production au rythme des débouchés économiques. Dans ce cas, le nucléaire représenterait encore 56% du mix électrique en 2035. Le rythme n'est pas précisé, RTE indiquant seulement que les deux réacteurs de Fessenheim sont déclassés d'ici à 2025, quatre réacteurs supplémentaires sont fermés entre 2025 et 2030, et trois autres entre 2030 et 2035. Ce scénario apparaît être le plus compatible avec les souhaits d'EDF.

Réactions2 réactions à cet article

 

Les réactions m'intéressent pour faire un point personnel.

EC50 | 31 janvier 2018 à 11h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

EDF état dans l'état (qui ne mérite pas sa majuscule)

ASN à moitié, sinon plus, complice ou soumis

Que dire de plus

Pas question de souhaiter qu'une centrale "pète" - même le moins possible - pour ouvrir les yeux de nos irresponsables politiques

Une pression populaire par internet avec une pétition ?

Sagecol | 31 janvier 2018 à 13h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…