En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eolien : 15.870 emplois en France pour la fabrication de composants, l'ingénierie et la construction

Selon la nouvelle édition de l'Observatoire de l'éolien, l'année 2016 confirme la croissance de la filière, avec une augmentation de plus de 9,6% des emplois dans l'éolien. Ce vivier s'appuie sur 800 sociétés actives, allant de la TPE au grand groupe industriel.

Infographie  |  Energie  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

A l'occasion du 8e colloque de l'éolien, France Energie Eolienne et Bearing Point publie la nouvelle édition de leur Observatoire de l'éolien. Cette analyse du marché et des emplois rend compte de l'évolution de la filière. Pour 2016, l'observatoire comptabilise une hausse de 9,6% des emplois en France soit 15.870 postes dédiés à la fabrication des composants, à l'ingénierie et à la construction des parcs éoliens.

Sur les trois dernières éditions de l'observatoire, les activités industrielles "Ingénierie et construction" et "Exploitation et maintenance" révèlent une très nette progression : respectivement de +34,2% et +30,8% entre 2014 et 2016. Ces tendances s'expliquent par la poursuite de l'augmentation de la capacité totale installée, en croissante forte en 2016.

Sur le territoire, les emplois se répartissent entre le Nord-Est, territoire où la filière éolienne connaît un très fort développement en termes de parcs, le Bassin parisien regroupant traditionnellement une part importante des sièges sociaux d'entreprises intervenant sur la chaîne de valeur et le Grand-Ouest, importante aire d'implantation de l'éolien dont la façade maritime va bénéficier de la croissance de l'offshore. Les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche-Comté, bénéficient de la diversification d'activités industrielles dans la fabrication de composants pour l'activité éolienne et la Méditerranée reste le berceau de l'industrie éolienne et le lieu d'établissement de plusieurs des acteurs historiques.

Réactions1 réaction à cet article

 

Reste à dire que ce sont des emplois précaires. En effet la construction de ces éoliennes ne prend que quelques mois. Et ce sont des emplois peu qualifiés. Dès que le rythme ralentira cela fera autant de chômeurs.
Pour autant l'intérêt d'une filière industrielle ne se mesure pas aux emplois créés mais à la valeur ajoutée par cette filière (sinon on pourrait embaucher des casseurs de cailloux sur le Larzac).
Et l'énergie éolienne, pour décarbonée qu'elle soit, est très subventionnée : sans les taxes prélevées sur nos factures EDF pour ces énergies renouvelables, elle serait largement plus chère que le nucléaire, autre énergie décarbonée.
Dit autrement, l'éolien n'apporte rien dans un pays où l'énergie est bon marché et décarbonée. Donc ces emplois sont non seulement précaires, mais leur valeur ajoutée est quasi inexistante.

stud38 | 21 septembre 2017 à 10h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…