Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

2,1 millions de logements ont bénéficié d'une rénovation énergétique aidée en 2019

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

En 2019, 2,1 millions de logements collectifs et maisons individuelles (soit 7 % du parc en France métropolitaine) ont fait l'objet d'une rénovation énergétique ayant bénéficié d'aides publiques. Telles sont les premières données publiées ce 19 mai par l'Observatoire national de la rénovation énergétique (ONRE). Piloté par le Commissariat général au développement durable (CGDD), cet observatoire a été créé en septembre 2019. Son rapport se base sur les résultats de l'enquête 2020 sur les travaux de rénovation énergétique dans les maisons individuelles (Tremi), co-pilotée par l'Agence de la transition écologique (Ademe). Cette enquête a interrogé des ménages résidant en maison individuelle sur les travaux réalisés entre 2017 et 2019.

La rénovation des 2,1 millions de logements a été soutenue par l'une des trois principales aides publiques, sur la période de 2016 à 2019 : certificats d'économie d'énergie (CEE), programme « Habiter mieux sérénité » de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) et le crédit d'impôt à la transition énergétique (CITE). Leur rénovation ont conduit à une réduction de 1,6 % de la consommation d'énergie conventionnelle du parc de logements en 2019.

   
La rénovation énergétique des logements en 2019. © ONRE
 
   

La rénovation concerne principalement les maisons individuelles et les propriétaires occupants (65 % des logements rénovés bénéficiant d'une aide). Si le dispositif « Habiter mieux » est concentré sur les ménages modestes, le CITE a profité davantage aux ménages aisés, tandis que les CEE « présentent un profil de bénéficiaires assez équilibré », précise le rapport. Par ailleurs, les travaux portant sur les systèmes de chauffage et/ou d'eau chaude sanitaire « apparaissent globalement les plus efficaces ». Parmi les gestes portant sur l'enveloppe du bâti, l'isolation des murs, par l'intérieur ou l'extérieur, présente « la plus grande efficacité en moyenne ».

Réactions1 réaction à cet article

 

En fin de compte nous on n'est pas intéressés, déjà on est des sinistrés du téléphone classique, et quand j'ai vu que les soi-disant RGE pour un tarif calculé de 25€ le m2, ils en demandent 50, on n'a bien senti l'arnaque, et évidement de proposer des travaux superflus dans une région à climat doux ou la gelée reste exceptionnelle, on mettra combien d'années à rembourser, et puis comment expliquer de ne pas laisser continuellement les portes ouvertes? Cette économie est virtuelle pas réelle.
Une seule chose m'intéresserait mais introuvable sauf inabordable, une pompe à chaleur monobloc pour remplacer le poèle à pétrole de l'entrée.
Ben oui, pourquoi perdre la chaleur du moteur à l'extérieur alors que ça ne sert qu'au chauffage?
Parce que climat doux veut dire clim= gaspillage.

pemmore | 20 mai 2021 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager