Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les soins des mineurs d'uranium au Niger pris en charge par Areva

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Selon Reuters, le groupe nucléaire Areva a déclaré mardi 6 décembre qu'il allait faire passer des examens de santé à ses employés des mines d'uranium au Niger. Ces examens devraient commencer au premier semestre 2012, d'après Areva qui emploie 1.600 personnes au Niger.

Areva avait déjà annoncé en juin 2009 la mise en place, en collaboration avec les ONG Sherpa et Médecins du Monde, d'un observatoire de la santé autour des sites miniers d'uranium exploités dans le monde par le groupe en particulier au Niger et au Gabon. Ce Groupe pluraliste d'observation de la santé (GPOS) a pour objet ''l'étude de l'impact potentiel des activités uranifères d'Areva sur la santé des travailleurs'' mais aussi ''des populations avoisinantes'', avaient promis à l'époque les partenaires. Si des cas de maladies imputables à cette activité professionnelle étaient mis en évidence, ''les soins correspondants seraient pris en charge par Areva conformément aux normes médicales françaises'', a rappelé hier Alain Acker, directeur médical d'Areva. Le groupe aurait commencé l'an dernier à soigner plus d'un millier d'ouvriers ayant travaillé dans des mines au Gabon.

Les mines du Niger fournissent à Areva un tiers de ses besoins en uranium. L'association Sherpa pointait un lien entre certaines pathologies et les radiations résultant de l'extraction de l'uranium, avant la signature de l'accord en 2009. Mais l'annonce de l'observatoire avait aussitôt été décriée par les associations anti-nucléaire Criirad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité) et Sortir du nucléaire estimant qu'il s'agissait d'''une opération de communication''. Si Areva ''ne propose pas certaines garanties (inclusion de toutes les personnes concernées, prise en compte de toutes les pathologies incriminées, dispositifs d'indemnisation adaptés…) et ne prend pas en parallèle des dispositions pour réduire l'impact sanitaire et environnemental de ses activités, la mise en place de ''ces observatoires ne constituera pas un progrès réel'', avait alors déclaré la Criirad.

Réactions1 réaction à cet article

 

Une opération de comm en 2009 ?
J'attire l'attention d'ActuEnvironnement sur le choix des titres.
Comme le font si "bien" les JT et les journaux (sans parler des gratuits maîtres en la matière) le choix du titre pour un article est très important.
En effet, le premier message qui va passer est celui porté par le titre. On trouve de plus en plus dans les articles des médias précités d'importantes divergences entre le message porté par le titre et le contenu de l'article.

Ici, "Les soins des mineurs pris en charge par Areva" m'a fait penser qu'enfin cette société prenait le bon chemin.
En lisant l'article (ce que tout le monde ne fera pas !!! Et c'est surtout là que le choix du titre est important) je découvre que :
1. Areva l'avait promis en 2009 et pour le moment ce n'est pas fait.

2. Les examens DEVRAIENT commencer au premier semestre 2012 !
Rien de fait donc !

3. Areva va faire passer des examens de santé, à ne pas confondre avec la prise en charge des soins

4. Des soins seraient pris en charge si "des maladies imputables à l'activité professionnelle sont établies", quand on sait le temps qu'il faut pour qu'une maladie professionnelle soit reconnue en France, on imagine ce que ça peut donner au Niger (je parle d'outils statistiques et de regourpement des données par les organismes de santé, je n'ai pas d'avis sur la qualité et les compétences des professionnels de santé du pays) et avec AREVA.

Une opération de comm en 2009 ?
Une de plus en 2011 ?

Tombour | 08 décembre 2011 à 11h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager