Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

État de la planète : l'OCDE appelle à une action urgente !

Suppression des subventions aux énergies fossiles, introduction d'une taxe carbone ou promotion de l'éco-innovation. Voici quelques mesures qui permettraient selon l'OCDE, de répondre aux quatre principaux défis : climat, biodiversité, eau et santé.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Selon des projections économiques et environnementales publiées par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les émissions mondiales de gaz à effet de serre progresseront de 37 % d'ici à 2030 et de 52 % d'ici à 2050 si les pouvoirs publics n'adoptent pas de mesures nouvelles. Les chiffres mentionnent en outre que les décès prématurés dûs à l'ozone troposphérique pourraient avoir quadruplé dans le monde en 2030 et que 4 milliards de personnes vivront dans des zones touchées par un stress hydrique prononcé à la même date. Côté biodiversité, un nombre considérable d'espèces animales et végétales vont probablement disparaître, en grande partie sous l'effet du développement des infrastructures et de l'agriculture, ainsi que du changement climatique. La liste est longue et les projections ne sont pas rassurantes.

Pourtant selon l'OCDE, les actions à mener à l'échelle mondiale pour faire face aux principaux défis environnementaux - changement climatique, appauvrissement de la biodiversité, manque d'eau et risques pour la santé humaine - sont réalisables et d'un coût abordable. Les solutions aux grands problèmes d'environnement existent, elles sont applicables et elles sont abordables, notamment si on les met en regard de la croissance économique prévue et des coûts et des conséquences de l'inaction, a estimé Angel Gurría, la Secrétaire général de l'OCDE, à l'occasion de la sortie de la publication* ''Perspectives de l'environnement de l'OCDE à l'horizon 2030''.

Cette publication de 500 pages rendue publique le 5 mars à Oslo, soit 7 ans après la précédente, étudie les effets coordonnés de la démographie mondiale et de la croissance économique sur l'état de la planète et met en lumière les problèmes clés de l'environnement. Elle propose des solutions qui permettraient de répondre aux quatre principaux défis environnementaux (climat, biodiversité, l'eau et la santé) tout en rappelant que les coûts augmenteront considérablement si des actions ne sont pas engagées dès à présent.

Selon l'Organisation intergouvernementale, certaines actions ciblées coûteraient à peine plus de 1% du PIB mondial en 2030, soit quelque 0,03 point de pourcentage de moins que la croissance annuelle moyenne du PIB d'ici à 2030. Leur mise en œuvre permettrait par exemple de réduire les émissions d'oxydes d'azote et d'oxydes de soufre d'un tiers environ d'ici à 2030 par rapport au scénario de politiques inchangées, mais aussi de ramener la croissance des émissions de gaz à effet de serre à 13 % au lieu de 37 %. Les pays devront modifier la structure de leur économie de manière à s'assurer des lendemains plus écologiques et plus durables, et à émettre peu de carbone. Les coûts de cette restructuration sont abordables, mais la transition devra être conduite avec soin, en tenant compte des impacts sociaux et des répercussions sur la compétitivité et en tirant parti des opportunités nouvelles, a toutefois prévenu Angel Gurría.

L'OCDE recommande notamment de s'appuyer en grande partie sur des instruments économiques ou qui font appel aux règles du marché. La fiscalité environnementale, la tarification de l'eau, les échanges de permis d'émission, les systèmes pollueur-payeur, les redevances sur les déchets et l'élimination des subventions préjudiciables à l'environnement en sont des exemples.

Afin de lutter contre la pollution atmosphérique et les émissions de gaz à effet de serre imputables aux transports, l'OCDE défend par exemple la suppression des subventions aux énergies fossiles. La tarification des transports devrait tenir pleinement compte du coût des atteintes à l'environnement et à la santé, par exemple par le biais de la fiscalité des carburants (y compris la suppression des exonérations fiscales) et de la tarification routière, note le rapport. S'intéressant à l'Agriculture, l'organisation juge nécessaire dans ce domaine la suppression des subventions agricoles préjudiciables à l'environnement et une tarification appropriée de l'eau d'irrigation, ce qui favoriserait une utilisation plus rationnelle de la ressource et la récupération des coûts liés à la création des infrastructures d'irrigation. Afin de lutter contre le changement climatique, l'OCDE préconise l'introduction d'une taxe carbone. La mise en place en 2008, par les seuls pays de l'OCDE, d'une taxe sur le carbone de 25 USD/tonne de CO, aboutirait en 2030 à une réduction de 43 % des émissions de gaz à effet de serre dans ces pays, révèle le rapport. Si le Brésil, la Chine, l'Inde et la Russie suivent l'exemple des pays de l'OCDE et appliquent la même mesure en 2020, et le reste du monde en 2030, le niveau global des émissions de gaz à effet de serre en 2050 pourrait être ramené aux niveaux de 2000.

Sont également nécessaires des réglementations et des normes plus strictes dans les secteurs des transports et du bâtiment, notamment, ainsi que des investissements dans la recherche-développement, l'éco-étiquetage, l'information et la promotion de l'éco-innovation. L'organisation estime par exemple que le stockage du carbone ou les véhicules hybrides, vont sans doute devenir de plus en plus compétitives au cours des décennies à venir et prédit que la généralisation d'une technologie de biocarburants de deuxième génération pourrait permettre d'éviter notamment l'expansion prévue des terres agricoles consacrées à la production de agro(bio)carburants ainsi que l'augmentation de la consommation de pesticides, d'engrais et d'eau. Concernant l'aide à la recherche et au développement technologique, l'OCDE considère que les pouvoirs publics devraient éviter de mettre en place des politiques qui imposent certains choix de technologies ou de sources d'énergie ou de définir des objectifs liés à des technologies particulières (biocarburants, par exemple), de manière à n'éliminer aucune solution technologique et à favoriser la poursuite de l'innovation.

Pour l'organisation, les évolutions technologiques apporteront elles aussi des solutions, mais, assure M. Gurría, l'application généralisée des découvertes soulève de gros problèmes du point de vue des droits de propriété intellectuelle. Il faudra y faire face.

Enfin, l'OCDE souligne que le partage équitable de la charge et les effets redistributifs seront aussi importants que le progrès technologique et que le choix des instruments d'action. Rappelons que les pays développés sont à ce jour responsables de la majeure partie des émissions de gaz à effet de serre, mais du fait de la croissance économique rapide des économies émergentes, en particulier du Brésil, de la Russie, de l'Inde et de la Chine, les émissions annuelles de ces quatre pays dépasseront en 2030 celles des 30 pays membres de l'OCDE** réunis. L'économie mondiale devrait avoir quasiment doublé et la population mondiale être passée de 6,5 milliards aujourd'hui à plus de 8,2 milliards de personnes.

Mais un problème demeure : bon nombre des actions préconisées ne feront sentir leurs effets qu'à long terme. C'est pourquoi le moment d'intervention revêt une grande importance ce qui ne se marie pas particulièrement bien avec l'organisation de la vie politique… De plus reste une question essentielle, à savoir qui paiera ? Dans tous les cas, le coût mondial de l'action sera beaucoup moins élevé si tous les pays œuvrent de concert, a affirmé M. Gurría.

Les 28 et 29 avril prochains, les ministres de l'environnement de l'OCDE devraient se réunir pour discuter notamment de la coopération environnementale entre les pays de l'OCDE et les économies émergentes.

Réactions4 réactions à cet article

 
Blog

J'ai donc 57ans et depuis toute petite j'ai vu faire le jardin de mon grand-père ainsi que celui de mon père à Bagneux mais en retournant sur les lieux de mon bonheur quel fut mon émotion de voir des maisons à la place d'inombrables jardins bien entretenus
ou toutes ses personnes se prettaient mains fortes. Depuis ce temps je me suis arrêtée sur l'état de notre terre cela me fait mal au coeur mon grand-père faisait de l'angrais avec des orties dans 3 tonneaux de différentes grandeurs pour amenner avec l'eau de pluie l'arrossage de son jardin . C'était un jardin bien entretenu et n ous avions de quoi manger naturellement.

pipiou | 10 mars 2008 à 10h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Dépêchez-vous !

Que l'OCDE agisse sans attendre le reste du monde : l'effort doit être initié par nous pays riches, par devoir et par conviction. Les dégâts des guerres du XXè siècle ne seront rien comparés aux dégâts à venir du changement climatique : car cette fois l'Humanité entraînera dans sa souffrance des milliards de représentants d'espèces d'ores et déjà certaines de disparaitre.
A la fin d'une guerre, les souffrances endurées peuvent parfois guérir au contact d'une harmonie retrouvée.
Mais cette fois il n'y aura plus de campagne reposante ou de renouveau : ce sort d'une planète allant vers le pire doit être évité.
Gardons-nous de penser que le seul progrès technologique nous en préserve : le challenge est de taille...
Allons construire des fours solaires, luttons sans répit contre l'absurde.

dj rich | 13 mars 2008 à 10h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Attention à la propriété intellectuelle !

Attention à la propriété intellectuelle.
1- Parce que la première chose à faire pour limiter le réchauffement climatique est de ne pas consommer d'énergie. Pas besoin de brevets pour ça.
2- Parce que le réchauffement climatique est au nord et la pauvreté au sud. Et c'est bien le nord qui peut payer.
3- Parce que les pays émergents, puisqu'ils s'engagent de plus en plus dans la croissance et des dépenses inconsidérées comme le nucléaire ou l'armement militaire, ont aujourd'hui les moyens de payer.
4- Ne détruisons pas un système basé sur la récompense de la création intellectuelle parce que c'est, une fois de plus, un nivellement par le bas et un encouragement à laisser les autres réfléchir.
5- Le chantage au transfert de technologies vers le sud ne veut rien dire. C'est de la mendicité agressive. D'ailleurs personne n'a jamais su dire quelles étaient ces technologies.

René-Pierre | 14 mars 2008 à 10h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
politiques environnementales insuffisantes

"les émissions mondiales de gaz à effet de serre progresseront de 37 % d'ici à 2030 et de 52 % d'ici à 2050 si les pouvoirs publics n'adoptent pas de mesures nouvelles"

eh ben ça fait froid (ou plutot chaud) dans le dos quand on sait qu'il faudrait diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre en 2050 pour les pays européens pour ne pas augmenter trop dangereusement le réchauffement climatique. C'est un lourd mais nécessaire constat des de l'insuffisance des politiques environnementales actuelles...

kirlian | 14 mars 2008 à 19h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager