En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

OGM : vers une alerte mondiale ?

Agroécologie  |    |  Déborah Paquet Actu-Environnement.com

Mardi 16 octobre 2012 à 20:47, la chaîne France 5 diffuse un documentaire inédit sur la récente étude sur les OGM réalisée par le Professeur Gilles-Éric Séralini. 2 ans de tournage pour suivre les scientifiques dans la réalisation de tests sur le maïs Nk603.

Gilles-Éric Séralini témoigne largement et raconte les origines de sa recherche, la méthode suivie, les difficultés de l'opération, son financement, le secret nécessaire pour la mener à bien. Commentaires et explications à la clé.

Retour sur une étude qui a défrayé la chronique avec en bonus une dénonciation des conditions de crédibilité de l'expertise scientifique, du manque de transparence des agences de sécurité alimentaire et de l'emprise des lobbies de l'industrie sur le monde politique.

Réactions4 réactions à cet article

 

Si l'étude dit vrai, il y a quand même de quoi se poser des questions sur ceux qui mettent ces produits sur le marché et qui dorment sur leurs deux oreilles ainsi que sur les agences de sécurité alimentaire qui ne cherchent pas plus loin que le bout de leur nez ! Et la conscience là-dedans, où est-elle ?

agnès | 17 octobre 2012 à 15h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si l'étude disait vrai, les animaux nourris avec du maïs NK 603 (ou d'autres maïs tolérant le glyphosate) devraient se tordre de douleur dans des pays comme les États-Unis d'Amérique, le Canada ou le Brésil.

On aurait dû constater les problèmes, en particulier, sur les rats de laboratoire.

« Ceux qui mettent ces produits sur le marché et qui dorment sur leurs deux oreilles » ont aussi une conscience, quoi que vous pouvez en penser (sous l'influence de tous ces marchands de peur), et les agences de sécurité alimentaire font leur boulot (idem).

« Gilles-Éric Séralini témoigne largement » ? C'est un excellent bonimenteur. D'autant plus que le « documentaire » a été réalisé sans aucun esprit critique.

Il est tout de même extraordinaire qu'une expérience – dont le résultat était a priori inconnu au départ, sauf si l'on considère qu'elle a été conçue pour servir de support à une opération médiatique plutôt qu'à l'acquisition de connaissances nouvelles – ait pu être suivie au long cours, dans le plus grand secret, pendant deux ans.

Comme on devrait le savoir maintenant, quasiment toute la communauté scientifique concernée et plusieurs agences d'évaluation ont invalidé cette étude, notamment sur la base de la constatation de malfaçons extrêmement graves.

Wackes Seppi | 18 octobre 2012 à 17h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce résultat est vérifiable au Vietnam où Monsanto a "amélioré " l'agent orange avec des additifs donnant ces symptomes.
On le voit également en Colombie où la lutte contre les plantations affecte les cultures vivrières et les populations.
Vous trouverez sur internet des photos d"'enfants "monstres" sans bras et avec divers cancers.
Les enfants des militaires ayant manipulé ces produits sont également atteints.
Le scandale est bien mondial

MEYNIERMICH | 19 octobre 2012 à 20h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bon tout est peut être faux , les OGM sont la meilleure solution, alors il ne faut pas avoir peur : une étude longue transparente, financée par moitié par les entreprises pro OGM et par moitié par les gouvernements, sur plus de rats, avec en parallèle les 2 types de rats (les plus et les moins sensibles). 2 ans d'attente , des communications régulières, si c'est un enjeu mondial, c'est aussi important que d'aller sur mars. Il y a eu des mesures draconiennes (et beaucoup d'argent dépensé)sur l'encéphalite spongiforme bovine, la fièvre aphteuse, la grippe aviaire, alors sur des aliments que nous pouvons manger tous les jours , c'est un enjeu énorme pour un cout finalement relatif!

Cabilou | 27 octobre 2012 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager