En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

MON 810 : une clause de sauvegarde illégale mais des mesures d'urgence toujours possibles

La clause de sauvegarde prise par la France pour interdire la culture du maïs MON 810 est illégale selon la CJUE. Mais le Gouvernement peut adopter des mesures d'urgence équivalentes sur un autre fondement.

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com
   
MON 810 : une clause de sauvegarde illégale mais des mesures d'urgence toujours possibles
   

La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), suivant les conclusions de l'avocat général, considère dans sa décision du 8 septembre 2011 que la France ne peut recourir à la clause de sauvegarde prévue par la directive 2001/18 pour adopter des mesures suspendant puis interdisant provisoirement l'utilisation ou la mise sur le marché d'un OGM tel que le MON 810, compte tenu des mesures dont il a préalablement fait l'objet.

Le MON 810 régulièrement autorisé par l'UE

Le maïs MON 810 a été autorisé en tant que semence à des fins de culture, en application de la directive 90/220 sur la dissémination volontaire des OGM dans l'environnement, directive abrogée et remplacée par la directive 2001/18. La France a donné son consentement écrit à cette mise sur le marché. Le MON 810 a ensuite été notifié par Monsanto Europe en tant que "produit existant" conformément au règlement 1829/2003, puis a fait l'objet d'une demande de renouvellement d'autorisation, en cours d'examen, au titre de ce règlement.

A titre de mesures d'urgence, la France a adopté en 2007 un arrêté suspendant sur son territoire la cession et l'utilisation des semences de cet OGM, puis deux arrêtés en 2008 interdisant leur mise en culture.

Suite à des recours en annulation formés par Monsanto et plusieurs sociétés productrices de semences devant le Conseil d'Etat, ce dernier a adressé une question préjudicielle à la CJUE sur les règles applicables aux mesures d'urgence régissant les autorisations de mise sur le marché dont bénéficient les produits OGM en cause.

 
Interdictions nationales du MON 810 En plus de la France, six autres pays de l'Union européenne ont décidé d'interdire la culture du MON 810 sur leur territoire : l'Allemagne, la Hongrie, la Bulgarie, l'Autriche, la Grèce et le Luxembourg.
 
Le recours à des mesures d'urgence reste possible

Si le recours à la clause de sauvegarde se révèle illégal dans de telles circonstances, en revanche, des mesures équivalentes peuvent être adoptées en vertu du règlement 1829/2003 concernant les denrées alimentaires et les aliments pour animaux génétiquement modifiés.

Mais, dans ce cas, les Etats membres doivent établir "outre l'urgence, l'existence d'une situation susceptible de présenter un risque important mettant en péril de façon manifeste la santé humaine, la santé animale ou l'environnement".

Ils doivent informer officiellement la Commission de la nécessité de prendre des mesures urgence. C'est en l'absence d'intervention de cette dernière que l'Etat membre peut prendre des mesures conservatoires. Mais il doit informer immédiatement la Commission et les autres Etats membres de la teneur de ces mesures.

Vers une nouvelle "clause de sauvegarde"

Quelles sont les conséquences pratiques de cette décision ? Réagissant très rapidement, Nathalie Kosciusko-Morizet estime que l'arrêt de la Cour n'est pas conclusif car la décision finale sur la validité de la clause sera rendue par le Conseil d'Etat. Il est vrai qu'il s'agit là d'une décision préjudicielle de la CJUE sur des demandes présentées par la Haute juridiction administrative française.

"La clause de sauvegarde française reste à ce stade valide et l'interdiction de cultiver des variétés de maïs génétiquement modifié MON810 perdure sur le territoire français", tient à rassurer la ministre de l'Ecologie.

Mais, comme le souligne Greenpeace dans un communiqué, le Conseil d'Etat peut mettre plusieurs mois pour procéder à l'annulation de l'arrêté de février 2008 mais "quoi qu'il en soit, il devra tôt ou tard se conformer à la décision de la CJUE, comme le veut le droit européen".

"Si la clause française était annulée pour des questions procédurales, nous prendrions une nouvelle clause de sauvegarde selon la procédure jugée adéquate par la Cour de justice de l'Union européenne, car les questions environnementales, elles, demeurent sans réponse", précise NKM.

Pour Sylvain Tardy, directeur des campagnes de Greenpeace France, si cette nouvelle clause n'est pas adoptée, "le moratoire français sur la culture du maïs MON 810 sera bel et bien condamné et on risque de voir réapparaître les OGM dans nos champs dès le printemps prochain".

Une perspective pas très réjouissante pour les apiculteurs français lorsque l'on voit les conséquences économiques que peut avoir une contamination par des cultures OGM. "Etant donné l'importance des superficies cultivées en maïs (…), l'autorisation de cultiver le MON 810 interdirait la commercialisation d'une part importante de la production française de miel et une bonne part de l'apiculture française n'y survivrait pas, entraînant un déficit de pollinisation pour de nombreuses cultures", souligne la Confédération paysanne.

Sur le fond, des questions sans réponse

Sur le fond, les questions restent effectivement sans réponse. La clause de sauvegarde française avait été motivée, en février 2008, par "des risque sérieux pour l'environnement" : dissémination, apparition de résistances sur les ravageurs cibles effets sur la faune non cible. "Les résultats récents venus des Etats-Unis concernant les risques d'apparition accélérée de résistances, comme chez la chrysomèle, par la culture de plantes de ce type viennent nous rappeler l'importance d'examiner ces impacts et de les prévenir en amont", argumente la ministre de l'Ecologie.

En décembre 2008, l'ensemble des Etats membres avait demandé à la Commission européenne une réforme en profondeur des mesures d'évaluation des OGM. Pour Greenpeace, "voilà plus de trois ans que la Commission européenne doit réformer les modalités d'évaluation des OGM, mais elle tarde à le faire. Comment dire qu'un OGM est risqué ou non pour l'environnement, l'imposer à un Etat souverain, alors que les moyens mêmes d'une évaluation complète et non partisane ne sont pas réunis".

De la même façon, pour Corinne Lepage, ancien ministre de l'Environnement et député européen, cette décision de la CJUE "démontre qu'il faut adapter la législation européenne afin de donner aux Etats membres une base juridique solide pour interdire la culture d'OGM (…). Le vrai problème des OGM n'est pas procédural, c'est le manque d'indépendance et l'insuffisance de l'évaluation des risques menée au niveau européen par l'EFSA. Il est illusoire de croire que la Commission et l'EFSA, qui proposent les autorisations d'OGM, se contrediraient en validant une interdiction nationale".

Réactions4 réactions à cet article

 

On vit une époque formidable: à peine une décision prise par l' Etat Français est-elle déclarée irrecevable par le machin européen au terme de je ne sais quel article de la réglementation européenne qu'on sort une autre règle du chapeau pour envoyer les bureaucrates de Bruxelles dans les choux. C'est chouette, l'Europe. Et ça marche! On le voit tous les jours. Mais à propos, qui souhaite en France voir cultiver des maïs OGM ? Monsanto sans doute, et quelques affidés probablement. Mais les autres, pourquoi n'ont-ils pas voix au chapitre? Quid de la majorité silencieuse?

Onésime | 15 septembre 2011 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le droit européen dit :
"l'existence d'une situation susceptible de présenter un risque important mettant en péril de façon manifeste la santé humaine, la santé animale ou l'environnement".

Mme La ministre dit:
"car les questions environnementales, elles, demeurent sans réponse".

Je crois bien que Mme la Ministre et sa clique d'écolo n'ont toujours pas compris le droit européen, ni les sciences.

POUR ACTIONNER LA CLAUSE DE SAUVEGARDE IL FAUT PROUVER QU'IL Y A EXISTE UN RISQUE.
Hors la clause actuelle (qui est totalement annulée par la CJUE) ne prouve rien. Au contraire même, elle se base uniquement sur des préjugés idéologiques des associations environnementales (qui sont totalement incompétentes).

Daniel. S. Chercheur en écologie.

Daniel | 15 septembre 2011 à 17h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Daniel: votre compétance, surement trés grande ne vous authorise pas à descider à la place des citoyens. Les européens dans une grande majorité ne veulent pas des OGM, ni des animaux clonés. De plus, le MOM810, ne sert à rien car il a suffi de quelques années pour que les ravageurs contre lesquels il est censé lutter deviennent résistant (voir étude USA) . Le monde comptait des milliers de variétés de mais et le réve de Monsanto et consorts est de les remplacer par quelques OGM, cela est absurde et en plus énormément dangereux dans le temps.

Claude Duport | 15 septembre 2011 à 20h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Daniel S. chercheur en écologie (sic!)
Quand on écrit "POUR ACTIONNER LA CLAUSE DE SAUVEGARDE IL FAUT PROUVER QU'IL Y A EXISTE UN RISQUE.", on fait des fôtes de franssé, et signer "Daniel. S. Chercheur en écologie." pour se montrer être "quelque chose", cela rabaisse la science à un tel niveau... Quant à cette histoire de preuve, l'affaire de l'amiante a bien montré que les scientifiques d'utilité publique, reconnus comme tels, mais stipendiés par certains lobbies, n'étaient pas trop crédibles. Pour votre gouverne, je vous rappelle que ce sont des scientifiques "durs" et indépendants, en particulier des mathématiciens de Jussieu (vous connaissez?) quI ont "levé le lièvre", et non des podagres médaillés, du Canada ou d'ailleurs, trés intéressés par les retombées juteuses de leur bassesse et de leur DEMISSION (en majuscules!).

Onésime | 15 septembre 2011 à 20h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager