En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

OGM : le texte est définitivement adopté

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Après l'adoption par l'Assemblée du projet de loi sur les OGM, son adoption par le Sénat , aujourd'hui, marque la fin de son difficile parcours. Les sénateurs ont, en effet, approuvé par 183 voix contre 42 les conclusions de la commission mixte paritaire. Les sénateurs UMP et centristes ont voté pour, les communistes et les Verts contre. Les socialistes n'ont pas participé au vote. La question des OGM était l’une des plus difficiles du Grenelle Environnement, et le Gouvernement l’a traitée en premier, en respectant scrupuleusement ses engagements, a déclaré Nathalie Kosciusko- Morizet. Pour Jean-Louis Borloo, cette loi met un terme à dix années d’esquives et de non dits. Nous avons vécu, au Parlement, un débat courageux, approfondi et, à bien des égards, exemplaire. Comme lors du Grenelle, nous sommes parvenus à dépasser les postures pour débattre du fond, et à bâtir ensemble l’un des textes les plus protecteurs au monde,a-t-il souligné dans un communiqué. Ce texte n’est ni pro, ni anti-OGM,a conclu Jean-Louis Borloo. Il instaure enfin des règles claires, précises, rigoureuses, qui vont nous permettre d’encadrer le développement des biotechnologies dans le respect absolu de la santé publique, de l’environnement et de l’agriculture française.

Le débat n'est toutefois pas clos puisque les députés PS, PCF et Verts ont annoncé hier le dépôt, vendredi, d'un recours au Conseil constitutionnel contre ce texte et contre le passage en force imposé, selon eux, par le gouvernement. Les associations restent également mobilisées à l'instar de l'organisation Greenpeace. Comment un tel texte, lacunaire et adopté dans ces conditions pourra réunir et non pas diviser sur un sujet si fondamental et passionnel ? s'interroge Arnaud Apoteker, de Greenpeace France. Tous les éléments sont bel et bien réunis pour que cette loi ne soit jamais acceptée par les citoyens, les consommateurs et les agriculteurs. Tous les éléments sont bel et bien réunis pour que ce sujet reste une épine enfoncée au pied de l'agriculture française, estime-t-il. Pour Greenpeace, il convient toutefois maintenant de faire en sorte que les décrets d'application soient le plus précautionneux possible. Il importe également et surtout d'initier au niveau européen une révision complète des procédures d'autorisation de mise en cultures des plantes génétiquement modifiés. Le sujet est inscrit à l'ordre du jour du conseil de ministres de l'environnement du 5 juin.

Réactions1 réaction à cet article

 
reaction

quand c'est les mêmes qui discutent du fond ...Mais du fond de leur poche...

Anonyme | 17 juillet 2009 à 15h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager