En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Grenelle de l'Environnement : l'Alliance, la FNE et la FNH font leurs propositions en matière d'OGM

Alors que se tient la réunion de l'intergroupe de travail OGM dans le cadre du Grenelle de l'environnement, l'Alliance pour la planète, la FNE et la Fondation Nicolas Hulot rendent leurs propositions en matière d'OGM.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
   
Grenelle de l'Environnement : l'Alliance, la FNE et la FNH font leurs propositions en matière d'OGM
   
Alors que ce jour, 10 Septembre, se tient la deuxième réunion de l'intergroupe de travail OGM dans le cadre du Grenelle de l'environnement, l'Alliance pour la planète d'un côté et la FNE aux cotés de la Fondation Nicolas Hulot de l'autre, ont rendu leurs propositions en matière d'OGM.

Rappelons que la transposition de la directive européenne relative aux essais en champs et aux cultures commerciales d'OGM avait été effectuée par décret en mars dernier. Une méthode fortement décriée par les associations !
Le texte vise à encadrer les cultures et les essais d'OGM et réglemente les cultures d'OGM commerciales et expérimentales. Menacée d'amendes et régulièrement rappelée à l'ordre par la commission européenne, la France était en effet dans l'obligation de transposer cette directive. La Commission européenne avait à l'époque demandé à la Cour de Justice d'infliger à la France une amende de 38 millions d'euros plus une astreinte journalière de plus de 360.000 euros pour violation de la législation européenne.
Initialement, le gouvernement avait choisi de faire examiner le projet de loi selon une procédure d'urgence ne prévoyant qu'une lecture par chambre (Sénat puis Assemblée nationale). Mais finalement, et même après avoir été adopté en première lecture le 26 mars 2006 par le Sénat, le texte n'avait pas été soumis à l'Assemblée Nationale, mais validé par décret.

Depuis, la situation sur le sujet est plus que tendue à l'image des actions des faucheurs volontaires en réaction à l'annonce publique par le Gouvernement des 21.000 ha de maïs OGM cultivés en France en 2007 et destinés à l'alimentation animale. Plusieurs centaines de militants avaient manifesté début août et avaient procédé à des arrachages symboliques de plants de maïs OGM pour demander la mise en place d'un moratoire sur la culture en plein champ. La FNSEA avait alors demandé que le gouvernement prenne ses responsabilités sur ce dossier et fasse respecter la légalité.

Dans ce contexte la FNE espère que la réunion du groupe spécial OGM du Grenelle qui se réunira aujourd'hui permette une sortie de crise.
La Fédération demande le retrait du projet de loi déposé au Sénat en mars 2006, l'abrogation des décrets et arrêtés publiés en mars 2007 et la rédaction d'un projet de loi fondé sur le principe de précaution. 10 principes ont été avancés par la FNE et la FNH, ce week-end, pour une loi de protection de la santé et de l'environnement qui vienne contrer le projet de loi adopté par le Sénat en 2006.
Elles recommandent notamment d'appliquer le principe de précaution et une évaluation rigoureuse du risque en imposant que l'analyse du risque soit conforme à la méthode et aux critères d'évaluation définis par la directive 2001/18/CE et en créant un conseil des biotechnologies indépendant et disposant des pouvoirs nécessaires pour accomplir les missions qui lui sont imparties. En outre elles souhaitent une information du public, seule garantie de la transparence quant à la dissémination des OGM. Les deux organisations prônent également de restaurer le principe de participation tant au niveau national que local.Enfin, elles souhaitent une application stricte du principe du pollueur-payeur qu'il s'agisse de l'agriculteur ou du détenteur du brevet.

L'Alliance pour la planète demande quant à elle au gouvernement, de se prononcer en faveur d'un moratoire sur toute culture d'OGM en pleins champs, jusqu'à ce que soient garantis par la loi, la liberté et le droit de produire et de consommer sans OGM et que l'Europe et la France se dotent de moyens d'expertises indépendants et performants en matière d'OGM et notamment sur la commercialisation du MON 863 au regard des doutes apparus sur son innocuité pour la santé.
Même si le collectif, qui regroupe quelque 70 organisations de défense de l'environnement, dont Greenpeace, WWF, Amis de la Terre ou Ecologie sans Frontière, se félicite de la volonté affichée par M. Jean-Louis Borloo lors de son récent voyage au Brésil de transposer la Directive 2001/18 dans le cadre d'une loi, il tient toutefois à rappeler qu'au-delà de cette mesure, le gouvernement se doit d'adopter des mesures** de sauvegarde urgentes et notamment [...] suspende la culture d'OGM en plein champs jusqu'à ce que les nouveaux moyens nationaux et européens d'expertise soient mis en place.

Réactions12 réactions à cet article

 
OGM ?

En France, traditionnellement, le secteur agricole et les industries qui s'y rattachent on toujours été "chouchouttés" par le politique. Il y a une volonté politique, à mon avis, de ce gouvernement et aussi du précédent de faire passer les OGM comme un état de fait sur lequel on ne pourra pas revenir. Les lobbys de l' industrie agroalimentaire et chimique qui s'y associent ont certainement beaucoup de moyens financiers pour que les
politiques leur donnent une oreille favorable...

Cet exemple est typique dans le sens où nous touchons ici les limites de la démocratie française. En général avant les élections tout le monde se gargarise de démocratie, lorsqu'il faut passer aux actes c'est plus dur.

Les OGM mettent en jeu la biodiversité, la santé publique, l'économie alimentaire mondiale et la liberté de produire localement des espèces adaptées. Nul ne parle des quantités phénoménales d'herbicides polluants (glyphosates) que l'on retrouve dans tous les cours d'eau aujourd'hui et dont les conséquences écologiques seront lourdes. L'intérêt de quelques uns doit-il couper la parole et le droit à la majorité et au bon sens ? Nous avons que les OGM n'apporteront pas de réponse aux besoins mondial d' alimentation, nous savons que ces cultures détruisent les reserves de biosphère d'amérique latine et
d'asie.

Des scientifiques non acquis à la cause du business agrochimique et honnêtes ont mis en évidence les risques
par des études indépendantes .

On a l'impression que nos politiques ne veulent pas voir cela, attendra-t-on une catastrophe majeure comme pour l'amiante, mais avec des effets beaucoup plus importants et concernant toute la population pour réagir ?

Les responsables, comme d'habitude auront eu le temps de se mettre à l'abri soit grâce à leur fortune ou grâce à des amnesties taillées sur mesure par une justice surtout
au service des politiques.

Notez que je ne prends aucun parti pour telle ou telle tendance politique, mais il est bien évident que le libéralisme à tendance anglosaxone, génère le plus de catastrophes dans ce sens, sa philosophie de la fortune individuelle prime sur l'intérêt et le bien collectif . Je regrette que la France ait commencé à vendre son âme.

Le courage et l'honnêteté politique ne consiste pas seulement à demander des sacrifices aux citoyens, mais aussi leur apporter une vision d'avenir meilleur, ce dernier point étant soigneusement évité, serait-ce que notre société n'est plus capable de générer des visionnaires ?

Cordialement et merci à ceux qui prolongeront cette réflexion.

rila | 13 septembre 2007 à 09h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:OGM ?

"Les OGM mettent en jeu la biodiversité, la santé publique, l'économie alimentaire mondiale et la liberté de produire localement des espèces adaptées."

Plus que n'importe quelle autre nouvelle variété ? Ah bon ? et comment ces OGM peuvent-ils faire tout ça à la fois ?!?


"Nul ne parle des quantités phénoménales d'herbicides polluants (glyphosates) que l'on retrouve dans tous les cours d'eau aujourd'hui et dont les conséquences écologiques seront lourdes."

Et tu crois vraiment que les herbicides sélectifs 100 fois plus toxiques et résidents qu'on utilise aujourd'hui sont mieux ?!?


"L'intérêt de quelques uns doit-il couper la parole et le droit à la majorité et au bon sens ?"

Pour parler de bon sens, il faudrait déjà que la majorité soit informée. actuellement, mieux vaut chercher de l'or dans la Seine que du bon sens chez les anti-OGM...


"Nous avons que les OGM n'apporteront pas de réponse aux besoins mondial d' alimentation"

Ah bon ?!? sans même avoir essayé ?!?
Bah dis donc, tu es vraiment balaise.
Moi je vois surtout que les OGM font une incroyable percée dans les pays en voie de développement,e t que la surface moyenne des gens qui les cultive est de 10 hectares, petite agriculture donc.
Sans parler des OGM résistants à la sécheresse qui sont testés un peu partout actuellement...et du riz doré, dont les premiers tests sont on ne peux plus engageants...


"nous savons que ces cultures détruisent les reserves de biosphère d'amérique latine et "

Nop, ça c'est la monoculture industrielle. Rien à voir avec le caractère OGM ou non.


"Des scientifiques non acquis à la cause du business agrochimique et honnêtes ont mis en évidence les risques
par des études indépendantes ."

Nop ; correction :
des militants anti-OGM on joué les pseudo-scientifiques en publiant quelques feuilles de choux mettant sois-disant en évidence des risques.

Feuilles de choux bien évidemment démolies dès leur sorties : fallait être bien naïf pour croire qu'avec aucune base de toxicologie, et des stats de niveau bac+3 on peut affirmer le contraire des toxicologues de 7 pays...

Il y a actuellement des dizaines de publications non réfutées qui montrent une absence de toxicité.
Et à coté de ça, une publication réfutée ( et le mot est faible, ça relève plus de la mise en pièce ) qui prétend mettre en évidence un risque.
C'est vite vu.


Pour le reste, une petite piste de réflexion quand même :

Tu sais que toutes les variétés que tu consommes sont renouvelées grosso-modo tous les 5 à 10 ans ?
Tu sais que ces nouvelles variétés ont été obtenues en modifiant le génome d'une ou plusieurs autres variétés, par mutation/croisement/sélection ?
Tu sais que concernant ces modifications de génomes, on ne sait ni sur quels gènes elles portent, ni même sur combien de gènes elles portent ???

Oh, surprise : tous els risques potentiels des OGM sont en fait les risques potentiels des modifications des génomes. De l'agriculture en gros.
Et oh surprise : on ne s'en inquiète QUE pour les OGM...

Ce qui fait qu'à ce jour, aucun OGM toxique n'a été commercialisé, alors qu'on dénombre plus d'une dizaine de variétées conventionnelles qui ont du être retirées du marché, parceque les mêmes tests qui ne donnent rien sur les OGM ont montré leur toxicité.

Une de ces variétés a même envoyé son premier gourmet dans le coma...( variété Lenape ).

Ryuujin | 14 septembre 2007 à 23h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re: et dans le fond?

Bienvenue sur la terre, ô premier Narcisse OGM.
Longue vie...

sélène | 16 septembre 2007 à 21h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re: et dans le fond?

Mdr, il y en a qui ne supportent même pas qu'on leur donne une information et des pistes de réflexion...

C'est si mal d'être informé, et de réfléchir un peu en France ?

Faut-il cacher la moindre réflexion, la moindre trace de travail sur un sujet pour ne pas paraitre "narcissique" ?!?

Je citerais bien Nieztsche à votre propos, mais cela risquerait de ne pas passer à la modération ; votre portrait n'est pas très beau à voir.

Ryuujin | 17 septembre 2007 à 22h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re: et dans le fond?

Au sujet des OGM... "Je crains que des pressions économiques trop fortes n'étouffent la complexité des débats" (H. Reeves 'Mal de Terre')

Même si tu étais chargé de recherche chez Monsanto, tu ignorerais comme tout le monde les tenants et aboutissants du projet d'OGMisation du monde....

En attendant, même si l'OGM était innoffesif, on devrait respecter les principes de précaution et de transparence.

Vincent | 18 septembre 2007 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re: et dans le fond?

Reeves est un astrophysicien.
Il est sans doute excellent dans son domaine, mais en ce qui concerne les OGM, il n'a pas plus de crédit que mon plombier.

Ceci dit, ce qui est complètement occulté au public, c'est le fruit des 15 dernières années de recherches, dont pas UN SEUL article de presse n'a traité.

Le moratoire par exemple devait servir à mener des études sur l'impact environnemental des OGM.
Avez-vous entendu parler de ces études ?
Non. Et pourtant, elles ont bien été menées.


"Même si tu étais chargé de recherche chez Monsanto, tu ignorerais comme tout le monde les tenants et aboutissants du projet d'OGMisation du monde.... "

C'est amusant cette façon de croire que les OGM, c'est Monsanto. Monsanto, c'est UNE boite qui fait des OGM parmis des dizaines d'autres boites, rien de plus.

Ceci dit, vive la théorie du complot ! Pour ton information, le monde est déjà génétiquement modifié depuis bien plus longtemps que tu ne le crois.
Même notre ADN à nous contient déjà plus de 9% d'inserts.


"En attendant, même si l'OGM était innoffesif, on devrait respecter les principes de précaution et de transparence. "

Mais qu'est-ce qui te fait croire que ce n'est pas fait ?!?
Le principe de précaution EST appliqué, et mieux que jamais, car AUCUN aliment n'a jamais été autant surveillé que les OGM, et niveau transparence, c'est bien simple : il y a plus d'informations disponibles sur les variétés OGM que sur n'importe quelle variété non-OGM.

Mais bien entendu, l'information encore faut-il la chercher pour la trouver, par exemple, il faut encore savoir faire correctement une recherche avec Google.

Ryuujin | 18 septembre 2007 à 15h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re: et dans le fond?

Mais qui es-tu pour nous parler sur ce ton? Tu es payé pour ça?

Sinon, je suis très intéressé par les résultats des recherches ayant été menées "depuis 15 ans" sur la question, ainsi que par toutes les études que tu prétends avoir réalisé. Aurais-tu un site Internet à nous conseiller? Un livre? Un auteur?

Si nous sommes tous si ignorants dans le domaine, merci de nous éclairer. Si nous avons tord d'avoir peur, merci de nous rassurer (pour l'instant le ton agressif et méprisant de ton discour ne m'inspirent pas vraiment confiance).

Merci quand même.

vincent | 18 septembre 2007 à 16h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:Re: et dans le fond?

Le résultat de ces recherches est publié (comme la quasi-totalité du travail de recherche mondial) dans des journaux scientifiques. Le détail des méthodes, résultats et interprétations s'y trouve.

Pour y avoir accès, il suffit de passer par exemple par une bibliothèque universitaire.
Dans la quasi-totalité des cas, un résumé de l'étude est disponible gratuitement sur internet, et il est possible ensuite d'acheter la publication à l'unité. Certaines sont gratuites.

Pour fouiller là dedans, je vous reconseille le moteur de recherche Google Scholar (sur la page d'accueil de google, cliquer sur "Google.com in English", puis "more", et enfin "Scholar".
Bon, par contre, tout y est en anglais ou presque.

Pour un livre de vulgarisation vraiment scientifique sur le sujet, se référer à "Plantes transgéniques : faits et enjeux" de Gallais et Ricroch, aux éditions Quae.
Agnès Ricroch est une des chercheuse de l'ANR OGM ou GMbioimpact.

Au passage, la participation personnelle d'un chercheur à cette échelle de recherche est minime, cad que parmis le bilan de ces 15 ans, on trouve la patte de plus d'un millier de chercheurs.

On a jamais tord de douter, mais il faut garder un minimum de sens de la mesure : pourquoi douter plus d'un OGM que de n'importe quelle nouvelle variété ?
Vous pensez vraiment mieux savoir ce que sont les variétés non-OGM ?

Le public l'ignore majoritairement, mais toutes les plantes cultivées résultent de modifications largement incontrolées de leurs génomes. Nous mangeons des mutants sélectionnés qui pour la grande majorité n'auraient jamais poussé en pleine nature, voire n'auraient jamais vu le jour.
Combien de gènes ont été modifiés lors de la création d'une nouvelle variété ? on en sait trop rien. Lesquels ? n'en parlons pas.

La totalité des craintes exprimées à l'encontre des OGM sont tout autant valables pour n'importe quelle variété, non-OGM.
Maintenant, pourquoi ces craintes sont exagérées ? tout simplement parceque cela fait 10000 ans qu'on modifie les génomes des plantes que nous mangeons, et le moins qu'on puisse dire est que ça nous a réussi : on nourrit allègrement 4 milliards d'humains, quant avant on peinait à en nourrir 40 millions.


Face à ce genre de risque potentiel, il faut prendre des précautions, et c'est ce qu'on fait : on investi une énergie jamais vue dans l'évaluation de l'impact écologique et sanitaire de ces nouvelles variétés.

Ce qui est regrettable, c'est que le public n'a pas encore pris conscience que ce même principe de précaution devrait s'appliquer tout autant aux variétés non-OGM.
Curieux, non : on a jusqu'à ce jour trouvé aucun OGM commercial toxique, mais à chaque fois que quelqu'un croit, ou veut faire croire qu'il a trouvé, c'est hyper-médiatisé.
A coté de ça, des variétés non-OGM toxiques, on en trouve régulièrement. La dernière évaluation toxicologique de variétés de petites pommes de terre a pointé la toxicité de 8 d'entre elles, qui sont actuellement encore dans le commerce.
La variété Lenape a failli tuer son premier consommateur. Elle a été retirée du commerce, certe, mais personne ne sait même qu'elle a existé.
La Magnum Bonum elle aussi a été retirée, mais après plus de 50 ans de consommation...

Ryuujin | 18 septembre 2007 à 18h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:Re:Re: et dans le fond?

Merci pour cette réponse très concrète.

vincent | 18 septembre 2007 à 18h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re: laissons nieztshe de côté

Quel portrait?
Je me permet de répondre de la même manière que toi sauf que les opinions diffèrent, il me semble avoir été modérée sur la question mais c'est toi qui n'a pas bien lu ce que j'ai dit...Alors dans ce cas, on ne prend plus de gants, tu es aussi direct et brutal ds tes réponses...

Tant soi dit, je suis les informations et me renseigne avec toute objectivité. Si je te souhaite longue vie, ce n'est pas ds le mauvais sens, comme qoi la communication restera tjrs difficile entre les humains.
Bon courage ds tes recherches et restons tous attentifs sur l'exploitation de la terre qui nous nourri quand on la respecte. Risque à me faire passer pour une mystico comme tu veux le penser, la nature n'a jamais été une ennemie de l'homme mais bien une entité vivante très complexe. Pour ma part, notre société et notre façon d'agir avec elle fait fausse route, il faut réapprendre sans pour cela bien sûre se retrouver au temps des cavernes...La nature nous donne tout sauf que nous voulons faire trop vite pour nos interêts personnels. Il est louable d'améliorer la conditions des humains mais tu le dis toi même, ce n'est pas toujours le but de ce marché...( relis-toi bien).

Plus aucune intervention de ma part, trop blonde...

Sélène | 18 septembre 2007 à 20h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re: laissons nieztshe de côté

Ouvrez donc les yeux : vous verrez que contrairement à vous, je ne me contente pas de donner une "opinion", mais plutôt des faits, et des arguments.

C'est mine de rien complètement autre chose.

Et quand à un post complètement informatif on arrive à répondre par une attaque personnelle, c'est qu'on a un gros problème.


Contrairement à ce que vous semblez croire, la Terre ne nourri pas quant on la respecte, mais quant on l'exploite en tenant compte de sa nature, et qu'on la soigne.
Et on peut la soigner de façon que peut être vous ne concevez pas. Notamment, à l'aide d'OGM qui puisent un poison du sol, l'accumulent et nous permettent de l'en extraire.

Et contrairement à ce que tu sembles croire, la nature ne donne rien.
Nous n'avons aucune place définie dans la nature, tout comme AUCUNE espèce n'a une place définie dans la nature. Il n'y a pas à notre connaissance d'espèce qui soit irremplaçable.
Tout est question d'équilibre ; il y a des millions d'espèces qui se nourissent de plantes, et il nous faut trouver notre place parmis elles, et si possible, une belle place au soleil, et non pas celle du type qui crève la dalle en contemplant le peu que lui laissent les criquets, ou les chenilles (ce qui ceci dit est le lot de beaucoup de paysans en Afrique).

Enfin bref, nous sommes un peu hors-sujet.

Ryuujin | 18 septembre 2007 à 21h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re: laissons nieztshe de côté

On récolte ce que l'on sème, relire l'autre post du 12/06/07 concernant la règlementation sur les produits bio et les réactions sur ce sujet.

Laisses moi le bénéfice du doute...Bonne continuation

sélène | 18 septembre 2007 à 21h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager