Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Oiseaux : le déclin des populations se confirme jusque dans les jardins

Biodiversité  |    |  Félix Gouty

Les effectifs de 41 % des espèces d'oiseaux rencontrées dans les jardins en France métropolitaine ont diminué depuis dix ans. C'est le constat que dresse, ce mardi 24 janvier, l'Observatoire des oiseaux des jardins une décennie après sa création. Cet organisme, piloté par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et l'équipe Vigie-nature du Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) et de l'Office français de la biodiversité (OFB), conduit deux campagnes annuelles de comptage national. Celles-ci invitent les citoyens français à recenser les oiseaux qu'ils observent pendant la période d'hivernage, en janvier, et pendant celle de reproduction, en mai. L'opération rassemble 24 000 bénévoles dans environ 100 000 jardins de l'Hexagone.

« Là où [les oiseaux] sont en nombre, c'est l'ensemble du cortège du vivant (reptiles, insectes, mammifères) qui s'épanouit, souligne le président de la LPO, Allain Bougrain-Dubourg, sur le site de Charlie Hebdo. Si au contraire [leur population] diminue, c'est la biodiversité qui s'efface. » La diminution, constatée surtout au printemps, serait le résultat d'une augmentation des températures, mais aussi de la disparition des proies, victimes d'insecticides et autres pesticides, et d'une réduction des nichoirs en raison de la multiplication des travaux de rénovation de bâtiments. Certaines espèces, sur la cinquantaine observée par les bénévoles, sont particulièrement touchées : le martinet noir (Apus apus), avec une baisse de 46 % d'individus recensés, l'hirondelle des fenêtres (Delichon urbicum), - 42 %, ou le verdier d'Europe (Chloris chloris), - 56 %.

S'agissant de l'augmentation de certaines populations, en particulier des oiseaux granivores, il s'agit, en réalité, d'un faux espoir. Pour le chardonneret élégant (Carduelis carduelis), le pinson des arbres (Fringilla coelebs) et près de la moitié des autres espèces, le nombre d'individus rencontrés dans les jardins en hiver augmente. Cependant, selon le président de la LPO, ce phénomène ne remet aucunement en cause le déclin constaté depuis dix ans. Il montre plutôt les conséquences d'une agriculture accaparant toujours plus d'espace : par manque de graines naturelles pour se nourrir autour des terres agricoles, les oiseaux se reportent dans les jardins. « C'est ainsi qu'une espèce comme le chardonneret élégant, dont les populations ont chuté de 36 % [au printemps], peut se trouver en augmentation lors du comptage hivernal dans les jardins. »

Réactions12 réactions à cet article

 

C'est drôle comment PERSONNE ne cite jamais les chats domestiques comme cause principale de mort des oiseaux en France. 10 millions sont tués par an par des chats ! (y compris un chez moi hier....)

Erikk | 25 janvier 2023 à 15h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Erikk, trés pertinent!
13 millions à 15 millions de chats en France, 113 proies/an/chat avec un pourcentage de 22% d'oiseaux...
Je crois même que tu sous-estimes encore leur impact.
La revue Nature avait évoqué 1 à 4 milliards d'oiseaux tués par an par les chats...

La goutte d’eau | 25 janvier 2023 à 19h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ma source est le musée des Confluences à Lyon.
Le éoliennes, c'est rien, mais c'est le sujet avancé par les anti-éoliennes et bien propagé par les médias. Et puisque les circuits du cerveau humain sont attirés par le négatif, bingo! Lire "Apocalypse Cognitive" par Gérald Bronner.
Cela étant dit, les écolos utilisent les mêmes tactiques. Tout le monde les utilisent. Le "principe de précaution" est la plus grande connerie jamais avancée. Nos décisions devraient être basées sur l'analyse scientifique des statistiques par des organismes indépendants.

Erikk | 26 janvier 2023 à 09h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Oui c'est vrai, notre chat s'intéresse aux oiseaux mais bien plus aux souris. Effectivement nous achetons des graines pour les nombreux oiseaux, qui mangent aussi bien des choses au sol ou ailleurs, notre terrain est grand et sans traitements, mais alentour les champs sont traités. Nous avons aussi pas mal d'arbres, avec des fruits qui vont au sol.
Nous mettons de l'eau dans divers emplacements car les oiseaux ont soif, les points d'eau sauvages ont disparu.
Les hirondelles sont plus nombreuses avec des nids dans les granges. Les oiseaux de proie jour et nuit tournent et chassent. les chauves-souris sont toujours là. Les abeilles sont moins visibles, et le gel tardif limite la fructification.
Je suppose que sans notre action, les choses seraient plus graves localement.

28plouki | 26 janvier 2023 à 09h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Conseil : mettez un collier avec clochette sur votre chat!
N'écoutez pas les détracteurs qui disent que votre chat peut mourir étrangler. Encore, notre cerveau est attiré par cette info négative, donc on l'écoute plus que l'info positive concernant les oiseaux. Puis, il y a des colliers qui lâchent tout seuls, et donc pas de risque d'étranglement.

Erikk | 26 janvier 2023 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

je ne pense pas que la clochette soit efficace, les chats chassent en général immobiles, à l'affût. Et leurs mouvements sont vite repérés, plus vite que le son.
A mon avis, mauvaise pioche.

28plouki | 26 janvier 2023 à 13h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le collier est vert fluo.

Erikk | 26 janvier 2023 à 16h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est joli, vert fluo, mais je ne sais pas comment les couleurs sont perçues selon les espèces. Un chat domestique, chat de maison, chasse peu car il a sa "gamelle". Les chats errants sont peu approchables. Ce sont de petits fauves, il faut être prudent avec eux. 80 % de rongeurs au moins sont dans leur menu, mais ils se nourrissent sur la zone, et les chasseurs les éliminent quand ils le peuvent.

28plouki | 26 janvier 2023 à 18h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Là, je soutiens les chasseurs.
J'aime bien les chats, mais ce ne sont pas une espère indigène, du coup il font des ravages. Il suffit de regarder en Australie.

Erikk | 27 janvier 2023 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah ah, je ne vois pas bien l'Australie de ma fenêtre... c'est en bas! Mais oui, les chats attaquent les bébés lapins, perdrix...
Les bébés chats sont attaqués par les oiseaux de proie, et les chats par les renards. Ainsi va la nature, pas de cadeaux, pas de retraite, sécurité sociale, tous les jours c'est combat.

28plouki | 27 janvier 2023 à 09h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et j'ai oublié de mentionner les chiens errants, qui sont assez dangereux bien souvent.

28plouki | 27 janvier 2023 à 09h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je profite de ce sujet pour expliciter : en fait, il faut habiter en "vraie" campagne pour comprendre à quel point la nature est sans pitié. Nos anciens ne partaient jamais sans bâton ni couteau, j'ai ceux de mes ancêtres. Chiens, chevaux, vaches et taureaux... Croiser un taureau dans un champ suppose la modestie et le regard bas.
Venant de la ville, on ne peut s'en rendre compte. De même, en campagne, il n'y a personne mais tout le monde voit tout, la vue porte loin, le monde mouvement est "détecté". Inutile d'aller dans la savane africaine, et ici, la nuit, sangliers, chevreuils se déplacent, tout comme renards et autres animaux de la nuit. les oiseaux nocturnes chassent, c'est 24/24 7/7 comme cela se dit. Chacun a son groupe, son territoire, que nous disparaissions et la vie continuera.

28plouki | 27 janvier 2023 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]