En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Méthanisation : "Nous allons répondre aux besoins de capitaux privés pour financer les projets agricoles"

La réduction des aides d'Etat à la méthanisation a poussé le financier Swen Capital Partners à lancer un fonds dédié au gaz renouvelable. Olivier Aubert, membre du comité exécutif, nous détaille ses objectifs.

Interview vidéo  |  Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

La réduction progressive des aides d'Etat envers la méthanisation fait rebondir les acteurs de la filière. Swen Capital Partners, un acteur de l'investissement responsable en actifs non cotés en Europe, a lancé un premier fonds d'investissement dédié aux gaz renouvelables. Avec le soutien de la filière gazière, de mutuelles et de sociétés d'assurance, le fonds dispose de 62 millions d'euros. "Nous sommes ravis de lancer cette nouvelle activité qui s'appuie sur un solide bilan en infrastructure depuis près de dix ans. Ce développement s'inscrit parfaitement dans la stratégie ESG [Environnementale, sociale et de gouvernance] de Swen Capital Partners avec cette volonté de toujours proposer des gestions de conviction à impact pour une croissance plus durable au service du climat et de l'emploi dans les territoires", se réjouit Jérôme Delmas, co-fondateur du fonds.

Ce fonds investira dans la méthanisation, l'hydrogène renouvelable, ainsi que les infrastructures d'avitaillement en gaz et GNL pour le secteur des transports maritimes et terrestres, "ce qui constitue une première européenne", explique Olivier Aubert, membre du comité exécutif. Le fonds apportera plusieurs centaines de milliers d'euros directement au capital des projets. 90% des soutiens seront dirigés vers la méthanisation agricole en France, même si le fonds ne s'interdit pas de financer des projets européens. Olivier Aubert, nous détaille tout en vidéo.

Réactions20 réactions à cet article

 

Tout projet de méthanisation doit tenir compte de la réduction croissante, bien plus que souhaitable, heureuse et bénéfique, de l'alimentation carnivore et lactée.

Le lait de vache tout particulièrement

Pas, au départ du moins, bénéfique évidemment pour les éleveurs qui prétendent aimer leurs bêtes, parfois à en pleurer à la télé, avant de les envoyer à l'abattoir

Qu'ils se reconvertissent au maraichage bio, et mieux à la permaculture.

Sagecol | 25 juillet 2019 à 09h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quelle vision simpliste du monde agricole

Olivier | 25 juillet 2019 à 09h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Même si ça vous parait difficilement possible, soyez sympa, déniaisez-moi, SVP.

Merci d'avance.

PS. La sentience animale, ça vous dit quelque chose ?

Sagecol | 25 juillet 2019 à 09h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Non, car votre réaction est hors sujet concernant l’intérêt d'un investisseur majeur dans le projet de méthanisation agricole et annexes.
C'est qui serait intéressant serait de connaitre où Swen Capital Partners mets le curseur du méthaniseur dit "agricole"

Olivier | 25 juillet 2019 à 10h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'investisseur c'est une chose, la logique de l'investissement en est une autre prioritaire.

Si les sources de fermentescibles décroissent sensiblement, y compris parce qu'on interdira de jeter les surplus agricoles et qu'on ne cassera plus les prix avec nos surplus de poulets en Afrique ….

Vous savez ce que c'est qu'un poulet-bicyclette ?

Sagecol | 25 juillet 2019 à 11h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Non je ne sais pas ce qu'est un poulet-bicyclette et je m'épargnerai la perte de temps de le saisir dans un moteur de recherche.
Encore une fois que viennent faire les poulets dans le sujet ? Je comprends que le tour de France soit d'actualité, mais quel rapport avec le fait qu'il y ait de l'argent dans ce monde capitaliste, qu'il serve à financer des projets de valorisation de bio-déchets qui ne feront qu'augmenter, tri à la source, augmentation de la population...
Pour ma part je préfère les méthaniseurs aux incinérateurs (joliment appelés Centres de Valorisation Énergétique) ou aux décharges (CET, CSDU...).

Olivier | 25 juillet 2019 à 11h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mr Olivier Aubert serait-il lié par quelque biais que ce soit à Mr Julien Aubert (député et président de la commission sur les énergies renouvelables) ?
En tout cas, il serait bon que la méthanisation ne fonctionne que par elle-même, sans subventions.
Le CSNM

Daniel | 25 juillet 2019 à 23h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les apports de carbone au sol (humus si vous voulez) doivent-ils être augmentés ou diminués? C'est selon:
Le maintien d'un niveau suffisant du taux d'humus dans les sols (gage de fertilité) devrait faire l'objet de toutes nos attentions.

Dans les régions, départements, parcelles d'exploitation à l'idéal, les taux d'humus devraient être mesurés (facile à faire) et ajustés en fonction des différents types d'exploitations, et des pratiques agricoles désirées.

Ne devraient ensuite être envoyés à la méthanisation, après amendements des sols appauvris en humus (ils sont légion), que les excédents de déchets agricoles ou autres déchets pertinents.

Ainsi, ne pourrait être avancée la responsabilité de la méthanisation dans l'appauvrissement accéléré des sols en matières organiques (humus).

Cher Sagecol, dans la mesure où votre hypersensibilité à la vie des animaux de boucherie est sincère et donc recevable pour moi (ce que je crois), je me permet toutefois de vous rappeler que les bovins sont herbivores et que la viande qu'ils fabriquent provient des herbes vertes qu'ils mangent, du foin, de la paille, et de compléments alimentaires dont les farines d'origine animale sont, en principe, contrôlées exclues.

Bien à vous,

Euplectes

Euplectes | 26 juillet 2019 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Végétarien pas totalement strict au départ depuis 1972, je partage la certitude qu'il est préférable de ne pas être carnivore et même lactovore

Et invite donc à tenir compte des conséquences sur l'approvisionnement des méthaniseurs et /ou leur dimensionnement

Sagecol | 26 juillet 2019 à 13h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En attendant, la méthanisation telle que voulue par le gouvernement est aux antipodes de ce que préconise Euplectes

Daniel | 27 juillet 2019 à 22h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi vouloir la fin de l'élevage au nom d'une décision individuelle, certes respectable ?
Sagecol voudrait-il imposer à tous son mode de vie et ses convictions, en toute ignorance des bénéfices d'un élevage responsable (si, si, ça existe) ?
Cette approche politique péremptoire me fait vraiment peur.
Excellente journée à tous.
Et vive l'élevage en France, auquel nous devons de merveilleux paysages !

Albatros | 14 août 2019 à 12h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est une décision individuelle partagée depuis longtemps par de nombreuses personnes dont il faut souhaiter la très rapide croissance du nombre dans les deux trois années qui viennent pour limiter la casse ….. et l'insulte à l'intelligence dans toute la mesure où c'est encore un peu possible.

Sagecol | 14 août 2019 à 20h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher Sagecol, une simple et innocente mise au point: Feriez-vous de votre intelligence une qualité universellement fixée, indéformable et inoxydable, à ce point qu'un choix différent du vôtre vous serait insultant pour ne pas dire blasphématoire? Non, je l'espère, car en ce cas, à l'instar d'Albatros, Je prendrais vraiment peur moi aussi!

Revoyez, je vous prie, vos racines latines: Le préfixe "intel" découlant de "inter"=entre et le verbe "legere"=choisir donnent du mot "intelligence" la première et meilleure définition: "CHOISIR ENTRE". Il vient de là que le choix d'Albatros et d'Euplectes vaut le choix de Sagecol, bien que différents. Ceci sans que les intelligences de Sagecol, d'Albatros, d'Euplectes se considèrent le moins du monde insultées.

Je me permets aussi de vous rappeler la définition du mot "tolérance": Disposition à admettre chez les autres des manières de penser, d'agir, des sentiments différents des nôtres.

Car nous sommes ici bien éloignés de l'intelligence idéologique!

Bien à vous,

Euplectes

Euplectes | 15 août 2019 à 16h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Rassurez-vous, cher Euplectes, il y a assez longtemps que je me pense nettement moins intelligent que celles et ceux qui m’ont inspiré mes certitudes actuelles, en m’aidant parfois à en perdre d’autres.

Rassurez-vous encore , cher Euplectes, ayant fait des années de latin dans ma de plus en plus lointaine jeunesse, je connais l’étymologie d’intelligence , mais je ne saurais pour autant choisir intelligemment entre «Le Soleil tourne autour de la Terre» et «  La Terre tourne autour du Soleil » et trouver intelligent l’ado qui opterait pour la première affirmation. Quelle que soit la durée de l’expérience de la vie de nous trois, entre autres, et le degré de sens critique (mot qui désigne le positif et le négatif) de chacun, c’est une insulte à l’intelligence que d’affirmer qu’on ne nuit pas à sa santé en mangeant de la viande même bio. Et personnellement j’en suis convaincu depuis 1972.

Mais chacun est libre d’évoluer spirituellement à son rythme et donc d’admettre rapidement ou pas la réalité de la sentience animale.

Quel est la logique de l’envoi d’un animal a fortiori en bonne santé à l’abattoir ? Sinon le profit … parce qu’il y a une demande ? Comme d’offrir des places pour une corrida ?

Heureusement ceux qui partagent la prise de conscience de l’intérêt du végétarisme sont de plus en plus nombreux d’où mon invitation à en tenir quand on dimensionne un méthaniseur et estime son tonnage annuel récoltable dans un certain rayon raisonnable

Sagecol | 17 août 2019 à 14h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher Sagecol,
La sentience étant ici définie comme la faculté d'éprouver subjectivement et de ressentir, au travers d'expériences vécues, je sais (je ne dis pas "je crois") que bon nombre d'animaux ont conscience d'émotions, de douleurs, de satisfactions ou d'insatisfactions, de niveaux de sécurité. Je sais aussi qu'ils ont de la mémoire.

Mises à part les espèces animales chez lesquelles il n'a pas encore été suffisamment démontré qu'elles éprouvent des sensations similaires et en tirent, à plus ou moins long terme, des conséquences pour modifier leurs comportements instinctifs ou leurs choix acquis nés de l'expérience (crainte, recherche pour se nourrir, ruse, confiance ou méfiance, bien-être etc.).

L'espèce humaine ne fait pas autre chose. Les animaux font preuve d'intelligence dès lors qu'ils montrent des capacités de choisir, qu'ils hésitent à choisir, et s'adaptent aux nécessités induites par les modifications, immédiates ou médiates, de leur environnement.
C'est pourquoi la querelle actuelle et fratricide entre "humanolâtres" (spécistes) et "zoolâtres" (antispécistes) ne présente aucun intérêt scientifique et politique pour moi, étant exclusivement fondée (la querelle) sur une volonté de faire prospérer des convictions idéologiques nécessairement inconciliables à la base. J'en veux pour bonne preuve l'utilisation de cette querelle à des fins de lutte contre les racismes et sexismes, luttes que cependant j'approuve et soutiens.

(...)

Euplectes | 18 août 2019 à 12h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(...)

Mais j'ose prétendre que l'utilisation à ces fins de l'argument de la sentience animale représente une stratégie déviante et que le bien-fondé de la lutte contre le racisme et le sexisme n'a que faire -et pâtira- d'une telle mayonnaise dont l'insuffisance de sapidité, de montant et de consistance nous mènera droit à l'aporie (impasse).

Ceci dit, cher Sagecol, le végétarisme est un libre choix. C'est le choix de votre intelligence, qui relève de votre sentience d'Etre humain. Je n'ai pas à faire , de quelque manière que ce soit, insulte à votre intelligence pour ce choix, en vous prédisant, par exemple, des ennuis de santé... alors surtout que vos 47 années d'exercice réussi de cette discipline alimentaire effacent toute observation ou critique de ma part!

Pour le lait maternel, que réclament à grands cris les nourrissons, les chiots et chats nouveau-nés et tous autres bébés de mammifères en se précipitant sur la mamelle, c'est une autre histoire; idem pour les oisillons nidifuges réputés granivores qui, à peine sortis de l'oeuf, se précipitent sur les insectes alentour pour s'en emplir le jabot.

Je pense, par expérience, que chaque homme ou animal ADULTE n'est pas doté de la même intelligence, que ces différentes intelligences ne sont pas comparables autrement que par des méthodes scientifiques fort réductrices fondées sur des échelles pré-établies et arbitraires. C'est dangereux, ceci est mon avis.

(...)

Euplectes | 18 août 2019 à 13h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(...)

Pour terminer, voici deux citations:

- Alain (1858-1952) écrivait : " Si on ne suppose pas que les hommes ont tous la même intelligence, il n'y a plus ni vérité ni erreur".

- Et pour terminer sur une note amusante mais ô combien lucide, bien que très discutable, l'indicible André Gide (1869-1951) écrivait: " Quand les gents intelligents se piquent de ne pas comprendre, il est constant qu'ils y réussissent mieux que les sots".
Je vous laisse le soin d'apprécier.

Pour revenir au sujet (pardon pour cette longue et flagrante digression sur la notion d'intelligence, ce sujet me tient particulièrement à coeur, vous l'aurai senti), je suis d'accord avec vous, cher Sagecol, pour dire que la méthanisation est un progrès, à la condition que son déploiement soit raisonné et régulé dès le départ. Les déchets de l'agriculture d'élevage sont des "digestats" de premier ordre, plus efficaces au rétablissement de la bonne santé des sols appauvris que les "digestats" de second ordre issus de la méthanisation. Ce qui n'empêche pas d'employer l'un et l'autre.

Bien à vous,

Euplectes

Euplectes | 18 août 2019 à 13h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci pour votre longue relative digression

J'ai l'impression que vous me lisez mal et/ou que je m'exprime mal

Quoiqu'il en soit, éclairez-moi/nous, SVP

Si un adulte moyennement cultivé affirme que le soleil tourne autour de la Terre peut-on le qualifier d'inintelligent sans le mépriser pour autant, mais au moins le plaindre ?

Sagecol | 19 août 2019 à 15h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher Sagecol,

Si un adulte m'affirmait que le soleil tourne autour de la terre, je ne le qualifierais ni d'inintelligent, ni de méprisable, ni de malade, et je ne le plaindrais pas. Après lui avoir démontré qu'il se trompe, et dans l'hypothèse où il persisterait dans son erreur, je lui dirais: C'est donc votre avis, je vous le laisse et grand bien vous fasse.

Puis, pour se quitter bons amis, je l'inviterais à boire une verre à l'estaminet d'en face (lol).

Bien à vous,

Euplectes

Euplectes | 21 août 2019 à 14h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est votre choix

Mais si vous êtes quasi-absolument certain que son point de vue inintelligent le mène à la mort physique ou à celle de son porte-feuille ou à une perte d'emploi ou à .... vous faites quoi ?

Sagecol | 21 août 2019 à 18h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager