En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

250 associations remettent en question le sauvetage inconditionnel des compagnies aériennes

Transport  |    |  Hortense Chauvin  |  Actu-Environnement.com

« Le sauvetage financier des compagnies ne doit pas permettre au secteur aérien de reprendre ses activités habituelles une fois la crise du Covid-19 terminée », s'alarment 250 associations internationales dans une lettre ouverte aux gouvernements assortie d'une pétition, publiées lundi 6 avril. Le collectif d'associations exige que l'argent public soit utilisé « en priorité pour les travailleurs, les travailleuses, et le climat. »

Cet appel fait suite aux nombreuses demandes de soutien financier formulées par les compagnies aériennes, durement touchées par la pandémie de Covid-19 : Air France a, par exemple, réduit son activité de 90 % depuis le début de la crise, une situation qui devrait perdurer au moins jusqu'à fin mai, selon la compagnie. Le 19 mars, l'Association du transport aérien international (IATA) estimait que les États devaient fournir une aide d'urgence d'environ 200 milliards de dollars aux compagnies aériennes afin de les aider à faire face à la crise.

Ces appels ont été entendus par de nombreux gouvernements : les États-Unis prévoient notamment de fournir une aide de 50 milliards de dollars aux compagnies aériennes. La Commission européenne envisage, quant à elle, d'offrir des compensations financières aux compagnies européennes, y compris à celles ayant déjà reçu des aides d'urgence au cours des dix dernières années. En France, le Gouvernement a décidé de reporter à 2021 et 2022 le paiement de certaines taxes et redevances spécifiques au secteur, et envisage, en accord avec son homologue néerlandais, de faire bénéficier Air France-KLM de prêts garantis par les États à hauteur de 6 milliards d'euros.

Orienter le soutien financier vers une mobilité verte

Un soutien financier en contradiction avec les exigences climatiques, selon le collectif d'associations, qui estime que la « pause involontaire » du trafic aérien doit permettre de construire « un secteur des transports respectueux du climat et résilient ». L'avion étant responsable de près de 5% de l'impact climatique mondial, les 250 associations exigent que les gouvernements mettent fin aux exemptions fiscales accordées aux compagnies aériennes, notamment à travers la mise en place d'une taxe sur le kérosène. Elles demandent également que l'aide financière mobilisée par les États bénéficie en priorité aux employés du secteur plutôt qu'aux actionnaires.

Plus globalement, le collectif propose que les gouvernements remettent profondément en question la place du transport aérien dans nos sociétés et qu'ils s'attellent à une refonte de notre mobilité. Les 250 associations les appellent à « soutenir une transition juste », notamment en « garantissant l'accès à des alternatives abordables », comme le train, et en permettant aux employés du secteur aérien « de quitter les emplois dépendant des combustibles fossiles pour des emplois décents et compatibles avec le climat. »

En France, vingt-quatre heures après le lancement de cette campagne, la pétition a déjà recueilli plus de 25 000 signatures.

Réactions20 réactions à cet article

 

Bonjour,

Super initiative mais...
il est impossible d'accéder à la pétition ! Le lien s'ouvre et, après quelques secondes, la pétition disparaît pour laisser place à une page blanche.
Merci de remédier à ce problème...

ETPFR | 08 avril 2020 à 09h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais alors, comment va-t-on faire pour aller aux grands raouts annuels des COP pour becqueter des petits fours et hurler que les Etats ne font rien dans des événements organisés par... les Etats ???
Je suis désemparé.

Albatros | 08 avril 2020 à 09h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour ETPFR, merci pour votre commentaire. Normalement le lien fonctionne sur l'article et à cette adresse : https://www.change.org/p/lettre-ouverte-aux-gouvernements-savepeoplenotplanes-non-au-sauvetage-inconditionnel-du-secteur-a%C3%A9rien-2c999dc4-8ed0-4c86-b075-1d8dee88c9cf

Cordialement,

Hortense Chauvin

La rédaction | 08 avril 2020 à 09h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

c'est au mois l'occasion de taxer le kérosène.
Si les états loupent ce coup, c'est à désespérer

naphtes | 08 avril 2020 à 09h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Eh bien, non... il ne fonctionne pas à cette adresse ! C'est peut-être parce que je suis belge et que la pétition est réservée à la France ?

Prenez soin de vous, de vos proches… et des autres

ETPFR | 08 avril 2020 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour ETPFR,

Pour la pétition belge, peut-être pouvez-vous essayer à cette adresse ? https://www.change.org/p/open-letter-to-the-respective-national-governments-savepeoplenotplanes-steun-voor-de-luchtvaartsector-enkel-onder-strikte-voorwaarden-68ca53c6-5c94-4f73-a074-456867d609d3
Prenez également soin de vous et de vos proches.

Cordialement,

Hortense Chauvin

La rédaction | 08 avril 2020 à 10h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"le transport aérien est responsable de 5% à 8% des émissions", il faudrait des sources . Le Giec parle lui de moins de 5%

manu | 08 avril 2020 à 10h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Moins de voyages vacances lointaines seraient une bonne chose.

Les réunions peuvent se faire en vidéo donc moins de déplacements pour le travail. les petits fours se mangeront derrière l'écran ainsi que le champagne . Beaucoup d'apéros le samedi soir se prennent de cette façon.

Télé travail: c'est très bien également.
....

Donc nous avons besoin de beaucoup moins de compagnies aériennes, beaucoup moins de kérosène, beaucoup moins de pollution, beaucoup moins de bruit etc...

pervenchebio | 08 avril 2020 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

l'argent des compagnies aériennes pour les hôpitaux

francoise | 08 avril 2020 à 11h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je n'envisage pas de voyager en Europe autrement qu'en avion. Sinon je risque de ne plus voir mes petites filles avant leur majorité (elles ont 6 et 9 ans). En revanche je voyage en France en transports en commun terrestres, y compris pour le domicile-travail. Dans la hiérarchie des mobilités inutiles ou carbonées ce n'est peut être pas l'avion qu'il faut pénaliser en 1er lieu. Pigras

couture | 08 avril 2020 à 11h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour manu,

Merci beaucoup pour votre commentaire. Le collectif Stay Grounded s'appuie sur cet article (https://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/ab5dd7/meta) et sur les calculs de l'association atmosfair pour estimer que l'aviation est responsable de 5 à 8% de l'impact climatique mondial : https://www.atmosfair.de/en/air_travel_and_climate/flugverkehr_und_klima/climate_impact_air_traffic/

Cordialement,

Hortense Chauvin

La rédaction | 08 avril 2020 à 12h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qu'est-ce que ce c'est beau pourtant un avion de ligne... quand c'est cloué au sol !

Pégase | 08 avril 2020 à 13h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

je n'ai jamais pris l'avion, et j'habite un pays - les Alpes du sud - où il n'y a pas d'aéroport, où il fait le plus souvent grand beau; d'habitude le ciel est chargé en permanence de traînées blanches (Europe NO vers Rome, Alger, Tunis ... ) dont on apprend qu'elles signent une contribution à l'effet de serre, tout en étant totalement libre voire encouragé à le faire, et qui me relient un tant soit peu au monde urbain ...
Depuis 2 semaines notre ciel est TOTALEMENT propre, en résonance avec un silence absolu, et en plus il fait grand beau !

PhR05 | 08 avril 2020 à 14h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le tourisme exotique n'est pas une nécessité vitale .Commençons par en faire l'économie . Les avions polluent mais aussi les paquebots de croisière ,monstres absurdes .Il faut relire "Tristes tropiques " de C.Lévy-Strauss pour voir le retard de nos mentalités .

sirius | 08 avril 2020 à 15h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est le moment ou jamais de faire la part de ce qui est essentiel et coûte cher, la SANTE, les Hôpitaux, avec ce qui n'est pas essentiel et coûte cher aussi comme ces transports de complaisance, ces compagnies aériennes qui parfois taxent les villes (complaisantes aussi ! ) , reçoivent des subventions, ne paient pas toutes les taxes sur le kérosène, voyages que l'on pourrait faire avec le train qui a un impact carbone bien moindre. et gardons ces hydrocarbures pour ce qui est essentiel aussi. Il faut que l'on puisse dire, but, where is RYAN ? EXIT !!

J Cl M 44 | 08 avril 2020 à 15h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est le moment ou jamais de faire la part de ce qui est essentiel et coûte cher, la SANTE, les Hôpitaux, avec ce qui n'est pas essentiel et coûte cher aussi comme ces transports de complaisance, ces compagnies aériennes qui parfois taxent les villes (complaisantes aussi ! ) , reçoivent des subventions, ne paient pas toutes les taxes sur le kérosène, voyages que l'on pourrait faire avec le train qui a un impact carbone bien moindre. et gardons ces hydrocarbures pour ce qui est essentiel aussi. Il faut que l'on puisse dire, but, where is RYAN ? EXIT !!

J Cl M 44 | 08 avril 2020 à 15h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

couture: ce n'est pas vous qui êtes en cause si vous ne vous déplacez que rarement pour voir vos petites filles , par contre si vous prenez l'avion tous les 15 jours...Il y a des femmes et hommes d'affaires qui prennent les avions comme des taxis plusieurs fois par semaine (j'en connais) pour aller négocier tout et n'importe quoi sur toute la surface du globe, et des personnes aisées qui voyagent à chaque vacances. J'ai eu des élèves Neuilléens qui passaient Noël aux Bahamas, Pâques à New-York et les grandes vacances en Californie ou en Thaïlande, peu importe où d'ailleurs, c'est n'importe quoi. Un jour viendra où il y aura des sortes de tickets de rationnement, si je puis dire, car on ne peut pas continuer comme ça.
Et manu, on s'en fout que ça soit 5 ou 8 ou 10 % , si tout le monde rejette la faute sur le voisin on ne progressera jamais. Il faut le dire: l'avion ne profite qu'à une minorité fortunée. Et il n'y a pas que la pollution de l'air qui soit en cause, si vous n'habitez pas à proximité d'un aéroport, vous ne savez pas ce que bruit veut dire. Marre.

gaïa94 | 08 avril 2020 à 16h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ gaïa94 : j'ai bien peur que l'avion ne profite hélas pas qu'à une minorité fortunée, loin s'en faut. Il y a des tarifs extrêmement bon marché pour passer une semaine dans un hôtel avec piscine à Marrakech ou à Djerba, vol compris. Les compagnies sont prêtes à tous les rabais commerciaux pour faire voler leurs avions avec le plus de sièges occupés possibles. Et ça fonctionne à plein (à tel point que le personne navigant qualifie d'ailleurs la classe éco de "bétaillère", si je ne m'abuse).

Pégase | 08 avril 2020 à 18h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Donc un consensus sur ce site pour dire que c'est le moment pour changer :
Hier soir H.Reeves émet l'hypothèse qu'il s'agit peut-être d'une épreuve cosmique ou métaphysique, que ça passe ou ça casse ..., et que si on découvre d'autres habitants dans l'univers, on pourra leur demander leur histoire pour passer ce genre d'épreuve ...
En attendant ... Godot, exigeons :
- que ce soit Airbus qui prenne en charge Air France
- une taxe carbone universelle et mondiale sur les déplacements, aériens, maritimes, routiers, domestiques et professionnels
et prônons une évaluation en coût GLOBAL !

PhR05 | 09 avril 2020 à 10h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Très exactement, PhR05 : les règles actuelles de la comptabilité, qu'elle soit privée ou publique, aboutissent à piper les bilans en externalisant pas mal de charges aux bons soins de Dame Nature. Si elles figuraient bien aux bilans comptables, bien des activités destructrices de biodiversité et/ou polluantes pour l'environnement ne s'avèreraient pas rentables et n'existeraient donc pas.
N'en déplaise aux grands défenseurs de la Main invisible et du libre échange, la règlementation relative aux règles comptables doit être durcie. Reste "juste" à convaincre l'OMC, le FMI, les grandes banques nationales, etc.

Pégase | 09 avril 2020 à 11h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager