Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'ONG Surfrider va cartographier les déchets aquatiques du Rhin à l'aide d'une appli

Déchets  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Descendre le cours du Rhin pour en cartographier les déchets : c'est la mission que mèneront les équipes de Surfrider Foundation Europe, du 21 août au 5 septembre prochains. L'ONG, créée en 1990 par le triple champion du monde de surf, Tom Curren, et centrée sur la qualité de l'eau et la lutte contre les déchets aquatiques, va profiter d'un voyage le long d'un des plus grands fleuves d'Europe pour tester son application mobile, Plastic Origins.

Déjà disponible sur Android et iOS, ce logiciel – en partie conçu par des ingénieurs de Microsoft dans le cadre du programme Share AI – invite ses utilisateurs à prendre des photos ou vidéos des déchets identifiés dans l'eau lors d'une activité nautique ou d'une randonnée. Une technologie d'intelligence artificielle est ensuite chargée de reconnaître et de quantifier automatiquement les types de déchets repérés et leur nombre puis de les attacher à une géolocalisation. Ces données, rapportées à un indicateur du nombre de déchets par kilomètre de berge, enrichissent une cartographie européenne.

« 80 % des déchets retrouvés dans les océans proviennent de l'intérieur des terres et sont transportés en grande partie par les rivières, explique Surfrider Foundation Europe dans un communiqué. (…) La collecte de données précises est essentielle pour aider les experts de Surfrider Foundation Europe à avoir des discussions constructives avec les parties prenantes impliquées (pouvoirs publics à l'échelle locale, nationale, ou européenne, entreprises à l'origine des pollutions, etc.). »

L'expédition de l'ONG le long du Rhin va ainsi, non seulement, alimenter la cartographie de Plastic Origins mais aussi mobiliser de nouveaux volontaires potentiels, passionnés locaux d'activités nautiques et susceptibles de contribuer à cette plateforme de science participative. « C'est en étant toujours plus nombreux que les utilisateurs de l'appli permettront de créer une vaste carte de l'état des rivières européennes et d'aider Surfrider Foundation Europe à réduire ces pollutions. »

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Bacs de rétention en acier ou PEHD DIFOPE