En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le changement climatique est une menace pour la paix

Un rapport de l'Onu rendu public à Bali conclut que si le problème du changement climatique n'est pas contrôlé, certaines parties du monde pourraient sombrer dans la violence, le conflit et la guerre.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
L'accès aux ressources en pétrole et en eau sont depuis longtemps reconnues comme source de conflits potentiels. Mais le réchauffement climatique pourrait être une cause de tensions encore plus sensibles si l'on en croit un rapport de l'Onu rendu public à Bali. Celui-ci estime que si le problème du changement climatique n'est pas contrôlé, de nombreuses parties du monde pourraient sombrer dans la violence, le conflit et la guerre.

Parmi ces points chauds potentiels figurent l'Asie Centrale, l'Inde, le Pakistan le Bangladesh, la Chine, certaines parties des Caraïbes et du golfe du Mexique, les régions andines et amazoniennes de l'Amérique latine, le nord et le sud de l'Afrique, ainsi que la région Sahélienne et la Méditerranée. Le rapport suggère en effet quatre constellations de conflit causées par le climat : la dégradation des eaux douces, le déclin de la production alimentaire, l'augmentation des tempêtes et inondations et les migrations causées pour des raisons environnementales. En Chine, par exemple, selon le rapport, le changement climatique intensifiera le stress environnemental actuel pollution de l'air et de l'eau et dégradation du sol. Le delta du Nil devra affronter la salinisation des terres à cause de la montée du niveau de la mer.
En Asie centrale, le réchauffement et le recul des glaces supérieurs a la moyenne vont exacerber les tensions politiques et sociales en raison de difficultés d'accès à l'eau et aux ressources énergétiques. Au Sahel, la sécheresse pèsera sur une région déjà instable qui abrite d'énormes populations réfugiées. Idem en Afrique australe qui regroupe déjà certains des pays les plus pauvres de la planète. En Inde, au Pakistan et au Bangladesh le retrait des glaciers de l'Himalaya mettra en danger les sources en eau de millions de personnes, tandis que les changements de la Mousson, la montée des eaux et les cyclones menaceront les zones peuplées de la baie du Bengale. Enfin, les Caraïbes et le Golfe du Mexique risquent d'être submergés par les effets des cyclones, tandis que l'effondrement du système de la forêt amazonienne, qui n'est pas à exclure, aurait des « conséquences économiques et sociales incalculables » pour l'Amérique du Sud.

Le rapport intitulé ''Le changement climatique, risque pour la sécurité'', publié par des chercheurs allemands et suisses, encourage de ce fait les gouvernements participant à la Conférence des Nations Unies sur la Convention du Changement Climatique à Bali à agir. Sans moyens de lutter, le changement climatique détruira les capacités adaptatives de nombreuses sociétés dans les décennies à venir, a mis en garde Hans Schellnhuber, l'auteur principal du rapport, directeur de l'Institut de Potsdam pour la recherche sur l'impact climatique et professeur à l'Université d'Oxford. Cela pourrait entraîner de la déstabilisation et de la violence compromettant la sécurité nationale et internationale à un nouveau niveau.

Pour éviter cette guerre, une révolution est nécessaire, a estimé pour sa part Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'ONU. Notre mission, à Bali et au-delà, sera de donner forme à la révolution mondiale qui se dessine - d'ouvrir la voie à l'ère de l'économie verte et du développement vert, a-t-il souligné lundi dans une tribune publiée dans Libération. ll nous manque en effet un dispositif mondial dans le cadre duquel nous, citoyens du monde, pourrons coordonner nos efforts pour lutter contre les changements climatiques, a-t-il ajouté.

Ce rapport a été diffusé le jour de la remise à Oslo du prix Nobel de la paix à l'ex-vice-président américain Al Gore et aux experts du GIEC, pour avoir contribué à sensibiliser l'opinion mondiale sur les effets du réchauffement de la planète.

D'ailleurs, ce même jour, 140 ministres des finances ou leurs délégués, représentant 37 pays se sont retrouvés pour la première fois en marge de la Convention de l'ONU sur les changements climatiques (UNFCCC) pour discuter d'une réponse financière aux problèmes du dérèglement climatique.

Réactions3 réactions à cet article

 
changement climatique

ce serait bien utile de diffuser une version française.. comment sensibilier tout le monde sinon ?

latornade | 13 décembre 2007 à 08h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ben voyons ! !

"Je crois" tellement à vos salades, à l'augmentation du thermostat de la Planète, que je pense m'acheter un char encore plus gros que le précédent ! !
Bêêêêêêêlllllllllement votre ! !!!!!!!!!!!!!!!

eric | 12 janvier 2008 à 19h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Ben voyons ! !

Il n'y a que les imbeciles pour penser qu'il faut croire en la science. Il ne s'agit pas de croyance, mais de faits et d'une realite qu'on peut vouloir se cacher, mais qui n'en est pas moins tangible.
Quant aux beeeeee... Cher Eric, vous n'etes pas un mouton, mais vous etes sans conteste une autruche. Se cacher la tete dans le sable, et acheter une grosse voiture, vous rendront surement heureux pour l'instant. Mais quand vous verrez le prix de votre plein, garderez vous ce sourire niais?
Etre conscient des problemes eventuels permet de s'y preparer et meme de les eviter. Les nier ne fait que rendre l'impact plus violent. C'est votre probleme, apres tout.

clarisse.mcmillan | 08 juillet 2008 à 12h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager