En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les populations autochtones, victimes des changements climatiques et des bioénergies

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
La sixième session de l'Instance permanente sur les questions autochtones s'est tenue aux Nations Unies à New York du 14 au 25 mai 2007, consacrée cette année à la question des territoires et des ressources naturelles et a réuni 2.500 autochtones. Dès l'ouverture de la session, les instances dirigeantes de l'instance avaient fait part de leur inquiétude concernant l'expansion des plantations de combustibles ''propres'' qui se fait au prix de nouvelles expulsions de populations autochtones de leurs terres, selon un communiqué daté du 14 mai de l'ONU.
Les orientations pour lutter contre les changements climatiques appellent à l'expansion des bioénergies, notamment en huile de palme ou en sucre, ce qui fait peser une nouvelle menace sur les populations autochtones, avait expliqué la présidente de l'Instance, Victoria Tauli-Corpuz. En Indonésie, plus de 5 millions de personnes seraient expulsés de leur terre, avait-elle ajouté. Victoria Tauli-Corpuz a appelé à instaurer des normes internationales en la matière. La FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) qui milite pour ces bioénergies dans la lutte contre les changements climatiques, a été saisie des préoccupations du l'Instance des peuples autochtones, a souligné Victoria Tauli-Corpuz. Elle a aussi insisté sur la nécessité d'étudier en parallèle l'impact des prêts bancaires accordés pour financer l'expansion de ces cultures sur l'avenir des peuples autochtones.
Dans ce contexte, le 22 mai, plusieurs représentants de ces populations privées de leurs terres et des ressources naturelles qu'elles contiennent, avaient lancé un cri d'alarme soulignant qu'ils seraient les plus gravement touchés par les changements climatiques compte tenu de leur vulnérabilité. Les défis du changement climatique font peser une nouvelle pression sur nous dans un situation déjà extrêmement tendue, avait plaidé un représentant du peuple Saami, réparti sur l'extrême Nord de la Scandinavie. Celui-ci avait par exemple indiqué que l'augmentation et la variation des températures entraînaient une présence plus importante de gel dans les régions polaires qui rendaient plus difficile l'accès à la nourriture pour de nombreuses espèces : Certains animaux en meurent, d'autres sont considérablement affaiblis, avait-t-il déclaré, avant d'affirmer que l'adaptation à ces nouvelles conditions seraient plus faciles si les populations autochtones avaient le contrôle de leurs terres.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager