En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les opportunités du solaire pour les collectivités locales

A la veille de l'ouverture de la 2e édition des Journées européennes du solaire, une conférence des maires et élus pour le solaire s'est tenue le 14 mai à Paris. Au coeur des débats, le rôle des collectivités dans le développement de cette énergie.

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
   
Les opportunités du solaire pour les collectivités locales
© Pixie
   
Alors que le gouvernement a lancé l'année dernière un appel d'offres pour l'implantation d'une centrale photovoltaïque dans chaque région d'ici 2011 dans le cadre du plan de développement des énergies renouvelables, maires et élus s'interrogeaient ce 14 mai sur les opportunités de développement de l'énergie solaire et sur leur rôle dans la stratégie énergétique nationale. Les projets de centrales se multiplient à l'échelle locale, que ce soit en toiture de bâtiments ou au sol. Comment mettre en œuvre de tels projets ? Quels bénéfices en tirer ? Quelles sont les contraintes rencontrées ? Telles ont été les questions soulevées lors de la conférence des maires et élus pour le solaire.

Une source de revenus supplémentaire

Si le développement de centrales solaires marque concrètement l'engagement d'une collectivité territoriale dans le développement durable et sert d'exemple à l'ensemble des citoyens, la production d'électricité solaire peut également constituer une source de revenus complémentaire, notamment pour les petites communes ne bénéficiant pas de taxes professionnelles ou autres revenus fiscaux…
D'autant que pour faciliter le déploiement des énergies renouvelables à l'échelle locale, le Grenelle de l'environnement et le plan Borloo pour les énergies renouvelables ont intégré deux nouveautés réglementaires : la possibilité pour les régions et départements de produire des énergies renouvelables et de bénéficier des tarifs de rachat et l'adoption d'un tarif intermédiaire, applicables aux bâtiments professionnels pour panneaux intégrés ou non.
Ces mesures visent à accélérer le développement de projets, associant partenaires publics et privés.
Car une collectivité souhaitant s'investir dans les énergies renouvelables a plusieurs possibilités. Soit elle met à disposition son domaine (terrains ou toitures) au profit de tiers (location, bail emphytéotique…), soit elle réalise elle-même le montage et l'exploitation de l'installation.
De nombreuses intercommunalités se dotent également d'outils locaux : les sociétés d'économies mixtes (SEM) ou sociétés coopératives d'intérêt collectifs. Celles-ci sont chargées de coordonner les projets et de les mettre en œuvre. Les collectivités peuvent également opter pour un partenariat avec des acteurs privés.

Une démarche intégrée et concertée

Mais en amont de cette politique, le bilan carbone doit constituer le point de départ d'une telle démarche, afin de faire un état des lieux précis de la situation de la collectivité et de ses dépenses énergétiques. Avant de recenser et de cibler les toits pouvant être équipés, il est conseillé de réaliser un diagnostic thermique du patrimoine.
Après avoir identifié les bâtiments (publics ou privés) ou les terrains susceptibles d'accueillir une centrale solaire, les collectivités doivent également entamer un dialogue avec les architectes des bâtiments de France afin d'éviter un refus d'installation une fois que le projet est en phase d'aboutir. Les élus présents lors de la conférence ont d'ailleurs jugé ce dialogue plutôt positif.
Quant aux centrales au sol, les élus doivent veiller à la concurrence des usages. De plus en plus, les collectivités désignent des terrains sans grande valeur qui ont un passif environnemental (ancienne décharge, carrière, ancienne zone industrielle…). Mais la rentabilité d'un bail pour centrales solaires (entre 1.000 et 2.500 €/ha/mois) peut créer une pression sur les zones cultivables moins rentables et mener ainsi à une déprise agricole.
De nombreuses collectivités ou institutions se dotent donc de chartes pour éviter de telles situations.

Réactions1 réaction à cet article

 
Nouvelle mesure !

bonjour,
j'aimerais savoir où je pourrais me procurer les deux textes réglementaires dont vous parlez dans votre article.
Merci

camos | 22 mai 2009 à 11h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager