En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Déchets : les filières d'Ile-de-France ont des performances en dessous des ratios nationaux

Déchets  |    |  Déborah PaquetActu-Environnement.com

L'Observatoire régional des déchets d'Ile-de-France (Ordif) a publié les données 2013 - 2014 relatives aux filières à responsabilité élargie du producteur (REP) régionales. Il en ressort que sur les treize filières en place sur le territoire francilien, seule une a un ratio de collecte dans la moyenne nationale. Il s'agit des déchets d'éléments d'ameublement (DEA).

Le document de 128 pages compile les informations des 13 filières existantes en Ile-de-France : piles et combustibles, déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE), emballages ménagers, médicaments non utilisés (MNU), véhicules hors d'usage (VHU), papiers graphiques, textiles, linge de maison et chaussures (TLC), déchets d'éléments d'ameublement (DEA), déchets diffus spécifiques (DDS), déchets d'activités de soin à risques infectieux (Dasri), pneumatiques, emballages-produits plastiques de l'agrofourniture et produits phytopharmaceutiques non utilisables, mobil-homes. Pour chaque filière REP, l'Ordif indique son périmètre, le cadre réglementaire et les objectifs fixés, son organisation, ses mécanismes financiers, les modalités de collecte, les filières de traitement et les chiffres clés. Pour rappel, il existe 18 REP en France, comprenant des filières européennes, françaises et volontaires (agrofourniture, mobil-homes et cartouches d'impression). La région parisienne ne dispose pas de filières REP pour les lubrifiants, les fluides frigorigènes florès, les cartouches d'impression, les bouteilles de gaz et les navires.

Point positif : le taux de captage des déchets recyclables n'étant pas encore suffisant par rapport à la moyenne nationale, les auteurs soulignent le potentiel de collecte important. Et de détailler : en 2015, seulement 22% des papiers étaient réellement captés en IDF. Les ordures ménagères résiduelles (OMR) de la ville de Paris étaient encore constitués de 30% de papiers-cartons, et de près de 30% d'emballages.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Déborah Paquet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…