En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'orpaillage illégal en Guyane reste préoccupant

Biodiversité  |    |  Eva GomezActu-Environnement.com

L'orpaillage illégal diminue légèrement mais reste inquiétant en Guyane. C'est la conclusion tirée des chiffres présentés le 22 juin 2017 par les inspecteurs de l'environnement du Parc Amazonien de Guyane, aux membres du conseil d'administration de l'aire protégée.

A l'occasion des dix ans de la création du Parc Amazonien de Guyane, qui constitue la plus grande aire protégée française et européenne, le bilan présenté par les inspecteurs chargés d'établir des indices d'impacts liés aux chantiers illégaux et à la pollution des cours d'eau, n'est pas vraiment optimiste.

D'après ce bilan relayé par WWF, une baisse de 30% du nombre de chantiers illégaux a été enregistrée. "Cette légère baisse peut s'expliquer par le déploiement de plus d'un millier de patrouilles depuis le début de l'année", souligne l'ONG. Cependant, le nombre de sites d'orpaillage illégaux reste le même qu'en 2008, à savoir, 99.

Pollution mercurielle et espèces menacées

WWF souligne que "l'un des impacts majeurs de l'orpaillage illégal demeure la pollution par le mercure" des cours d'eau. Ce mercure, qui infiltre les chaînes alimentaires, "ont des effets neurotoxiques qui peuvent induire des impacts majeurs sur la santé humaine, allant de troubles nerveux jusqu'à des retards de développement des nouveau-nés", rappelle l'ONG. Un programme de recherche ANR Rimnes coordonné par l'Institut de recherche et développement (IRD) révélait récemment qu'entre 30 et 60% du mercure mesuré dans les sédiments des fleuves orpaillés en Guyane, était lié à l'orpaillage illégal.

Par ailleurs, les dernières études de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) faisaient état de 166 espèces vertébrées menacées en Guyane. L'une des raisons de cette atteinte à la biodiversité étant l'activité d'orpaillage via la pollution des cours d'eau.

Réactions2 réactions à cet article

 

L'orpillage est tellement enrichissant que nombre sont ceux qui ferment les yeux alors qu'ils connaissent parfaitement les belligérants.
Et pour les tatillons de l'orthographe, j'ai fait exprès de mettre un "i" à la place du "a" car c'st bien un pillage de la nature et d'une partie du poumon de la terre

Bochenerouge | 27 juin 2017 à 10h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout à fait d'accord avec la réaction ci-dessus. Comment l'Etat peut il tolérer de telles pratiques qui fragilisent l'ensemble du département, et mettent en danger les populations (santé- sécurité).

BJ50320 | 27 juin 2017 à 11h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Eva Gomez

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…