En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ouvertures des barrages à la concurrence : les députés proposent trois pistes alternatives

Les deux rapporteurs Marie-Noëlle Battistel (PS) et Éric Straumann (UMP) ont présenté mardi 17 septembre devant la commission des affaires économiques de l'Assemblée, trois pistes alternatives à la mise en concurrence des barrages hydroélectriques.

Energie  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
Ouvertures des barrages à la concurrence : les députés proposent trois pistes alternatives

'' La remise en concurrence des ouvrages hydroélectrique revient à perdre l'avantage dont dispose la France (…) [et] sacrifie la compétitivité du prix de l'énergie sur l'autel de la réduction des déficits publics'', a estimé Marie-Noëlle Battistel, députée socialiste de l'Isère lors de sa présentation du rapport sur les concessions hydroélectriques, devant la Commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, mardi 17 septembre.

Celle-ci ainsi que Éric Straumann, le second rapporteur, député UMP du Haut-Rhin, se sont penchés sur des scénarios alternatifs à la mise en concurrence des barrages rejetant ''un fatalisme juridique''.

Pour eux, l'avantage avancé de l'ouverture à la concurrence n'est pas évident : l'impact sur les déficits publics ne se ferait pas sentir avant 2017 alors que ''les finances devraient être stablisées''. Ils ont également souligné que la participation de l'Etat dans EDF s'élevait à 84%.

Autre motif de contestation : l'absence de réciprocité de cette mesure. ''Aucun autre Etat membre n'est amené à ouvrir à la concurrence un parc hydraulique conséquent dans les mêmes proportions que la France'', pointe Marie-Noëlle Battistel. De plus, selon les deux députés, certains candidats seraient extracommunautaires comme la Suisse ou la Norvège. Ils rappellent par ailleurs qu'en Allemagne, les électrointensifs sont exonérés du tarif d'accès au réseau : ''La Commission européenne va notamment enquêter sur l'aide potentiel que cela représente'', précise Éric Straumann.

Trois pistes alternatives à la mise en conccurence

Rejetant la méthode des barycentres défendu par le Gouvernement, aux motifs qu'elle nécessite beaucoup de moyens humains et implique une perte de la main sur les concessions, les deux députés ont présenté trois pistes alternatives.

Pour les élaborer, ils se sont reposés sur le respect de six objectifs : contenir la hausse des prix, donner accès à une électricité bon marché aux électrointensifs en période de pointe, une gestion collaborative des usages de l'eau, la prise en compte de la montée en puissance des énergies alternatives, la garantie des emplois et accéder à une Europe de l'énergie.

Le premier scénario qu'ils envisagent s'appuie sur la notion de service publique d'intérêt général en initiant une concession unique. Toutefois cette option nécessite une négociation avec l'Union européenne. ''La qualification de l'hydroélectricité en service d'intérêt économique repose sur des éléments d'appréciations'', modère Marie-Noëlle Battistel.

Le second vise l'exploitation des concessions par un établissement public. L'idée serait de filialiser EDF qui serait ensuite racheté par l'Etat. Cet établissement aurait pour activité exclusive l'exploitation des concessions hydrauliques. Le problème de cette piste reste le coût de l'opération.

Enfin, la dernière option passe par la transformation du régime des concessions en celui d'autorisation. Les actifs des concessions seraient transférés à une compagnie nationale privée.

''C'est grâce à ce régime que certains pays européens arrivent à échapper à l'obligation de mise en conccurence'', souligne Marie-Noëlle Battistel. Seul inconvenient, selon les rapporteurs : l'Etat perd la propriété des actifs hydrauliques.

A l'occasion d'une audition le même jour devant les députés de la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, Philippe Martin, ministre de l'Ecologie a réagit en assurant que les propositions alternatives seraient examinées attentivement tout en renvoyant ce dossier à la discussion sur le projet de loi sur la transition énergétique.

Réactions3 réactions à cet article

 

Il faut trouver le moyen de garder à la France SES ressources hydrauliques. Il n'est pas acceptable mettre entre les mains d'intérêts PRIVES éventuellement étrangers des ressources aussi précieuses.
Nous deviendrions ainsi des otages de ces intérêts privés.
La privatisation des moyens de productions électrique n'apporte absolument aucun bénéfice aux abonnés (à condition que la GESTION de l'opérateur national soit irréprochable: La tentation peut exister d'une certaine dérive vers des comportements de socièté privée).
L'ouverture à la concurence pourrait se faire exclusivement sur DES NOUVEAUX PROJETS: cela apporterai une valeur ajoutéé alors que pour les anciennes concession cela revient a racheter des rentes pour combler passagèrement le déficit trentennaire de la France.

ami9327 | 19 septembre 2013 à 16h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On l'a déjà dit et redit, la privatisation de l'hydraulique est une aberration, pour le client que nous sommes, les opérateurs ne sont pas des philanthropes et les tarifs ne peuvent qu'exploser, pour les riverains, dépendant de l'eau pour l'irrigation et aux premières loges en cas d'entretien défaillant, pour notre facture énergétique, la gestion fine des pics de consommation nous échappant, et pour la transition énergétique, les renouvelables devant par principe s'appuyer sur une base fiable. Venant de l'Europe ultralibérale, un tel diktat n'est pas surprenant, la pseudo-verdité des pays du Nord ne doit pas faire illusion. Que le gouvernement en emboite le pas serait aberrant.

dmg | 19 septembre 2013 à 18h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

corporatisme, nombrilisme, nationalisme,
Le Français a peur de tout et surtout de l'étranger.
Question: combien de Mds d'€ de notre bon argent français, EDF et GDF Suez ont-ils dépensé ou gaspillé pour acheter, à prix d'or des parts de marché à l'étranger ?

aabh | 20 septembre 2013 à 13h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager