En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La PAC, une politique sans eau ?

Agroécologie  |    |  Euractiv.fr

L'objectif premier de la politique agricole commune est de nourrir les 500 millions d'Européens. Sans eau, ce défi est irréalisable. Pourtant, la gestion de cette ressource est largement absente de la législation sur l'agriculture.

Pour cultiver un hectare de blé qui donnera un rendement entre 90 et 100 quintaux, il faut compter environ 600 millimètres d'eau. Dans certaines régions céréalières, cela correspond quasiment aux précipitations annuelles.
Lors de sécheresses, l'agriculteur n'a d'autre choix que d'avoir recours à l'irrigation ou de se résoudre à voir son rendement diminuer. En 2003, ils réduit de 12,8% sur l'ensemble du territoire français, selon les chiffres de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra).

Effet pervers

En matière agricole, c'est Bruxelles qui mène la danse. La politique agricole commune (PAC) fête ses 50 ans en 2012. Historiquement, elle a eu une influence sur la gestion de l'eau en finançant jusqu'aux années 2000 l'irrigation pour les cultures comme le maïs, qui, à certaines périodes, nécessitent de fortes quantités d'afflux.

Un rapport du Sénat daté de 2010 et intitulé « Redonner du sens à la PAC » précise que « ce système a perduré après la réforme de 2003 puisque les paiements directs (DPU), fondés sur des références historiques, ont figé la situation : les paiements découplés d'aujourd'hui sont liés à des choix d'irrigation passés et les investissements dans ce domaine...

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [15134] / utilisation du flux d'actualité.

Réactions1 réaction à cet article

 

D’où l'urgence d’interdire les pesticides en se lançant dans un programme bio de grande envergure. Mais aussi d'obliger toutes les industrie à posséder des unités de traitements permettant de rejeter uniquement de l'eau potable.
Par la même, limiter la consommation d viande à une seule fois par mois.
Objectif, moins de produits vétérinaires dans l'eau, mais aussi moins de double consommation, puisque s'il faut autant d'eau pour le blé et cinq fois plus pour un kg d viande, cela amplifie les dégâts.
Enfin, sans doute nous faut-il cultiver uniquement les céréales qui sont de moindre consommation d'eau.

patrick25 | 09 mars 2012 à 03h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager