En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Abandon des hydroliennes à Paimpol-Bréhat : le maire demande à Nicolas Hulot d'intervenir

Jean-Yves de Chaisemartin, maire UDI de Paimpol, dénonce la décision des groupes EDF et Naval Energies de stopper les essais d'hydroliennes. Un projet qui a coûté 70 millions d'euros, subventionnés notamment par la Région Bretagne.

Energie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Abandon des hydroliennes à Paimpol-Bréhat : le maire demande à Nicolas Hulot d'intervenir

Jean-Yves de Chaisemartin, maire UDI de Paimpol et vice-président du conseil départemental des Côtes d'Armor, dénonce l'arrêt du site expérimental d'hydroliennes de Paimpol-Bréhat (Côtes-d'Armor), annoncé par Naval Energies-OpenHydro, filiale de Naval Group (ex-DCNS) et EDF.

 
Au final, ce ne sont que 2 hydroliennes qui auront été testées pour un montant d'au moins 70 millions d'euros !  
Jean-Yves de Chaisemartin, maire de Paimpol
 
Ce projet d'expérimentation de deux hydroliennes avait démarré en 2011. Dans un communiqué, Naval Energies et EDF expliquent, le 6 novembre, "[avoir] tiré le retour d'expérience de la construction, de l'immersion et des essais des hydroliennes OpenHydro sur le site expérimental de Paimpol-Bréhat. Il conduit à clore cette phase importante de développement".

Les deux hydroliennes, de 16 mètres de diamètre fabriquées par OpenHydro, ont été immergées courant 2016 puis ont été sorties de l'eau depuis avril 2017, suite à des problèmes de corrosion. Les groupes prévoyaient la mise en service des hydroliennes en 2019.

Le projet de ferme pilote Normandie Hydro qui vise l'installation de sept hydroliennes en mer dans le Raz-Blanchard (Manche) est en revanche poursuivi par les groupes. De même, "le retour d'expérience de Paimpol-Bréhat bénéficiera en particulier à la ferme expérimentale de la Baie de Fundy au Canada, le projet Cape Sharp mené par Naval Energies", ont-ils ajouté. Ces deux projets de démonstration technologique, menés sur des sites "aux conditions environnementales très différentes mais complémentaires", visent à permettre d'exploiter des "données importantes" pour optimiser la conception, la fiabilité et les performances des hydroliennes OpenHydro.

"Une fois la technologie confirmée sur le projet expérimental canadien de Cape Sharp, EDF sera en capacité de lancer la phase industrielle du projet Normandie Hydro", ont précisé les groupes.

Le conseil municipal de Paimpol vote une motion

Dans un communiqué, le maire de Paimpol a dénoncé cette décision d'arrêt du site par EDF qu'il juge "aussi brutale qu'incompréhensible". "Il faut se rappeler qu'EDF (…) devait installer 5 hydroliennes sur le site d'essai pour un montant estimé à 28 millions d'euros. Tous les élus du territoire, comme de la Région Bretagne, étaient mobilisés pour accueillir ce projet et pour encourager sa réussite. Au final, ce ne sont que 2 hydroliennes qui auront été testées pour un montant d'au moins 70 millions d'euros ! Autant pour le portefeuille des usagers et des contribuables, vu que le projet avait été largement subventionné notamment par le Conseil Régional de Bretagne", a fustigé le maire.

Le 9 novembre, le conseil municipal de Paimpol a adopté une motion qui appelle le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, à intervenir pour "démontrer l'efficacité" du site d'essai "pour soutenir le développement de la production d'énergie renouvelable et le soutien à l'autonomie énergétique de la Bretagne". 
La motion exige également que "de nouvelles pistes soient étudiées, en particulier, avec Ouessant et le Finistère pour que le site d'essai Paimpol-Bréhat soit utilisé et que les dizaines de millions d'euros engagés ne résonnent pas comme un immense gâchis".

Réactions4 réactions à cet article

 

Sale temps pour les EnR

David ASCHER | 10 novembre 2017 à 17h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ça me rappelle les éoliennes de Trébeurden quand j'étais gosse

à quelques dizaines de km de Paimpol, EDF avait expérimenté dans les années 80 quelques éoliennes avant de les laisser à l'abandon!

j'ai retrouvé les archives de l'INA : http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu03044/le-centre-national-d-essai-des-eoliennes-de-lannion-cneel.html

il serait temps que les bretons se bougent : le département Savoie et la région Rhones Alpes ont créé l'INES par exemple...

Laurent CLAUDOT | 10 novembre 2017 à 19h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourtant les hydroliennes ont une supériorité manifeste sur les éoliennes terrestres :elles utilisent la masse de l'eau environ 1000 fois plus dense que l'air . Autre avantage elles ne dénaturent pas les paysages , et ne font donc pas naître de révoltes locales .

sirius | 13 novembre 2017 à 09h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'hélicologiste speaker vacancier professionnel Hulot sera le ministre qui va autoriser à la Mède une belle usine de gazole d'huile de palme (importée et garantie durable à la sauce Total), une belle chaufferie biomasse à Gardanne (garantie durable parce que le bois c'est bien et vertueux, na ! quitte à déforester et surexploiter la ressource voire importer), tout en flinguant l'éthanol produit en France parce que l'agriculture intensive c'est pas bien...
La corrosion a des effets ravageurs, c'est un fait...
Climat, que de conneries sont faites (et dites) en ton nom...

Albatros | 13 novembre 2017 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…