En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Renouvelables : les raccordements du premier trimestre progressent légèrement par rapport à 2019

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

La puissance du parc électrique renouvelable a progressé de 468 mégawatts (MW) au premier trimestre 2020, pour s'établir à 54 234 MW fin mars 2020, annonce le Syndicat des énergies renouvelables (SER) qui a publié, le 26 mai, le panorama trimestriel de l'énergie renouvelable. Cette progression est en légère hausse par rapport à celle enregistrée au premier trimestre 2019 (439 MW), selon le document élaboré par le SER, RTE, Enedis, l'Association des distributeurs d'électricité en France (ADEeF) et l'Agence des opérateurs de réseaux d'énergie (Agence ORE). « Le taux d'atteinte de l'objectif fixé par la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) à l'horizon 2023 est de 99 % pour la filière hydraulique, 70 % pour la filière éolienne terrestre et de 47 % pour la filière solaire. »

Par ailleurs, au premier trimestre 2020, un quart de la consommation électrique française a été couverte par les énergies renouvelables. « Durant le premier trimestre 2020, 37,6 térawattheures (TWh) d'électricité renouvelable ont été produits, ce qui constitue un nouveau record trimestriel dépassant de plus de 10 % le précédent record observé au premier trimestre 2018 », explique le SER, qui signale les bons chiffres de la production éolienne. Quant à l'impact de la crise de la maladie Covid-19 sur la consommation électrique, il « est resté relativement limité, en raison de la période étudiée, comprenant seulement 15 jours de confinement ».

Dans le détail, le parc éolien atteint 16 771 MW au 31 mars 2020, avec 277 MW supplémentaires raccordés sur trois mois, soit 1 413 MW sur un an. La production trimestrielle a établi un nouveau record à 14,5 TWh, ce qui représente 10,8 % de la consommation sur la période. Le parc photovoltaïque a progressé de 173 MW, pour s'établir à 9 609 MW. La filière bioénergie électrique enregistre une hausse de capacité de 70 MW, alors que la filière hydroélectrique n'évolue pas.

Réactions1 réaction à cet article

 

Indigne manipulation des chiffres ! On croit comprendre que le raccordement a permis à la production intermittente d'atteindre les 25%, alors que c'est l'hydraulique qui en représente la plus grande partie. L'éolien a nécessité l'effacement du nucléaire durant ses pics de production, d'où un surcoût invraisemblable. Ces nouveaux GW installés nous coûtent des milliards, qui partent essentiellement en Chine et dans des paradis fiscaux, pour produire des clopinettes. Et la PPE qui entérine cette fuite en avant ! Quand donc aura-t-on une analyse objective de la situation ?!

dmg | 28 mai 2020 à 09h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager