Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La disparition du papillon, reflet de la dégradation des écosystèmes

Victime d'une agriculture intensive et de l'action de l'homme en général, le papillon déserte progressivement les paysages. Si la disparition de l'espèce inquiète les spécialistes, c'est qu'elle reflète également la mauvaise santé des écosystèmes.

Biodiversité  |    |  Marie Bernard  |  Actu-Environnement.com
   
La disparition du papillon, reflet de la dégradation des écosystèmes
   
Dans les années 50, les papillons peuplaient largement les campagnes, les montagnes et les jardins. Et pour cause, les papillons rassemblent environ 160.000 espèces de la famille des lépidoptères sur les 1.450.000 connues à la surface de la Terre et constituent à eux seuls plus de 10 % des espèces répertoriées, battus en cela uniquement par les coléoptères (25 %).

Cependant, à l'instar d'autres espèces, ils sont de plus en plus concernés par l'érosion de la biodiversité. En France, les papillons des prairies ont ainsi régressé de 50 % en 15 ans. Bien que les oiseaux, batraciens et chauves-souris constituent les principaux prédateurs naturels du papillon, l'homme à travers ses activités joue également un rôle actif dans la disparition de l'espèce.

Dès les années 60, l'arasement de haies et de bocages mais aussi la volonté de l'homme de développer une agriculture intensive ont ainsi lourdement contribué à leur disparition. D'autres facteurs entrent également en jeu. C'est le cas notamment de la circulation automobile, des éclairages publiques excessifs pour les papillons nocturnes, ou encore du réchauffement climatique. En Grande-Bretagne, environ 70 % de la totalité des espèces de papillons auraient ainsi disparu en vingt ans.


Le papillon, outil de Bio-indication

Parallèlement la disparition alarmante du papillon témoigne de la dégradation progressive de l'environnement et des écosystèmes.

En effet, la grande diversité et les exigences écologiques variées des papillons, leur confère un rôle d'indicateurs de la qualité des milieux naturels, et donc de la santé des écosystèmes. La plupart des espèces étant monophages ou oligophages et étroitement inféodés à des plantes-hôtes sensibles et vulnérables, elles font offices d'éminents indicateurs biologiques, décrypte l'écologue Michel Tarrier.

Aussi, les papillons de jours sont de plus en plus choisis comme outils d'évaluation des écosystèmes. En Europe, cela fait même quelques temps que l'on utilise la filière papillons pour évaluer la santé des écosystèmes, en vue de tabler sur leur durabilité.

La disparition des papillons ces dernières décennies en dit donc long sur l'état de santé l'environnement. Plus qu'un simple insecte, le papillon est le reflet de ce qu'il y a dessous. Et dessous, il n'y a plus grand-chose , déplore Michel Tarrier.

Réactions3 réactions à cet article

 
25 ans d'observations peu rassurantes

petit fils d'un entomologiste de renon,j'observe avec tristesse depuis 25 années, sur des zones géographiques identiques,effectivement une campagne de moins en moins peuplée. Baisse importante du nombre d'individu autant que des différentes espéces de ces lipitoptéres.l'agriculture me parrait assez responsable (remembrement, traitements phytosanitaires intensifs, ...)
l'homme laisse de moins en moins de place au vivant, mon bocal à formol d'entomologiste trouve petit à petit sa projection à l'échelle de la planéte toute entiére. C'est notre bocal! Mais nos émissions divers et polutions quotidiennes semblent fabriquer un mélange beaucoup radical que le formol.

M. Butterfly | 08 septembre 2008 à 17h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Tout se barre

Je me souviens encore de nos chasses aux papillons gamins il y a une 30aine d'années, effectivement cela n'a plus rien à voir aujourd'hui et je regrette que nos enfant n'auront pas la même vision de la nature que les générations précédentes.

J'ai laissé un coin de fouillis dans mon jardin pour toutes ces petites espèces qui ne supportent pas la nature trop ordonnée.

La multitude de petits gestes d'aspect anodin que nous sommes tous capable de faire sans que ça impacte trop sur notre qualité de vie à l'echelle de tous serait déjà un grand pas

Herve | 09 septembre 2008 à 11h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
papillons et jardin de ville

Grace a notre petit jardin de ville 150 métre carré environ ,nous avons contés jusqu'a 15 papillons et nous en sommes trés heureux, ma question est ou font-ils leur cocon et dans quel plante ,merci de votre réponse

butaye | 10 août 2009 à 20h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager