Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Parc éolien : « C'est mieux accepté lorsque c'est fait avec des professionnels du paysage »

Les parcs éoliens sont mal perçus par une partie de la population. Peut-être le seraient-ils mieux s'ils intégraient de façon plus cohérente l'aspect paysager. Entretien avec Odile Marcel, présidente du collectif Paysages de l'après-pétrole.

Interview vidéo  |  Energie  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com

L'acceptabilité de l'éolien, terrestre ou maritime, est une question cruciale pour atteindre les objectifs de développement de la filière prévus dans l'actuelle Programmation pluriannuelle de l'Énergie. Cette PPE nécessite d'atteindre 2 gigawatts d'installations d'éoliennes terrestres par an, un rythme jamais encore atteint. Outre les leviers juridiques et réglementaires, la concertation peut aider à développer les parcs éoliens. Une approche par le paysage pourrait aussi faciliter les projets.

Les énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole) ont induit à leur apogée des changements dans le paysage. Avec la nécessité de faire évoluer le modèle énergétique vers des énergies moins polluantes, les paysages changent à nouveau et ce peut être un moyen de parler de transition énergétique avec les citoyens. Un ouvrage a été publié en juin 2021 « Paysage de l'après-pétrole », dont les auteures sont Armelle Lagadec et Mathilde Kempf, respectivement architecte et urbaniste. Elles retracent sept expériences européennes dans le cadre desquelles des territoires engagés dans une démarche paysagère ont facilité le développement de la transition énergétique.

Explications avec Odile Marcel, présidente du collectif « Paysage de l'après-pétrole », composé de spécialistes de l'aménagement, d'agronomes, d'urbanistes (architectes ou paysagistes) et d'experts en sciences humaines, sciences politiques…

Réactions3 réactions à cet article

 

les éoliennes doivent être à proximité des zones qui consomment le plus d'énergie donc pas dans les campagnes mais autour des villes et le long des voies TGV. C'est très moche une ville, avec des éoliennes autour ça ne sera pas plus moche mais ce sera beaucoup plus cohérent

laurent | 26 novembre 2021 à 09h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ceux qui veulent des éoliennes uniquement près des villes, le long des voies ferrées et autoroutes ne connaissent rien des contraintes s'appliquant au parc éoliennes. Et la première de ces contraintes est le respect d'une distance minimale de 500m aux habitations et zones destinées aux habitations. Si les éoliennes sont moches, que dire des centrales nucléaires ? pour rappel, il faut une transition énergétique et cela passe par l'éolien notamment. Donc, je suggère à ceux qui n'en veulent pas de réduire drastiquement leur consommation d'électricité

NadiaMed | 26 novembre 2021 à 11h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Notons la parfaite objectivité de consultants paysagistes qui exigent l'intervention de paysagistes pour les études d'impact...
Cela devrait être la même chose pour des boîtes du secteur de la pharmacie qui exigent l'intervention de pharmaciens dans les études de mise sur le marché de médicaments.
Ah non, pour les écolos, c'est pas pareil...

Albatros | 26 novembre 2021 à 11h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Éolien-solaire : réussir la phase conception-construction de votre projet RES