En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Agence française pour la biodiversité donne un avis favorable au parc éolien de Dieppe - Le Tréport

L'Agence française pour la biodiversité a donné un avis favorable avec réserve au projet de parc éolien en mer situé dans la Manche. Pour obtenir ce feu vert, le porteur de projet a dû procéder à des modifications.

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
L'Agence française pour la biodiversité donne un avis favorable au parc éolien de Dieppe - Le Tréport

Sans surprise, le conseil d'administration de l'Agence française pour la biodiversité (AFB) s'est prononcé en faveur du projet de parc éolien offshore de Dieppe Le Tréport, ce mardi 20 février. Cet avis étant conforme, il sera donc suivi par les services de l'Etat. L'AFB a délivré un avis favorable avec réserve après que le porteur de projet ait présenté des modifications. Elle demande des mesures supplémentaires de gestion et de réduction des impacts.

"La décision du conseil d'administration est une position d'équilibre, et le résultat d'une vraie concertation avec les différents acteurs du projet. Le conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d'Opale avait montré les impacts potentiels du projet sur la biodiversité marine, lesquels avaient justifié son avis négatif. Il a été entendu", déclare Philippe Martin, président de l'AFB.

Le dossier avait en effet été repris en main par le ministre d'Etat Nicolas Hulot lui-même, à la suite du vote d'opposition du conseil de gestion du parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d'Opale, le 20 octobre dernier. Le ministre avait notamment reçu, en janvier, les marins pêcheurs. Ces derniers ont d'ailleurs manifesté, le 16 février dernier au Havre (Seine Maritime), pour dénoncer le périmètre du parc, situé dans une zone halieutique très riche. Ils proposaient une zone alternative, située plus à l'ouest. Mais lors d'une audition devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, Nicolas Hulot a indiqué que cela reviendrait à repartir de zéro. Autrement dit, le projet prévu pour une mise en service en 2021 serait reporté aux calendes grecques.

La hauteur des éoliennes revue

Le parc naturel marin, dont le projet de parc se situerait pour un tiers sur son périmètre, jugeait les études d'impact incomplètes et insuffisantes. A la suite de son vote, qui est consultatif désormais, l'AFB s'est également penchée sur le sujet, reportant à plusieurs reprises sa décision finale, afin d'écouter les propositions d'amélioration du porteur de projet, la société EMDT, consortium d'Engie, EDPR et la Caisse des dépôts.

"Suite à l'audition, le projet a très largement évolué sur les sujets suivants : la prise en compte des impacts potentiels cumulés liés à d'autres projets dans le périmètre du Parc, les effets et impacts potentiels sur les fonds marins et les espèces y vivant ainsi que sur les dynamiques sédimentaires, la prise en compte des impacts potentiels sur les oiseaux et les chiroptères en raison du nombre et de la dimension des éoliennes (62 éoliennes de 196 m de haut), les impacts potentiels sur les mammifères marins et les espèces halieutiques, l'effet sur la qualité de l'eau et les sédiments et l'impact paysager", souligne l'AFB dans un communiqué.

Elle précise que quatre mesures supplémentaires ont été adoptées. Le porteur de projet ne fera pas de battage de pieux dans les zones de travaux pendant les quatre mois de forte présence d'espèces marines, autrement dit lors des périodes de reproduction et de développement de ces espèces. La hauteur des éoliennes sera rehaussée pour réduire les risques de collisions avec l'avifaune. Le budget du groupement d'intérêt scientifique (GIS) qui sera créé pour effectuer des suivis scientifique et technique sera augmenté. Les anodes sacrificielles, qui sont souvent en métaux qui se dissolvent dans l'eau et peuvent être polluants, seront revus. "Au final il s'agit bien d'un nouveau projet", estime l'AFB pour justifier son vote.

Un arrêt des machines en cas de mortalité trop élevée de la faune

"Sur la base de ce projet revu, le conseil d'administration de l'Agence française pour la biodiversité a adopté ce jour un avis conforme favorable avec réserves", précise le communiqué. Certains suivis pour une amélioration des connaissances des différents impacts devront être améliorés. Certains niveaux d'impacts devront être rehaussés, notamment concernant le déclenchement des mesures Eviter, Réduire, Compenser (ERC). Les niveaux d'enjeux devront être révisés. Enfin, un arrêt des machines devra être envisagé en cas de forte mortalité des oiseaux marins ou des chiroptères.

Réactions1 réaction à cet article

 

Si on s'aperçoit d'une forte mortalité des oiseaux marins ou des chiroptères on arrête les machines.

Le père Noël co-signe ?

Sagecol | 21 février 2018 à 09h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…