En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Paris : les agents d'entretien garants de l'environnement urbain

Plus de 5000 agents assurent au quotidien la propreté des rues de Paris et la collecte des déchets. Une condition au bien vivre ensemble, malmené par les actes d'incivilité du quotidien.

Reportage vidéo  |  Déchets  |    |  Emploi-Environnement

La propreté des espaces publics et la collecte des déchets est un enjeu environnemental pour éviter la pollution des espaces naturels et une condition au bien-vivre ensemble. À Paris, 5 000 éboueurs balayeurs et 700 conducteurs d'engins assurent la propreté de la ville. Et il y a fort à faire, en moyenne 3 000 tonnes de déchets à gérer chaque jour. Pas moins de 30 000 poubelles de rue, et la propreté de 1 600 km de rue et 2 900 km de trottoir, sont à la charge des agents d'entretien.

Les métiers de la propreté à Paris recrutent régulièrement, mais requièrent une forte motivation. « Il n'y a pas de niveau de diplôme attendu, mais ce sont des métiers très durs, car exigeant physiquement », admet Véronique Levieux, adjointe à la maire de Paris en charge des ressources humaines et du dialogue social.

La pénibilité des missions de nettoyage tend toutefois à diminuer, notamment grâce à des véhicules de propreté électriques plus efficaces, et plus confortables. Les métiers tendent ainsi à se féminiser, même s'ils restent en très grande majorité, assurés par des hommes.

Autre exigence de ce métier : la patience pour faire face aux incivilités du quotidien. Si de l'avis des agents d'entretien la propreté des rues s'améliore, il reste des points de difficulté dans un certain nombre d'arrondissements. « On peut s'améliorer, mais la question principale c'est comment faire pour que les rues ne soient pas resalies aussi vite », explique Paul Simondon, adjoint à la maire de Paris en charge de la propreté et de la gestion des déchets. Et pour lutter contre les incivilités du quotidien, un allié vient les épauler : la verbalisation. Ce sont 145 000 PV qui ont été distribués en 2018 sur des sujets de propreté, allant du dépôt sauvage au mégot jeté dans le caniveau.

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [34261] / utilisation du flux d'actualité.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rémi Pin

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager