En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Antennes relais : Paris reprend les négociations avec les opérateurs

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

La mairie de Paris a annoncé mardi 10 janvier vouloir reprendre les négociations avec les opérateurs de téléphonie mobile et la Fédération française des télécoms (FFT) pour le renouvellement  de la charte parisienne de la téléphonie mobile, gelée depuis le 17 octobre dernier.

 
Pétition contre des antennes relais Free à Thionville Selon l'AFP, les habitants du quartier de Beauregard, à Thionville en Moselle (45.000 habitants), ont déposé mardi 10 janvier en mairie une pétition contre la pose d'antennes relais par le groupe Free sur le château d'eau de ville, alors que le 4e opérateur de téléphonie mobile lançait hier son forfait présenté comme le moins cher du marché. Ce château d'eau est déjà équipé de douze de ces antennes venant des trois opérateurs historiques.
Le maire Bertrand Mertz (PS), qui a reçu les protestataires, a rappelé que le Conseil d'Etat ne lui donnait pas la compétence de réglementer l'implantation des antennes-relais de téléphonie mobile sur le territoire de la commune. Selon le Républicain Lorrain, le maire serait toutefois favorable pour prendre des mesures afin de vérifier si les normes au niveau du château ne sont pas anormalement élevées.
 
Alors que jusque-là, à Paris, le seuil maximum d'exposition aux ondes électromagnétiques de téléphonie mobile était fixé à 2 Volt/mètre (V/m) en moyenne sur 24 heures, les opérateurs demandaient notamment une augmentation de ce seuil à 10, voire 15 V/m aussitôt retoquée par la municipalité.

La Ville de Paris avait alors suspendu toute nouvelle implantation d'antennes relais sur les bâtiments publics. Une décision qui avait été décriée par le ministre de l'Energie et les opérateurs au moment de l'arrivée des premières licences 4G pour le très haut débit et du quatrième opérateur Free Mobile.

Près de trois mois après le désaccord, les opérateurs et la Fédération Française des Télécoms auraient fait de nouvelles propositions de négociation, en revenant notamment sur le niveau de seuil de 2V/m inscrit dans la première charte signée en 2003 et en reconnaissant à la commission de concertation son rôle de régulation, a déclaré la municipalité dans un communiqué.

Selon Mao Peninou, adjoint en charge de la qualité des services publics, ces propositions jugées plus raisonnables, à défaut d'être suffisantes, permettent à la Ville de rouvrir un cycle de discussions. 

En attendant une nouvelle charte qui permette de réduire le seuil d'exposition tout en maintenant la qualité du service, aucune nouvelle implantation d'antenne sur les toits ne fera l'objet dune autorisation, a prévenu la mairie de Paris. A suivre…

Réactions2 réactions à cet article

 

rappelons que dépasser 3V/m c'est détruire toutes les garanties apportées par les normes concernant les dispositifs medicaux electroniques (thermometre tenisiometres etc...) comme l'encouragent a le faire les faussaires de l'expertise sanitaires .

une limites de 2V/m en moyenne journalière de plus trafiquée en fonction de la fréquences est insufisante pour assurer la protection des risques puisque c'est plus de 5 V/m qui est accepté par la ville de paris!!!!!

Ce qu'exigent les opérateur comme PIP, c'est la destruction des garanties normatives protegeant les gens de risques! et ma mise en danger d'autrui

PIPeau | 11 janvier 2012 à 13h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Aux citoyens de réagir

Lorsque l'Etat de droit ne fait plus son travail
Lorsque les lobbies puissants détournent les normes
Lorsque les normes elles-mêmes sont largement insuffisantes et ignorent le principe de précaution,
Que restent ils?
L'action du citoyen lambda qui se doit de réagir pour préserver sa santé.
Sommes nous donc plus que des moutons que l'on peut tondre à volonté?

arthur duchemin | 12 janvier 2012 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager