En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les véhicules diesel bannis de Paris dans cinq ans ?

Dans un entretien au Journal du Dimanche (JDD) paru le 7 décembre, la maire PS de Paris Anne Hidalgo a réaffirmé sa volonté d'interdire la circulation des véhicules diesel en 2020 : voitures individuelles, véhicules utilitaires, cars de tourisme...

Transport  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

"Je veux la fin du diesel à Paris en 2020, et si possible au-delà du périphérique", a déclaré Mme Hidalgo au JDD, alors qu'une récente étude montre que les Parisiens respirent jusqu'à 6 millions de particules fines par litre d'air. Cette annonce est la mesure phare prévue dans le nouveau plan de Paris visant à améliorer la qualité de l'air, dévoilé en mai dernier. Ce plan sera discuté au Conseil de la Ville le 9 février 2015.

Sortie du diesel à l'exception des ménages modestes ?

"J'ai commencé en éradiquant en trois mois les voitures diesel du parc de la Ville", a t-elle précisé. Le plan de Paris prévoit en effet de convertir la flotte des véhicules municipaux au moteur hybride ou électrique à l'horizon 2015. Dans le cadre de son nouveau marché de collecte, la Ville expérimentera notamment, courant 2015, des bennes électriques.

Le plan prévoit aussi le renouvellement du parc de bus de la RATP par le Syndicat des transports franciliens (Stif), afin d'aboutir à un parc non diesel en 2020.

Paris souhaite instaurer une zone à faible émission (Zapa) où l'accès serait limité ou interdit aux véhicules les plus polluants (automobiles, utilitaires, cars de tourisme, poids-lourds et deux-roues motorisés confondus). "Nous travaillons avec l'Etat à des mesures d'interdiction", a indiqué Mme Hidalgo. Elle n'exclut pas une exception pour certains ménages "peu fortunés" possédant un vieux véhicule diesel qu'ils n'utilisent qu'occasionnellement. "Ceux-là pourraient être autorisés à circuler le week-end", a-t-elle indiqué.

Le centre-ville semi-piétons

La Ville mise sur le système d'identification des véhicules en fonction de leurs émissions polluantes (vignettes), prévu courant 2015 par le Gouvernement, pour mettre en place des zones de restriction de circulation, conformément au projet de loi sur la transition énergétique. "Grâce à des pastilles ou des puces, on pourra bientôt identifier le degré de pollution de chaque véhicule. Nous comptons sur la pédagogie et le civisme, mais il y aura aussi des contrôles routiers pour éviter les infractions", a expliqué la maire. Dans ce cadre, elle souhaite utiliser les quatre portiques installés sur le périphérique initialement prévus pour l'écotaxe poids lourds.

La Ville entend limiter la circulation de la rue de Rivoli ou des Champs-Elysées qui ne seraient autorisés qu'aux véhicules à ultra-basse émission. "Cela se fera dans un premier temps à titre expérimental", a précisé Mme Hidalgo. De même, dans les quatre arrondissements du centre," à l'exception des vélos, bus et taxis, seuls auraient le droit d'entrer les voitures des résidents, les véhicules d'urgence ou de livraison".

La Ville poursuivra également l'extension des quartiers et des axes de la capitale limités à 30 km/h (zones 30).

Aides publiques

Paris prévoit des aides incitatives avec l'Etat pour l'achat d'un véhicule non polluant. Le Premier ministre Manuel Valls s'est déclaré favorable à l'élargissement de la prime à la conversion des vieux diesels. Cette prime, de 3.700 euros pour l'achat d'un véhicule électrique, de 2.500 euros pour un véhicule hybride rechargeable, et de 500 euros pour un véhicule répondant à la norme Euro 6, sera conditionnée à la mise au rebut d'une voiture diesel de plus de 13 ans.

Anne Hidalgo a également annoncé des abonnements au système de location de voitures électriques Autolib' en échange d'une mise au rebut de son diesel. L'offre d'un Pass Navigo d'un an aux Parisiens utilisable dans les transports publics est aussi prévue. "Nous mettrons en place un plan d'installation de bornes de recharge pour les voitures électriques. Une aide financière incitera les copropriétaires à s'équiper en bornes de recharge, mais aussi en garages à vélos", a ajouté la maire. 700 bornes sont en cours de déploiement à Paris tandis qu'une aide à l'achat de deux roues électriques sera mise en place incluant le système de location Vélib'.

La Ville prévoit ainsi de "doubler" les pistes cyclables d'ici 2020 "avec un plan vélo très ambitieux, de 100 millions d'euros", a chiffré Mme Hidalgo. Elle vient de présenter son programme d'investissement de la mandature doté de 10 milliards d'euros, dont 900 millions dédiés aux transports collectifs.

En cas de pic de pollution, Mme Hidalgo veut aller plus loin que la circulation alternée des véhicules et plaide pour "une interdiction totale et systématique de la circulation des véhicules polluants dans Paris", a-t-elle ajouté.

Un "revirement" salué par l'opposition

Yann Wehrling, porte-parole du groupe centriste UDI-Modem au Conseil de Paris, s'est félicité dans un communiqué de l'annonce de "semi-piétonisation de l'hyper centre de Paris".  Si "c'est une heureuse initiative", il n'en s'agit pas moins "d'un surprenant revirement", a-t-il indiqué.

Même son de cloche de la part du groupe UMP : "Nous nous félicitons qu'Anne Hidalgo se rallie aujourd'hui à nos propositions et en accompagnerons donc la mise en œuvre" tout en espérant que "ses annonces ne se résument à une opération de communication". "Ses mesures ne seront débattues qu'en février 2015, près d'un an après son élection. Dès mai 2014, nous demandions pourtant en Conseil de Paris la mise en place d'une Zapa, alors refusée par dogmatisme", a souligné le groupe UMP.

Selon un sondage Ifop pour le JDD, l'éradication du diesel en 2020 divise : si les deux tiers des Parisiens la souhaitent, six habitants de la grande couronne sur dix y sont hostiles. "Plus on s'éloigne de Paris, plus on se sent discriminé par les mesures sanctions. Le mot interdiction peut braquer les gens", analyse Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop. Les mesures incitatives visant à la mise au rebut des véhicules les plus polluants semblent mieux acceptées : 51% des Parisiens possédant une voiture roulant au diesel sont prêts à s'en séparer en échange d'une réduction sur un Pass Navigo ou d'un abonnement Autolib', contre 41% en grande couronne.

Pour Denez L'Hostis, président de la fédération d'associations France Nature Environnement : "Il faut favoriser les transports doux notamment aux portes du Grand Paris, par un métro automatique qui décourage clairement l'usage de la voiture individuelle. Face au cocktail de pollutions, il y a un cocktail de solutions !".

Didier Bollecker, président de l'Automobile Club Association (ACA) estime de son côté que "la généralisation progressive du filtre à particules (FAP) au parc diesel règlerait la question des particules en peu d'années et à des coûts inférieurs". Il appelle les collectivités locales "à mettre en œuvre des prêts à taux zéro permettant aux ménages modestes de remplacer plus facilement leurs véhicules anciens".

Réactions16 réactions à cet article

 

les villes sans voitures quel bonheur, plus de pollution, plus de bruit, plus d'accident, plus d’encombrement donc plus d’espaces reconquérir,on peut rêver! le problème c'est que 90% de la population est devenue cul de jatte après des années de dépendance, la rééducation physique et surtout mentale ne va pas être facile

lio | 09 décembre 2014 à 11h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un problème, c'est que les constructeurs automobiles en France ne commercialisent pas de voitures à boite de vitesse automatique en modèle Essence. Les "handicapés de la pédale" comme moi sont donc contraints d'acheter du diesel.

C. Villette | 09 décembre 2014 à 11h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ lio

Plus de pollution, c'est vite dit.

(Source : Airparif) :

"Une étude menée par Airparif a permis de déterminer l’origine des particules respirées et de quantifier la part de particules produites en Île-de-France de celles provenant des régions avoisinantes, ainsi que les principales activités contributrices. Cette étude de grande ampleur s’est déroulée de 2009 à 2011 et a nécessité près de 90 000 analyses
chimiques".

"Elle met en évidence qu’à proximité d’un axe routier comme le Périphérique, les particules fines sont produites localement à près de 60 %, avec une contribution importante et stable du trafic routier (44 %), le chauffage au bois n’y contribuant que de façon secondaire. Tandis que dans l’agglomération parisienne, en situation éloignée du trafic, les particules que l’on observe proviennent à près de 70 % d’import de pollution en provenance d’autres régions françaises, voire européennes. Parmi les 30 % de particules locales, la contribution du trafic et du chauffage au bois résidentiel est importante et similaire (7-8 % des particules respirées).
Il est à noter qu’une certaine saisonnalité est constatée en hiver avec des niveaux plus importants durant les périodes les plus froides".

Cordialement.

vivarais | 09 décembre 2014 à 13h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est irréaliste et irresponsable comme annonce !!! elle va affaiblir notre industrie et mettre les gens trés en colère !!! alors qu'il suffirait de dire que tous les nouveaux achats neufs , à partir de 1 janvier 2016 ou 2017 devront avoir tel ou tel caractéristique pour pouvoir rouler dans Paris !!! cette démarche ne prend personne en traite et le parc s'assainirait tout seul .
...et puis que fait l'Etat pour l'hydrogéne ...rien rien ...il est chouté par les taxes sur les hydrocarbures !

carl | 09 décembre 2014 à 16h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'article ne dit pas qu'elle veut aussi se débarrasser des cars de touristes qui encombrent la ville. Le touristes idéaux se devant de venir en train et de circuler en métro.
Il ne cite pas non plus ++ Aujourd'hui, 60 % des PARISIENS n'ont déjà plus de voiture, alors qu'en 2001, ils étaient 40 %.
En savoir plus sur lemonde.fr++ Ce résultat a été atteint au prix de lourdes contraintes sur les Parisiens: preuve s'il en était besoin que leur bien être passe au second plan des préoccupations de ces personnes.

Dépenser 100millions d'euros en pistes cyclables??? A-t-elle, à ce point, perdu la raison?

Bref il n'y a plus qu'une chose a faire: FUIR PARIS! Tout est devenu trop grand, les problèmes environnementaux croissent avec la CONCENTRATION DE POPULATION: tout ce qui ne poserai ailleurs pas de problème en posent dans cet ensemble trop grand.

ami9327 | 09 décembre 2014 à 20h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bien être = voiture 9327 !!!
Tabac, voiture même combat

lio | 10 décembre 2014 à 12h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sur longues distances, le Diesel est plus economique , mais pas plus écologique! Alors , on nous ajoute du Biodiesel, mais dans quelle but? Qu'on nous explique quels sont les polluants moins élevés , dont le NO2 et les Particules 2.5,les plus toxiques.

arthur | 10 décembre 2014 à 13h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un combat idéologique , mal mené , sans stratégie réfléchie sur le long terme, ne fera que nous mener à l'inverse ....dommage ! c'est comme l'ecotaxe ...discriminatoire et coûteux ! dommage aussi

carl | 10 décembre 2014 à 13h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@arthur ...oui sachant qu'en plus en terme de pollution la production d'agrocarburant trés intensif n'est pour le moins pas trés bio !

carl | 10 décembre 2014 à 14h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Enfin, des orientations à la mesure du problème...
Certains ici trouvent cela irréaliste, idéologique, ...
En fait on ne croit pas ce que l'on sait déjà...
Le gazole est cancérogène (classé en catégorie A, en 2012).
L'émission de particules est bien une source de pb de santé humaine.
Faites le calcul 6000000 particules par litre, combien en 1 journée?
Le réchauffement climatique ne sera probablement pas limité à 2°C.
La liste est longue... Nous devons donc, tous, changer un peu nos habitudes...

Zore94 | 10 décembre 2014 à 21h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour le sinistre administratif et budgétaire..

mesquin | 11 décembre 2014 à 10h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comme d'habitude, on râle parce que le gouvernement ne prends pas de mesures, puis, quand il en prends, on râle parce que les mesures ne sont "pas bien" (et le "pas bien" m'évite juste d'avoir à citer l'ensemble des opinions et des intérêts divergent(e)s).

On râle, on râle, et on oublie que le premier travail à faire, ce n'est pas au gouvernement de le faire, mais à nous, les CITYOENS, en changeant tous un peu nos habitudes, comme l'a si bien dit Zore94.

"Ai-je vraiment besoin d'une voiture pour ce trajet ? Ai-je vraiment besoin d'une voiture ?"

Quentin | 11 décembre 2014 à 17h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Quentin je suis complétement d'accord ....."changeant tous un peu nos habitudes" et progressivement ....mais pas d'une façon brutale stupide irréaliste , irréfléchi , destructeur ...du type en 2020 plus un seul diésel dans Paris ! tout le monde se marre ...où est la pédagogie dans ce type de déclaration venant d'une personne si haut placé !

carl | 11 décembre 2014 à 19h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour Carl,
Est-ce si brutal, stupide, irréaliste, irréfléchi, et destructeur? 2020, c'est dans 5 ans... 5 années pour se poser les bonnes questions. Dois-je continuer sans rien changer à mes habitudes, ou dois-je penser à mes enfants, petits enfants (et un peu aussi à moi-même!). Le changement climatique concerne chacun d'entre nous : pollutions, événements climatiques, ... En débattre c'est très bien. Agir, dès aujourd'hui, c'est mieux. 1000 petites choses valent autant que qu'une grande décision difficile à prendre ... On commence par quoi ?? ;-)

Zore94 | 15 décembre 2014 à 07h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Zore94 oui d'accord ...il faut changer , progressez , évoluer ...ce que je critique c'est le plus un dièsel dans paris D'ici 5 ans ! Exemple ...vous voulez renouveller votre parc de véhicule de livraison frigorifiques aujourd'hui ? ...est bien vous trouverez que du diésel ...avec filtre a particules en obtion ! un ou deux modéles électriques mais c'est vraiment pour faire les derniers KM , un modéle gaz ...exorbitant ...hydrogéne ça irait bien mais pas encore dispo
donc des annonces comme celles d'hidalgo c'est bien irréaliste ..c'est même contre productif .

carl | 15 décembre 2014 à 10h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Carl,
Le changement de mode transport en ville, c'est en effet des véhicules plus propres ... Vous les avez cités.
C'est aussi le transport par Péniche (les villes sont généralement traversés par un cours d'eau). Ou par Tramway (j'ai lu un article à ce propos... je n'ai pas retenu la ville). Ou par Vélo électrique (petites charges!!).
C'est également, par une consommation plus proche, d'ou une réduction de kilomètres parcourus...
Et peut-être d'autres...
Mme Hidalgo proposera-t-elle une ou plusieurs de ces pistes ... ?! C'est la Question!!!
Cdlt
PS: Merci pour cet échange

Zore94 | 15 décembre 2014 à 21h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…