En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les eurodéputés ne veulent pas importer un soja OGM tolérant aux herbicides

Agroécologie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Les députés européens, en session plénière, ont adopté le 13 septembre une résolution demandant à la Commission européenne de ne pas autoriser la mise sur le marché de produits importés contenant du soja génétiquement modifié DAS‑68416-4, demandée par la société Dow AgroSciences LLC. En janvier 2017, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) avait donné son feu vert.

Ce soja OGM est tolérant à certains herbicides dont l'acide 2,4-dichlorophénoxyacétique (2,4-D) et le glufosinate ammonium. Dans leur résolution, les eurodéputés soulignent que la "recherche indépendante manifeste des inquiétudes quant aux risques de la substance active 2,4-D pour le développement de l'embryon, les anomalies congénitales et la perturbation endocrinienne". Si l'approbation de la substance active 2,4-D a été renouvelée en 2015 dans l'Union européenne, "le demandeur n'a toujours pas fourni les informations nécessaires sur les propriétés endocriniennes potentielles de la substance".

Le glufosinate est également classé comme substance toxique pour la reproduction et "relève dès lors des critères d'exclusion énoncés dans le règlement européen 1107/2009 concernant la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques", ajoutent les députés. IIs rappellent que l'autorisation de cette substance prend fin le 31 juillet 2018.

Selon Inf'OGM, le 12 juillet 2017, en comité d'appel, 15 Etats membres, dont la France, ont aussi voté contre l'importation de ce soja OGM. Une semaine auparavant, la Commission européenne avait renouvelé, le 4 juillet, l'autorisation de culture du maïs MON810 de Monsanto, et validé l'importation de quatre nouveaux OGM. Les Etats membres ont "notamment critiqué le manque d'études sur les effets du soja génétiquement modifié sur la santé humaine et animale, ce qui empêche la finalisation de l'évaluation des risques environnementaux", précisent les députés européens, dans leur résolution.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…