Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le Parlement européen s'oppose au commerce du mercure

Risques  |    |  Actu-Environnement.com
Le 20 juin 2007, les députés européens ont voté à une large majorité en faveur de l'interdiction des exportations et des importations de mercure au sein de l'UE, à compter de 2010 et ont demandé le stockage temporaire de surplus. En janvier 2005, la Commission avait proposé une interdiction progressive des exportations du mercure d'ici 2011 et abordait le problème de la sécurisation du stockage. En octobre 2006, la Commission a introduit une proposition de règlement interdisant les exportations de mercure et règlementant son stockage.
Après le vote du 5 juin interdisant l'usage du mercure en Europe, la résolution du Parlement du 20 juin 2007 propose l'interdiction des importations comme des exportations. La résolution du Parlement demande que les excès de mercure à usage industriel retirés de la circulation soient stockés dans des sites sécurisés temporaires à placer sous surveillance constante. Les substances ne devraient être transportées vers les sites de stockage permanents qu'une fois ces sites rendus disponibles. Le CNIID (Centre national d'information indépendante sur les déchets) se félicite aujourd'hui dans un communiqué du vote du Parlement européen : Il n'existe pas aujourd'hui de technique pour se débarrasser du mercure liquide en toute sécurité, et le Parlement envoie un signal fort en réaffirmant que son stockage ne peut être que temporaire, constate Wiebke Winkler, responsable Santé et Environnement du CNIID. Les eurodéputés préconisent à ce titre l'application du principe du pollueur-payeur, et recommandent la création d'un fonds avec une contribution financière des industries utilisant du mercure, ajoute le CNIID.
Le CNIID ainsi que la coalition d'ONG de protection de l'environnement et de la santé déplore toutefois que l'interdiction des exportations n'entre en vigueur qu'en décembre 2010, ce qui laissera libre cours à des exportations de mercure vers le marché mondial pendant encore trois ans, avec les risques de contamination qu'elles entraînent, explique le Centre national d'information indépendante sur les déchets. Le CNIID appelle la Commission européenne à suivre l'exemple du Parlement européen lors du Conseil des ministres de l' Environnement du 28 juin 2007 qui devrait trouver un accord politique sur la question des exportations et du stockage du mercure.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager