En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Ademe et le GNTC, partenaires pour développer les transports combinés

Transport  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Le 28 septembre, l'Agence de la transition écologique (Ademe) a annoncé la signature d'un partenariat avec le Groupement national des transports combinés (GNTC) « pour accélérer la transition écologique du secteur des transports en France ». Leur objectif est de favoriser le report modal pour le transport de marchandises en développant le transport combiné (rail-route, fleuve-route, etc.).

Ivan Stempezynski, président du GNTC, et Arnaud Leroy, président de l'Ademe ont conclu leur partenariat autour de quatre axes. Un Observatoire du transport combiné sera ainsi créé « pour une meilleure connaissance en termes de données de l'activité du secteur, ainsi qu'une mise en visibilité de l'évolution structurelle de la filière ».

Des actions de sensibilisation et de promotion du transport combiné sont aussi prévues à destination des entreprises utilisatrices de fret : transporteurs routiers, chargeurs, donneurs d'ordre industriels, etc.

De nouvelles études seront également lancées autour du report modal : réflexion sur l'élaboration d'un label sur les chaînes logistiques intégrant le combiné, création de nouvelles fiches de certificats d'économies d'énergie (CEE), nouveaux types de financement pour le lancement de liaisons combinées…

Enfin, des réflexions seront menées sur l'émergence d'innovations : matériels de manutention, numérisation et digitalisation, création d'outils d'aide à la décision…

Réactions1 réaction à cet article

 

Pour l'écologie directe, le résultat est de faible intérêt, mais indirectement, dans la mesure ou la loi est bien appliquée oui.
Je m'explique nous habitons près d'une ancienne nationale doublée par une autorouté récente, et évidement la circulation des poids-lourds est interdite, personne ne respecte la loi, et la route subit les mêmes déprédations qu'il y a 30 ans, réfection totale tout les 3/4 ans.
De plus manque une loi comme en montagne: barrière de canicule, ça vient d'être refait en mai, c'est déjà mort.
Ben oui à 40°au soleil c'est bien plus que 100° le goudron fond.
C'est aux poids-lourds et véhicules au delà de 2 tonnes à vide de payer les réparations des routes.
Et la trains et péniches ont leur intérêt pour éviter les amendes: 40km/h barrière de canicule, grand excès de vitesse 90.

pemmore | 02 octobre 2020 à 14h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager