Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Particules fines : l'Ademe et l'Ineris ont mesuré leur toxicité dans les transports souterrains

Risques  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

L'Agence de la transition écologique (Ademe) et l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) ont évalué la toxicité de particules fines (de type PM10) – souvent les seules quantifiées – collectées dans les transports en commun, à quai et à l'intérieur d'une rame. Dans le cadre de ce projet exploratoire, nommé « Tox in Transport », leurs experts en pollution de l'air ont procédé à des mesures en enceintes ferroviaires souterraines (sur le quai d'une station de métro) et à l'intérieur des rames en Île-de-France, en mars puis en novembre 2020.

Au sein du rapport présentant les résultats de leurs recherches, l'Ademe et l'Ineris concluent que le potentiel inflammatoire et la cytotoxicité des particules relevées étaient « limités ». Néanmoins, d'autres facteurs de toxicité ont été identifiés. Les particules fines retrouvées à quai et à l'intérieur des rames montrent un potentiel oxydant « quatre à dix fois plus élevé que les moyennes en air ambiant en fond urbain ». Ce potentiel signifie qu'elles sont capables d'induire la production d'espèces réactives de l'oxygène (ERO) à l'intérieur des cellules humaines. Un excès d'ERO provoque des dégradations de l'ADN et des membranes cellulaires et peut entraîner la mort des cellules.

En outre, si les teneurs en endotoxines se sont révélées plus élevées en rame qu'à quai, les experts soulignent le bénéfice de la climatisation sur la quantité de particules rencontrées. Cependant, l'Ademe et l'Ineris se veulent rassurants : « les niveaux de concentration en particules mesurés sont cohérents avec ceux mesurés en enceintes ferroviaires souterraines et en rames en France », en règle générale. Ces premiers résultats exploratoires suggèrent qu'une « réflexion doit être menée pour déterminer comment ces nouvelles métriques pourront être utilisées à terme dans des approches d'évaluation des risques sanitaires, que ce soit dans le cadre d'une évaluation des risques sanitaires classiques ou dans des approches plus complexes associant des indicateurs d'exposition cumulée ».

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

TrichlorScan : mesurer les trichloramines dans l'air sans réactif toxique CIFEC