En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Particules fines et cancer, état des lieux des connaissances

Transport  |    |  Déborah Paquet Actu-Environnement.com

L'institut national du cancer publie une fiche repère de 8 pages sur le lien entre les particules fines et le risque de cancer. Elle dresse un état des lieux des connaissances sur les caractéristiques des particules atmosphériques, les sources d'émission de particules fines en France et l'exposition de la population française à ces particules.

Le document présente l'impact de ces particules sur la santé avec, notamment, le cas des particules diesel classées cancérogènes. On y trouve également un point sur les mesures visant à réduire l'émission de particules au niveau national et européen.

Réactions2 réactions à cet article

 

Enfin un rapport qui cible également la combustion de biomasse : brûlage du bois, des feuilles vertes, certains moyens de chauffage utilisant de la biomasse, installations de combustion utilisant de la biomasse.
Concernant le CIRC, l'un des liens de l'article renvoie à l'essence, "cancérogène probable".
Je ferais remarquer que l’essence est classée dans le groupe de cancérogènes POSSIBLES pour l’homme (cancérogènes du groupe 2B du CIRC).
La combustion ménagère de biomasse (essentiellement le bois) est classée dans le groupe des cancérogènes PROBABLES pour l’homme (cancérogènes du groupe 2A du CIRC).
Cordialement.

hb | 09 octobre 2013 à 22h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quelques extraits du volume 95 au format PDF édité par le CIRC dont le sujet est la combustion domestique de combustibles solides. Concernant la biomasse (traduction de l’anglais) :
« Ainsi, les preuves accumulées indiquent que l'exposition à la fumée de bois
qui a été utilisée pour le chauffage et/ou la cuisson peut être associée à un risque accru de cancer du poumon, mais les informations sur l'effet de la durée et de l'intensité de l'exposition faisait défaut ». (p. 302, vignette 312).
- p. 307 :
« Il existe des preuves limitées chez l'homme de la cancérogénicité de la combustion domestique de combustible biomasse (essentiellement le bois). ».
Cas particulier :
« La combustion domestique de combustible biomasse (essentiellement le bois) provoque le cancer du poumon. ».
puis :
ÉVALUATION GLOBALE
« Les émissions de source intérieure dues à la combustion domestique de biomasse (essentiellement le bois) sont probablement cancérogènes pour l'homme (groupe 2A).
Pour arriver à cette évaluation, le Groupe de travail a examiné des données relatives aux mécanismes et autres données pertinentes. Ces données comprennent (I) la présence d'hydrocarbures aromatiques polycycliques et d'autres composés cancérogènes dans la fumée de bois, (II) la preuve du caractère mutagène de la fumée de bois et (III) les multiples études qui montrent les dommages cytogénétiques chez les humains qui sont exposés à la fumée de bois. http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol95/mono95.pdf

manu | 16 octobre 2013 à 14h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…