Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Du nouveau pour lutter contre le gaspillage

Afin de lutter contre le gaspillage et la production de déchets, de nouvelles mesures se mettent en place. Elles découlent de la directive européenne sur les plastiques et de la loi économie circulaire de février 2020.

Déchets  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Du nouveau pour lutter contre le gaspillage

Limiter la production de déchets est un axe majeur de la loi pour la lutte contre le gaspillage et l'économie circulaire de février 2020. Sa mise en œuvre progresse lentement mais cette fin d'année est propice à la publication des textes d'application. L'un d'entre eux, relatif à la lutte contre le gaspillage et publié le 30 décembre, traduit plusieurs mesures de cette loi et transpose la directive du 5 juin 2019 relative à la réduction de l'incidence de certains produits en plastique sur l'environnement.

Interdiction d'incinérer ou d'enfouir des invendus non-alimentaires

Le décret s'attaque à la gabegie provoquée par les invendus non alimentaires. Il est désormais interdit d'éliminer ces produits qui n'ont pas pu être vendus dans les circuits traditionnels de vente. Il liste les produits d'hygiène concernés comme les soins pour la peau, les cheveux, les démaquillants, les produits d'épilation, les déodorants, les produits solaires, dentaires, les savons mais aussi les lessives, nettoyants, éponges, serpillières, etc. Les produits de puériculture comme les biberons, tétines, vaisselle sont aussi concernés. Cette liste peut s'allonger à l'avenir.

 
Tous les produits invendus doivent désormais faire l'objet d'un réemploi préférentiellement grâce au don  
MTES
 
Tous les produits invendus doivent désormais faire l'objet d'un réemploi préférentiellement grâce au don à des associations de lutte contre la précarité et des structures de l'économie sociale et solidaire, ou à défaut d'un recyclage. Le décret détaille d'ailleurs ce que doit contenir la convention de don à signer entre le donneur et l'organisme destinataire. Il définit aussi les cas dans lesquels le réemploi et recyclage des invendus ne répondent pas à un objectif de développement durable (par exemple un recyclage possible mais à plus de 1 500 km), ce qui autoriserait leur élimination.

Le décret fixe la date d'entrée en vigueur de cette obligation de don ou de recyclage au 1er janvier 2022 pour les produits soumis à un principe de responsabilité élargie du producteur. Le 11 février 2020 pour les produits d'hygiène et de puériculture mentionnés, et pour les équipements de conservation et de cuisson des aliments, les produits d'éveil et de loisirs ainsi que les livres et les fournitures scolaires. Le 31 décembre 2023 pour les autres produits.

Moins de bouteilles plastiques et de bouchons attachés

Le décret précise aussi les catégories d'établissements recevant du public soumis à l'obligation d'installer des fontaines d'eau potable en accès libre. Il s'agit des établissements recevant jusqu'à 700 personnes avec au minimum une fontaine pour 300 personnes. Cette mesure entre en vigueur au 1er janvier 2022.

Par ailleurs, les bouteilles en plastique et autres contenants en plastique à usage unique, qui disposent d'un bouchon, doivent désormais être conçus pour que leur bouchon reste attaché au corps du récipient lors de leur utilisation. Cette mesure n'entre en vigueur qu'à compter du 3 juillet 2024.

Limiter la vaisselle jetable dans la restauration

La loi Agec a instauré également de nombreuses mesures visant à limiter l'usage de vaisselles jetables à usage unique, qu'elles soient ou non en plastique. Le décret précise les obligations qui s'imposent au secteur de la restauration et des services de livraison de repas à domicile.

Ainsi, les services de restauration à domicile qui proposent un abonnement à des prestations de repas préparés, qui sont livrés au moins quatre fois par semaine, doivent utiliser de la vaisselle, des couverts, ainsi que des récipients de transport des aliments et des boissons, réemployables, et procéder à leur collecte en vue de leur réemploi. Cette mesure entre en vigueur le 1er janvier 2022.

Les restaurants d'au moins 20 couverts devront servir les repas et boissons dans de la vaisselle réemployable à compter du 1er janvier 2023.

Réactions1 réaction à cet article

 

On est partis pour monter une usine à gaz, mais pour le fond je suis assez d'accord, il y a bien de trop de produits qui sont détruits plutôt que d'être vendus pour des raisons diverses.
Quand aux remises dans le circuit de pièces détachées de démontage, c'est pas au point, l'état s'efforçant de considérer comme une ressource des pièces vendues sur des sites comme e-bay ou leboncoin, donc vaut mieux détruire que valoriser.
La broyeuse ne faisant pas la moindre différence, 35€ la tonne.

pemmore | 04 janvier 2021 à 18h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager