En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les pays du G7 continuent de financer le charbon

Energie  |    |  Agnès Sinaï Actu-Environnement.com

Le charbon continue de s'exporter dans le monde, grâce au soutien des pays riches, Japon et Allemagne en tête. C'est ce que révèle un nouveau rapport, présenté le 24 mai par les ONG World Wildlife Fund (WWF), Natural Resources Defense Council et Oil Change International, à deux jours du sommet du G7 à Ise-Shima, au Japon.

Diffusée à l'occasion de la conférence climatique de Bonn (Allemagne), qui prépare la COP 22 de Marrakech, cette étude estime qu'entre 2007 et 2015, les gouvernements du G7 ont soutenu les exportations de centrales à charbon via leurs agences nationales de développement à hauteur de plus de 42 milliards de dollars, dont 22 milliards pour le Japon.

Au cours de la seule année 2015, les pays du G7 ont encore investi 2,5 milliards dans les mines de charbon, la modernisation des centrales thermiques, l'électrification et la construction de nouvelles unités, alors que plusieurs pays, dont la France, décidaient de restreindre ces financements, et que l'OCDE adoptait une résolution dans ce sens en novembre 2015.

Le Japon continue à investir massivement dans les centrales thermiques, y compris sur son territoire, où 49 unités sont en projet et quatre en construction. L'étude estime que la pollution locale de l'air occasionnée par le charbon a un impact sur la santé humaine et le climat compris entre 3 et 20 milliards de dollars par an.

Le rapport préconise la mise à disposition du public des crédits accordés au charbon via les agences nationales de soutien à l'exportation et les banques, sur une base annuelle, pays par pays, et projet par projet, afin de mettre un terme à l'opacité de ces financements.

Réactions2 réactions à cet article

 

Le Japon investit beaucoup dans le charbon. Cela s'explique-t-il par le fait que le pays ait été obligé de "sortir" du nucléaire, après Fukushima ?

La fée des ronds | 24 mai 2016 à 16h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La majeure partie de ces investissements sont orientés vers l'international : Indonésie, Vietnam, Mozambique. Le Japon investit également dans les énergies renouvelables. Mais reste très dépendant des importations de gaz et pétrole. Et cherche à sécuriser ses sources de production d'énergie en misant sur un développement quantitatif post Fukushima.

Agnès Sinaï Agnès Sinaï
24 mai 2016 à 16h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…