En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Parlement européen relance la pêche controversée au chalut électrique

Biodiversité  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Les députés de la commission de la pêche au Parlement européen ont adopté, le 21 novembre, un projet de règlement européen qui propose d'équiper 5% de la flotte de chaque secteur de pêche en "techniques innovantes", qui incluent la pêche électrique. Ce type de pêche est interdit dans l'Union européenne, depuis 1998. Sauf à titre de dérogations, depuis fin 2006, dans le cadre d'expérimentations et de recherches scientifiques, demandées par les Pays-Bas. Ces dérogations sont aujourd'hui limitées à 5% des flottes de chaluts à perche par Etat membre, en mer du Nord. En 2014, les Pays-Bas ont été autorisés à doubler leur flotte.

Les eurodéputés souhaitent que "le comité scientifique, technique et économique de la pêche (CSTEP) évalue les engins de pêche innovants, comme le «courant électrique impulsionnel» utilisé pour faire sortir les poissons des fonds marins et les diriger dans les filets de pêche", expliquent-ils dans un communiqué. Cette évaluation devrait couvrir les périodes d'essai d'au moins quatre ans. "L'utilisation de tels engins serait permise à l'échelle commerciale uniquement si l'évaluation montre que leur usage n'est pas susceptible d'avoir des «effets directs ou cumulatifs néfastes» sur les habitats marins", ajoutent-ils.

Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, a rappelé hier l'opposition de la France "à toute levée de l'interdiction de cette technique, au-delà de la dérogation limitée actuelle". De son côté, Alain Cadec, président de la commission de la pêche au Parlement affirme que les députés "ont significativement renforcé l'encadrement de la pêche électrique. Les expérimentations doivent ainsi rester limitées à moins de 5% de la flotte. Aucune extension de la pêche électrique ne pourra être envisagée avant quatre ans, sans conclusions scientifiques indiscutables sur l'absence de dommages causés à l'environnement marin. De plus, le consensus entre les Etats membres concernés est nécessaire", a-t-il déclaré. Les ONG environnementales Bloom et Robin des Bois sont vent debout contre cette pratique de pêche.

Le texte a été adopté par la commission en première lecture. Il sera ensuite soumis au vote du Parlement en session plénière, prévu en février 2018, afin de recevoir un mandat et de débuter les négociations avec le Conseil des ministres européens.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…