En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bâtiment : vers un label de performance environnementale de référence ?

Le Plan Bâtiment Grenelle recommande de faire le tri dans les signes de qualité du secteur du bâtiment et de créer un label de performance environnementale qui pourrait permettre la mise en œuvre d'une éco-conditionnalité des aides publiques.

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
   
Bâtiment : vers un label de performance environnementale de référence ?
   

Face à la jungle de labels, certifications, qualifications apparus ces dernières années dans le secteur du bâtiment, la plan Bâtiment Grenelle a créé un groupe de travail chargé de plancher sur la question des signes de qualité. Celui-ci a publié le 25 juillet ses premières propositions pour améliorer la lisibilité.

Faire le tri dans les signes de qualité

La groupe de travail a identifié une cinquantaine de signes de qualité dans le secteur du bâtiment, distinguant les produits, les acteurs ou les ouvrages. ''Si la multiplication des signes de qualité apparaît comme un effet positif de la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement, leur nombre et leur complexité croissante présentent l'inconvénient d'un manque de lisibilité nuisant à leur bonne appropriation par l'ensemble de la filière et le grand public''. Le groupe préconise donc d'identifier et de renforcer les ''initiatives de confiance'', délivrées par un organisme tiers accrédité par le comité français d'accréditation (COFRAC). Ces initiatives devront également porter sur une obligation de résultats, plutôt que sur les moyens ou l'organisation mis en œuvre, et se référer à des ''référentiels reconnus et internationaux (NF EN 45011, ISO 65…)''. ''Il apparaît essentiel d'identifier clairement les signes de qualité crédibles qualifiant ces résultats sur un plan global (performance environnementale et énergétique, santé, confort….) et en termes de coût (niveau de charges)''.

Vers un label de performance environnementale de référence…

Pour aller plus loin, le groupe de travail préconise la création d'un ''label de performance environnementale de référence'' fondé sur le projet Haute qualité environnementale (HQE) performance, mené par l'association HQE, la DHUP (direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages), l'ADEME et les organismes certificateurs Cerqual, Cequami et Certivéa. La HQE performance vise à définir des critères d'évaluation de tous types de bâtiments : indicateurs environnementaux globaux normalisés, coût global, coût d'entretien, qualité de l'air intérieur, confort acoustique, confort thermique d'été... Testé depuis 2010, ce signe de qualité devrait être précisé fin 2011 d'après les premiers retours d'expérience.

Pour quantifier les performances de l'ouvrage, le groupe de travail préconise de retenir les cibles envisagées dans le cadre européen ou international (CEN TC 350, future directive énergétique des bâtiments…) et notamment celles identifiées par Sustainable building Alliance. Ce collectif international, auquel participe le CSTB, a pour but de développer des critères de performance environnementale comparables à l'échelle internationale. SB Alliance a défini 6 indicateurs clés : énergie primaire, eau, émissions de gaz à effet de serre, production de déchets, qualité de l'air intérieur et confort thermique. Trois autres indicateurs sont en discussion : confort visuel, confort acoustique, performance économique. Ces indicateurs devront prendre en compte l'ensemble du cycle de vie des ouvrages (construction, usage, déconstruction).

… pour une éco-conditionnalité des aides ?

Enfin, le groupe se dit favorable à la mise en œuvre d'une éco-conditionnalité des aides publiques, qui pourrait être fondée sur l'atteinte d'une performance attestée par une certification d'ouvrage accréditée, tel le label de performance environnementale de référence.

Pour le groupe, il faudrait également généraliser la démarche HQE à l'ensemble des projets de l'Etat et des collectivités territoriales en France et à l'étranger.

Réactions2 réactions à cet article

 

Pourquoi tout le monde ne se dirige pas vers LEED (qui est utilisé partout en Am du Nord)
HQE, c'est seulement français non !?

cedricchaperon | 26 juillet 2011 à 15h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la HQE en temps qu'outils est vraiment très bien et permet de penser tous les aspects d'un bâtiment.
La certification est une horreur, le nombre d'élus ne jurant que par la HQE et qui ne savent même pas ce que c'est est effarant. Pour eux c'est de la communication et pas plus.
Pour être crédible la HQE devrait valider plus que la construction et s'intéresser à la vie du bâtiment. Une certification conditionnée à la consommation (dans les limites de confort et d'utilisations choisies) est elle possible ?

chocard | 26 juillet 2011 à 16h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager