En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les perspectives de l'environnement en Europe vues par un député français

Gouvernance  |    |  Anne-Sophie LuchezActu-Environnement.com

Le 2 avril 2015, la commission des affaires européennes (CAE) de l'Assemblée nationale a présenté une communication portée par le député Arnaud Leroy. Ce dernier revient sur le rapport de l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) relatif à l'état et aux perspectives de l'environnement en Europe.

Cette communication, pour davantage de poids et de visibilité, s'est transformée en un rapport d'information. L'idée ? Mettre en lumière le rapport de l'Agence européenne pour l'environnement, et faire en sorte que "l'état des lieux [qu'elle fournit] soit porté à la connaissance de tous nos collègues", indique la commission.

Dans son évaluation quinquennale des politiques environnementales européennes et de leurs impacts, l'AEE avait en effet donné son point de vue sur les mutations nécessaires en termes d'alimentation, d'énergie, de logement, de transport, de finances, de santé mais également d'éducation.

Pour le député socialiste, le rapport rendu par l'Agence européenne permet aux Etats membres d'approfondir leurs politiques environnementales. Il évalue en effet "l'état, les tendances et les perspectives de l'environnement européen dans le contexte mondial à l'horizon long de 2050", précise Arnaud Leroy, dans l'esprit du 7e programme d'action pour l'environnement (PAE).

Le rapport de l'AEE propose par ailleurs un paquet politique qui serait construit autour d'objectifs et de cibles. La CAE souligne que ces objectifs reconnaissent les relations entre "efficacité des ressources, résilience des écosystèmes et bien-être humain". Pour Arnaud Leroy, cela contribuerait à l'accélération de la reconfiguration des systèmes européens de production et de consommation.

Pour finir, le député préconise l'intervention de l'Agence "pour contrôler la mise en œuvre des directives environnementales, par le biais d'inspecteurs". L'objectif affiché ? Alléger la charge de travail jugée trop importante de la Commission européenne, et conférer aux agences, telles que l'AEE, un plus grand rôle auprès des Etats.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…