En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pesticides : un agriculteur en conversion bio porte plainte suite à un épandage aérien

Agroécologie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

L'AFP rapporte qu'"un agriculteur de Châlus (Haute-Vienne), en cours de conversion bio, a déposé plainte contre X pour une pollution aux pesticides sur sa parcelle".

Ecocert, un organisme de contrôle dans le cadre de la conversion bio, a suspendu le processus de conversion de Raymond Gibeau suite à la détection d'un insecticide, le lambdacyhalothrine, sur un terrain appartenant à l'agriculteur et destiné au maraîchage.

La plainte contre X déposée auprès du procureur de la République de Limoges par l'agriculteur, qui se constitue par ailleurs partie civile en vue d'un procès, devra déterminer les responsabilités et évaluer la nature du préjudice subi.

Epandage par hélicoptère

"Ce produit très toxique avait été épandu par un hélicoptère au mois d'août sur une châtaigneraie appartenant à un de ses voisins", avance l'agence de presse qui fait état d'un second épandage, quelques jours plus tard, alors que l'enquêteur Ecocert procédait à un contrôle.

"Les résultats des tests sont sans appel, [le] terrain porte des traces de lambdacyhalothrine", a expliqué Raymond Gibeau ajoutant que la suspension de son label Ecocert qui en découle l'a conduit à porter plainte.

Réactions4 réactions à cet article

 

La France en 2011, on se croirait encore au vietnam. Certains s'autorisent à balancer du poison dans les airs au détriment des autres. Comment se fait il que les épandages aériens soient encore autorisés?

arthur duchemin | 30 novembre 2011 à 11h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les ONG environnementale doivent se porter partie civile dans cette affaire

le voisin doit etre connu

vu le prix de location d'un helico
bonjour la facture de la honte

gfutures | 30 novembre 2011 à 19h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Allez les commentateurs bobos, même si ça ne sert à rien je vais fissurer un peu vos certitudes, étant moi-même castanéiculteur à 30 km de Chalus je viens de découvrir cette histoire.

C'est un insecticide qui est pulvérisé une fois par an sur les châtaigneraies afin de limiter les dégâts d'un insecte ravageur.
1) Il s'agit du seul traitement utilisé sur toute l'année (on est très loin de ce qui est fait sur les pommes par exemple)
2) L'utilisation de l'hélicoptère est écologique pour 2 raisons : il divise par 10 ou 100 la quantité de produit utilisé car il doit être appliqué au sommet des arbres et la pression d'air de l'hélicoptère plaque efficacement le produit en évitant sa dispersion. Quelques litres par hectare suffisent en général.
3) Le produit coûte cher, et pour info on a besoin des abeilles pour polliniser les arbres donc on limite son utilisation au maximum (et pour les amoureux des abeilles, on installe toujours de ruches à proximité des plantations pour favoriser la pollinisation).

Si un voisin fait du bio a proximité, il est facile d'adapter la trajectoire de l'hélicoptère pour éviter la parcelle, on est à la campagne on fait (très) attention à ses voisins généralement.... j'ai des doutes sur cette histoire.

Maintenant s'il faut interdire les pesticides sur mes culture aucun problème, pourvu que les mêmes règles soient appliquées à l'importation.... attendez vous à un prix de vente multiplié par 10 et une mauvaise surprise pour les allergiques au glute

tarasboulba | 30 décembre 2011 à 17h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi le prix devrait augmenter s'il n'y a plus d'utilisation de pesticides et autres produits coûteux ou d'hélicoptères ? J'avoue ne pas comprendre.

L'efficacité de l'hélico comme moyen de répandre votre produit n'en fait pas un moyen écologique.
Pour ce qui est des abeilles, vous reconnaissez que cela correspond à un besoin et non par souci de conservation de la biodiversité.
"L'insecte ravageur" aurait-t-il montré la même résistance si aucun pesticide n'avait été utilisé ? Je suis sûr que vous savez que l'utilisation de ce genre de produits n'est qu'une course en forme de cercle vicieux auxquelles les espèces "parasites" s'adaptent de plus en plus vite.

Toutefois, je ne cherche pas à discréditer votre travail, que je connais assez peu d'ailleurs. Si vos pratiques sont à peu près respectueuses de l'environnement, ne faîtes de votre cas une généralité. Les commentaires des "bobos" sont pour la plupart justifiés, il ne faut inverser les rôles et leur donner le rôle du méchant pas beau et stupide.

Kulthian | 12 avril 2012 à 10h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager