En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un fonds d'indemnisation des victimes professionnelles des pesticides effectif en 2020 ?

Risques  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

Le fonds d'indemnisation pour les victimes de maladies professionnelles liées aux pesticides verra-t-il le jour en 2020 ? Il figure en tout cas parmi les propositions du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020 (PLFSS 2020).

Plusieurs fois repoussée, cette initiative avait fait l'objet d'une proposition de loi en 2016 puis était revenue sans succès sur le devant de la scène dans le cadre de la loi EGalim.

Le PLFSS 2020 a été présenté à la Commission des comptes de la Sécurité sociale le 30 septembre 2019. Il prévoit d'adosser le fonds d'indemnisation à la Caisse centrale de la mutualité sociale agricole. Celle-ci centralisera ainsi l'instruction de l'ensemble des demandes de reconnaissance de maladies professionnelles concernées. Le texte souhaite également améliorer la réparation des exploitants agricoles, moins favorable aujourd'hui que celle des salariés agricoles, indiquent dans un dossier de presse commun, les ministères de la santé et des comptes publics.

L'exposition prénatale prise en compte

Il compte également prendre en charge les exploitants agricoles retraités avant 2002 et les enfants dont la pathologie est directement liée à l'exposition professionnelle de l'un de leurs parents pendant la période prénatale. Toutes les victimes indemnisées par le fonds conserveront la possibilité de solliciter une réparation complémentaire intégrale, en recherchant la responsabilité des auteurs potentiellement fautifs, soulignent les ministères.

Ils projettent que les dépenses du fonds atteignent 53 M€ d'ici 2022, après une montée en charge progressive en 2020 et 2021. Pour cela, la taxe sur les ventes de produits phytopharmaceutiques sera progressivement relevée.

Selon la sécurité sociale, le PLFSS sera présenté en Conseil des ministres le mercredi 9 octobre, avant une première lecture à l'Assemblée nationale à partir du 21 octobre puis au Sénat dès le 12 novembre.

Réactions3 réactions à cet article

 

La grande défenseuse des petits paysans qu'est la FNSEA devrait être le fer de lance de ce combat pour l'indemnisation des agriculteurs victimes des pesticides, comme elle sait fort bien le faire dès lors qu'il s'agit de "contraintes environnementales" par exemple. Or, là, cela ne semble pas être le cas. Je ne comprends pas...

Pégase | 03 octobre 2019 à 09h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A quel pourcentage se monte la fraction des agricultueurs de la FNSEA ou non qui ignorait qu'ils répandaient des cochonneries sur leurs champs ?

Sagecol | 03 octobre 2019 à 09h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce sont les sociétés d'agrochimie qui devraient être condamnées par l'Etat français à prendre en charge les maladies professionnelles, qu'ils ont engendrées en toute connaissance de cause, et non les fonds des agriculteurs, qui auront payé pour se faire intoxiquer et pour se faire soigner!Toutes les victimes qui rechercheront les potentiels fautifs devraient bénéficier d'une aide judiciaire de l'ETAT, et la taxe sur les produits phytopharmaceutiques doit être augmentée drastiquement et tout de suite , sans attendre. On ne peut pas continuer à laisser les personnes s'intoxiquer en leur disant : attendez! bientôt vous aurez un fond qui paiera vos soins! Marre des tergiversations et des délais d'attente, ces chimistes se sont gavés en empoisonnant la population en toute lucidité, il n'y a aucune raison de leur faire encore des fleurs.

gaïa94 | 06 octobre 2019 à 18h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager