En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pesticides : les pulvérisateurs en ligne de mire

Comment réduire l'usage des pesticides ? En investissant dans un pulvérisateur "performant". Des scientifiques ont élaboré un programme de recherche nommé "EvaSprayViti" pour définir cette performance et orienter les choix des viticulteurs dans leur prochain achat. Reportage.

Reportage vidéo  |  Agroécologie  |    |  Baptiste ClarkeActu-Environnement.com
Pesticides : les pulvérisateurs en ligne de mire

Réduire l'usage des pesticides de 50% d'ici 2018. Tel était l'objectif annoncé par le gouvernement en 2008 dans le cadre du plan Ecophyto. Un objectif récemment reporté à 2025. Dans ce contexte, des programmes de recherche sont financés comme "EvaSprayViti", un projet de recherche mené par l'Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture) et l'IFV (Institut français de la vigne et du vin) pour évaluer la performance des pulvérisateurs utilisés dans les vignes.

Pour cela, un banc d'essai reproduit quatre rangs de vigne de 10 mètres de long chacun avec des configurations différentes pour simuler l'évolution de la végétation. La performance de l'ensemble du parc de pulvérisateurs est testée, en partenariat avec les constructeurs.

Par performance, il faut comprendre quelle est la part effective de produit pulvérisé qui atteint sa cible. Car, dans le pire des cas, 80% de la pulvérisation n'atteint pas les feuilles de la vigne. Les produits se perdent alors sur le sol ou dans l'air

En dehors des tests sur les machines, qui mettent en évidence de grandes disparités, les résultats montrent aussi que les plus grandes pertes se font en tout début de saison, au premier stade de végétation. Il y a encore peu de feuilles pour recevoir les produits mais les doses sont les mêmes quel que soit le stade végétatif, ce qui laisse entrevoir "de fortes marges de manœuvre pour réduire les doses appliquées". En France, les doses homologuées sont fixes, contrairement à l'Allemagne et la Suisse où la dose évolue en fonction du stade végétatif.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…