Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Des associations poussent le Parlement Européen à renforcer la législation sur les pesticides

Risques  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
En juillet 2007, le réseau PAN-Europe (Pesticides Action Network Europe dont le Président du MDRGF F. Veillerette est l'administrateur français et l'ONG Milieudefensie (Pays-Bas) ont acheté dans une boutique du Parlement Européen à Bruxelles 8 fruits différents (fraises, abricots, oranges, pommes, poires et 3 sortes de raisins). Objectif : évaluer leur teneur en résidus de pesticides. La majorité des échantillons de fruits ont été produits au sein de l'Union Européenne*, précise Elliot Cannell porte-parole de PAN Europe.
Les résultats viennent d'être présentés. Résultats : 28 résidus de pesticides** différents ont été retrouvés dans les échantillons, avec en moyenne 5 résidus différents par fruit.

Parmi ces pesticides, on a retrouvé 10 cancérigènes connus, 3 neurotoxiques, 3 toxiques pour le développement ou le système reproducteur et 8 perturbateurs endocriniens supolluants ont été classés comme « hautement dangereux » par l'OMS, indique le MDRGF. Abricots, raisins et orange contenaient des résidus au delà de la Limite Maximale en Résidus (LMR) dont des perturbateurs endocriniens pour les abricots, un cancérigène pour le raisin ainsi que pour les oranges, ajoute-t-il.

Selon le MDRGF qui se base sur des résultats publiés par la Commission, 40 % des fruits et légumes vendus dans l'Union Européenne sont contaminés par des résidus de pesticides, dont 3% sont au-dessus des LMR. Pour François Veillerette, Administrateur de PAN-Europe et Président du MDRGF, il est temps de prendre les mesures qui s'imposent en interdisant les pesticides préoccupants*** et en instaurant un programme de réduction des pesticides de 50% en 10 ans. Le Parlement Européen doit voter prochainement une nouvelle réglementation européenne en matière de produits phytopharmaceutiques (autorisation et utilisation de ces produits).


*La plupart des fruits traités étaient produits dans l'UE. Les fraises étaient cultivées en Belgique, les oranges en Espagne, deux sortes de raisins en Italie, et les pommes et poires provenaient de France. Une sorte de raisin était cultivée en Egypte et l'origine des abricots n'était pas spécifiée.

*** CMR 1 à 3, perturbateurs endocriniens, neurotoxiques, reprotoxiques, immunotoxiques, bioaccumulables.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

XRF Vanta™ : analyseur pour l’étude de sol et la remédiation Olympus France