Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pesticides CMR et distances de sécurité : le Conseil d'État prononce une astreinte à l'encontre de l'État

Agroécologie  |    |  Imane Chartier

Par une décision du 22 décembre 2022, le Conseil d'État prononce une astreinte de 500 euros par jour de retard à l'encontre de l'État s'il ne prend pas, d'ici deux mois, de mesures quant aux distances de sécurité relatives à l'utilisation de pesticides de type CMR 2. Cette décision est issue d'un recours formé par plusieurs associations contre l'État. Celles-ci estimaient que le Gouvernement n'avait pas pris les mesures réglementaires impliquées par l'annulation de l'arrêté du 27 décembre 2019 par le Conseil d'État. Cet arrêté concernait les mesures de protection des personnes lors de l'utilisation de pesticides, qui prévoyait des distances de sécurité jugées insuffisantes.

Par son arrêt du 26 juillet 2021, le Conseil d'État avait enjoint l'État à prendre les mesures réglementaires nécessaires, notamment pour établir de nouvelles distances de sécurité. En réaction à cette injonction, le Gouvernement avait adopté, le 25 janvier 2022, deux textes relatifs aux mesures de protection des personnes lors de l'utilisation de pesticides.

Toutefois, aucune mesure n'a été prise dans ces textes pour améliorer les distances de sécurité concernant les CMR 2, estimaient les associations requérantes.

Le Conseil d'État leur donne raison. La demande formulée par l'État à l'Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) d'accélérer le traitement des demandes de modification des conditions d'emploi de pesticides de type CMR 2 ne pouvait être considérée comme une mesure propre à fixer des distances de sécurité suffisantes.

Réactions1 réaction à cet article

 

Avec une astreinte de 500 €/j, le Conseil d’État ne met aucune pression sur l’État, quand bien même sa décision constitue un nouveau désaveu clair de la politique d'esquive de ce dernier en matière de protection de la santé humaine.
Comment s'étonner, face à cette inaction savamment orchestrée des pouvoirs publics face à une problématique majeure de santé publique, que les citoyens finissent par perdre patience ?

Pégase | 02 janvier 2023 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Imane Chartier

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

TrichlorScan : mesurer les trichloramines dans l'air sans réactif toxique CIFEC
Filtres HQE à plateaux pour piscines publiques CIFEC