Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pesticides dans les sites Natura 2000 : un décret qui évite toute remise en cause

MAJ le 30/11/2022
Biodiversité  |    |  Laurent Radisson

L'encadrement de l'utilisation des produits phytopharmaceutiques dans les sites Natura 2000 terrestres relève des préfets lorsque cet encadrement n'est pas prévu dans les contrats et chartes passés avec les agriculteurs. C'est ce que prévoit un décret paru, ce mercredi 30 novembre, au Journal officiel.

L'adoption de ce texte fait suite à une injonction du Conseil d'État qui, par une décision du 15 novembre 2021, avait demandé au gouvernement de prendre des mesures d'encadrement de l'utilisation des pesticides dans ces zones protégées dans un délai de six mois. La Haute Juridiction administrative avait en effet estimé, dans le cadre d'un contentieux engagé par France nature environnement (FNE), que les dispositions réglementaires en vigueur ne respectaient pas la directive européenne du 21 octobre 2009 relative à « une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable ».

Outre le fait qu'il paraît avec six mois de retard par rapport à ce qu'avait prescrit le Conseil d'État, le décret, dont le projet a été très critiqué lors de la consultation publique qui s'est tenue en mai dernier, interroge sur sa conformité au droit européen. Son contenu a été allégé par rapport à la version mise en consultation. L'article qui donnait aux préfets six mois pour prendre les arrêtés après la publication du décret a en effet été supprimé. Il n'existe donc pas de contrainte de délai pour que le représentant de l'État dans le département prenne ces textes. « L'encadrement arrêté par les préfets est sans préjudice de l'utilisation de produits phytopharmaceutiques dans le cadre de la lutte obligatoire ou de dérogations spécifiques octroyées conformément à la réglementation », tient, en outre, à préciser le gouvernement dans la notice du décret.

« Le dispositif instauré par le projet de décret faisant l'objet de la présente consultation garantit l'application systématique des exigences posées par l'article 12 de la directive du 21 octobre 2009 tout en préservant le modèle contractuel de gestion des sites Natura 2000 qui reste l'approche privilégiée dans la gestion de ces sites », avait assuré le ministère de la Transition écologique lors de la mise en consultation du projet. Autant la seconde partie de cette affirmation apparaît exacte, autant la première laisse dubitative et devrait être éclaircie par la justice administrative à la suite des recours qui ne manqueront pas d'être formés contre ce texte. « Le décret ne nous satisfait absolument pas. Le fait qu'il n'y ait aucune date pour mettre en oeuvre cette réglementation est tout simplement scandaleux. Dans ces conditions, nous examinons en détail les suites que l'on va donner », réagit d'ores et déjà Olivier Gourbinot, membre du directoire du réseau juridique de FNE.

Réactions1 réaction à cet article

 

Il y a de toute évidence au sein du ministère de la Transition écologique des experts patentés en transition... démagogique, qui pondent à la chaîne des décrets destinés à repousser aux calendes grecques la transition écologique, cela afin de cajoler des intérêts catégoriels aux antipodes de l'écologie. Un comble !
Il est donc urgent que le ministère opère avant toute chose sa propre transition en matière de ressources humaines afin de disposer de compétences pleinement acquises à la cause de la transition écologique et non là pour l'empêcher si ce n'est la torpiller.

Pégase | 02 décembre 2022 à 18h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat

Formations professionnelles

VALORMAX BA : une gamme de matériels pour la valorisation de biomasse NOREMAT