Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pétrole en Guyane : l'avancée des travaux de Shell dénoncée par six associations écologistes

Le président de Shell France a fait le point devant le Sénat sur l'avancée des forages au large de la Guyane. La poursuite des travaux d'exploration pétrolière est critiquée par des ONG environnementales.

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Un bateau avec lequel la compagnie Shell compte effectuer des forages profonds d'exploration pétrolière, considérés comme non-conventionnels, au large de la Guyane devrait arriver sur place mi-juin, a indiqué jeudi 31 mai 2012 Patrick Roméo, le président de Shell France, lors d'une audition devant la délégation à l'outre-mer du Sénat, rapporte l'AFP.

Le groupe pétrolier a déposé un dossier de demande d'autorisation pour quatre forages entre juin 2012 et juin 2013. Le dossier, en cours d'instruction, prévoit qu'un premier forage soit effectué à proximité de celui réalisé en 2011, afin de vérifier si la couche d'hydrocarbures se prolonge. Un deuxième prévu lui aussi pour cette année vise un autre gisement potentiel. Les deux derniers devraient être réalisés en 2013 selon les résultats des premières explorations. Par ailleurs, une nouvelle campagne sismique devrait débuter début juillet.

"La demande énergétique va énormément augmenter et peut doubler d'ici 2050", a expliqué le président de Shell, justifiant les projets de Shell en Guyane par le fait que "la production va avoir du mal à suivre [et] nous sommes à l'aube d'une période de pénurie énergétique qui va entraîner une montée des prix".

La production de pétrole devrait débuter à partir de 2019, a annoncé Patrick Roméo. Le permis d'exploration d'hydrocarbures au large de la Guyane couvre une zone d'environ 24.100 km2, et vient d'être prolongé jusque 2016. Shell possède 45% du projet aux côtés de Total (25%), Tullow-Oil (27,5%) et Northpet Investments (2,5%).

Peu de prise en compte de l'environnement

Six ONG environnementales, parmi lesquelles Guyane nature environnement, Greenpeace, France nature environnement (FNE) et le WWF, déplorent que "la multinationale Shell [vienne] de recevoir l'aval du Préfet pour réaliser 4 forages de recherche de pétrole non conventionnel, alors que rien n'a évolué sur le fond et que plusieurs manquements à la loi sont patents dans le dossier".

Les associations critiquent notamment le fait que ces forages puissent a voir lieu "alors que Mme Anne Duthilleul, missionnée par l'Etat fin novembre pour encadrer l'exploitation pétrolière en Guyane, affirmait qu' « il ne sera pas possible de faire de forages s'il n'est pas démontré qu'ils sont faits dans de bonnes conditions »". Elles dénoncent "le peu d'ambition de l'Etat et de Shell pour une réelle prise en compte de l'environnement", au motif que "la multinationale prévoit d'opérer ses quatre forages ultra-profonds (localisés à 150 km au large de Cayenne par 1.800 à 2.500 m de fond) en ayant recours à la technique dite des boues à l'huile, « alors que ce procédé , qui est très polluant, n'est pas conforme au Code de l'Environnement » comme le rappelle Christian Roudgé, de Guyane nature environnement".

Elles s'interrogent par ailleurs sur "la cohérence politique" entre le non-renouvellement du permis d'exploration Rhône-Maritime, au large de Marseille, et l'avancée des travaux guyanais, ainsi que sur l'"insécurité juridique" pointée par l'avis de mars 2012 du Conseil économique, social et environnemental (CESE) sur la sécurité des plateformes pétrolières. Elles rappellent aussi "l'accident sur la plateforme Elgin, opérée par Total en Mer du Nord, [qui] a montré les limites de l'exploitation de gisements non conventionnels malgré la prétendue maitrise technologique et les effets d'une réglementation à priori des plus avancées en Europe".

Réactions4 réactions à cet article

 

Je vais à mon tour pousser le bouchon un peu loin. Je m'explique le président shell accepterait-il que l'on aille puiser régulièrement dans son corps des litres de sang sous prétexte qu'il manque du sang pour les transfusions? A qui profitera le crime après avoir bien pollué cette belle nature? Les ingénieurs ingénieux ne peuvent-ils pas rechercher d'autres énergies différentes de l'électricité du nucléaire, à partir de nos déchets par exemple? Ne peuvent-ils pas faire des engins et voitures moins gloutonnes? Ils ne le veulent pas car le profit et la solution de faciklité sont leurs seuls génies. Les consommateurs ne peuvent-ils pas être plus raisonnables en consommant moins, en marchant un peu plus ou encore en prenant les transports en commun?
En ce qui me concerne je boude la voiture

fleur des îles | 04 juin 2012 à 12h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Shell France n'existe plus que par des stations services et des centres de conditionnement de G.P.L en ayant vendus ses raffineries à Petroplus en faillite! Etait-ce pour financer ces prospections Off-Shore , qui eux, n'alimenteront jamais plus ces raffineries encore très performantes! qui
ont rendu services et employés des milliers de personnes en France!et participé à la recherche des contrôles et procédures anti-pollution de l'air et des sols.

arthur | 04 juin 2012 à 13h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand je vois les risques de pollution et la pollution avec le pétrole que ces multinationale gèrent (en dépit des lois)et que je les compare avec le risque des centrales,je me demande lequel des deux sera le plus néfaste dans le temps.

Martino | 05 juin 2012 à 08h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réponse à Arthur : Cher Mr, trop facile de réagir en disant "Etait-ce pour financer ces prospections Off-Shore , qui eux, n'alimenteront jamais plus ces raffineries encore très performantes! qui ont rendu services et employés des milliers de personnes en France!et participé à la recherche des contrôles et procédures anti-pollution de l'air et des sols" car je vous précise que de nombreux postes sont supprimés ailleurs là où nous aurions besoin de personnel. Les écologistes et les vrais, ont bien avant shell, fait des recherches sur la pollution de l'air et des sols. Des scientifiques sont quelques fois sanctionnés car ils sortent du cursus conventionnel. Rassurez-vou shell ne le fait pas pour le bien de l'être humain mais pour son portefeuille boursier. Parler des emplois me fait doucement rire lorsque l'on met des machines à la place de l'être humain; même l'agriculture est industrielle, c'est un comble! Il y aurait tant à dire pour que vous puissiez comprendre votre erreur, mais je vais m'arrêter car je crois qu'avec les solutions de facilité c'est peine perdue. J'espère que vous êtes seul au monde pour réagir ainsi. Autre chose le nucléaire comme le pétrole détruisent notre terre, arrêtons nos erreurs, consommons moins les bêtises et cherchons de nouvelles solutions en s'assurant qu'il n'y aura pas de conséquences écologiques graves. Il est prouvé par ex. que le nucléaire plus il y a de centrales plus cela coûte à la sté. Arrêtons et observons la nature.

fleurs des îles | 05 juin 2012 à 13h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit des problématiques Énergies-Climat Huglo Lepage Avocats