En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pétrole en Guyane : un nouvel échec clôt le programme d'exploration de Shell

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Le quatrième et dernier forage du programme d'exploration de Shell au large de la Guyane n'a pas détecté de pétrole, rapporte l'AFP, citant des informations émanant de la filiale française du pétrolier anglo-néerlandais.

"On vient de terminer le dernier des quatre, les quatre ont été négatifs et n'ont pas permis de démontrer un gisement commercial", a indiqué à l'agence de presse une porte-parole de Shell France, ajoutant que "vu que c'est le dernier pour lequel nous avons des autorisations, nous allons faire une pause du point de vue des opérations, le navire va partir ailleurs, et nous allons prendre le temps d'analyser les échantillons des cinq forages [en incluant un premier forage réalisé en 2011, ndlr] en détail".

Rouvrir la procédure

Cependant, Shell (qui détient 45% du permis), les britanniques Tullow Oil (27,5%), NorthPet et Wessex (2,5% à eux deux), et le français Total (25%), pourraient demander l'autorisation d'effectuer d'autres forages sur le permis dont la validité court jusqu'à mi-2016. Pour cela, les détenteurs du permis devront relancer la procédure administrative d'obtention des autorisations, qui comprend, notamment, une enquête publique. La procédure pourrait toutefois évoluer, compte tenu de la révision annoncée du code minier.

Seul le premier forage, réalisé en 2011 par Tullow Oil, a abouti à la découverte d'hydrocarbure. C'est sur cette base que Shell a entrepris un programme d'exploration sur le permis dit "de Guyane Maritime". Le pétrolier avait obtenu une autorisation pour une campagne de quatre forages supplémentaires.

Si la perspective de trouver du pétrole au large de la Guyane semble s'éloigner, Shell ne désespère pas, avançant qu'en mer du Nord "il aura fallu 20 forages d'exploration pour trouver (…) un ensemble de gisements suffisamment importants pour que leur extraction soit rentable".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…