Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Neuf ONG européennes alertent sur la présence de perfluorés dans les emballages alimentaires

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

L'utilisation des perfluorés (PFAS) dans les emballages alimentaires et la vaisselle jetable est très répandue, révèle une étude réalisée par l'association française Générations futures en partenariat avec huit autres ONG européennes. « Sur 42 produits analysés en laboratoire, 32 échantillons, dont des emballages provenant de grandes chaînes mondiales de restauration, ont été probablement traités intentionnellement avec des PFAS », révèle l'association.

Les ONG ne sont parvenues à identifier que 1 % des PFAS présents dans les échantillons testés. Mais la nature de ces produits, toxiques et extrêmement persistants, constitue déjà une source de préoccupation pour l'environnement et pour la santé humaine. « Il a été constaté scientifiquement que ces PFAS migrent des emballages alimentaires vers les aliments et sont associés à des effets néfastes sur la santé tels que le cancer, la toxicité hépatique et l'impact sur les systèmes reproducteur et hormonal », expliquent les associations.

Alors qu'il existe des alternatives à ces produits et que le Danemark a déjà interdit leur utilisation dans les emballages alimentaires en papier-carton, les ONG réclament une interdiction au niveau européen. « L'approche danoise, qui consiste à interdire l'ensemble de la classe de plus de 4 500 substances montre que l'utilisation des PFAS dans des emballages alimentaires n'est pas une fatalité et que leur interdiction est réaliste », juge Fleur Gorre, chargée de campagne « chimiques » pour Générations futures.

Réactions2 réactions à cet article

 

On vit à une époque bizarre, nitrites dans la charcuterie, sulfites dans le pinard, (un comble d'inutilté car manque de savoir faire dans vins mousseux cidres et champagnes), désherbants et autres produits chimiques en agriculture pour s'éviter assolements et labours bien faits, et la ces produits aussi toxiques.
Un mal commun, fainéantive, incompétance, mépris des consommateurs, gains sans morale.
"et un coup de jaja tant pis s'ils en crèvent" aurait dit mon grand-père.
Etrangement il n'y a que la bière qui échappe à tous ces poisons criminels quand elle est dans une bouteille en verre.

pemmore | 21 mai 2021 à 09h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'imagination de certains chimistes, dirigeants et financiers de grands groupes industriels pour maximiser leurs profits tout en nuisant à leurs semblables est sans limite. Ce qui est extraordinaire, c'est que cela soit légal dans la plupart des pays, dont la France alors que l'on sait forcément au ministère de la santé.

Pégase | 21 mai 2021 à 22h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

MithraSON, logiciel de simulation d’ambiances sonores urbaines CSTB